lundi 30 novembre 2009

Le recrutement Universitaire 2010 – la base…


Nous voilà dans le début de la saison 2010, ehh oui – et elle débute par le début, le recrutement...

Avec l’inestimable collaboration d’Alain C., nous avons préparé un micro-site qui vous donnera l’évolution du recrutement des équipes au fur et à mesure que les nouvelles nous parviendront. Des onglets sur le dessus vous permettront de naviguer au travers les meilleurs choix disponibles par position. Nous avons placé un bouton, visible pour la durée du recrutement, qui est positionné dans la marge de droite de la page. Vous pourrez ainsi suivre au fur et à mesure que les « commitments » se concrétisent, le portrait global par équipe.

Notez que nous avons sélectionné ce qui nous apparaît être les meilleurs prospects par position, parmi les joueurs que l’on croit prêts à faire le saut dans le football universitaire cette année.

Les joueurs s’engagent (commit) généralement envers ce qui sera leur équipe universitaire en 2 phases. Une phase au début décembre (pour les étudiants débutant leurs études universitaires en janvier) et une autre à la fin février – début mars pour les étudiants s’engageant pour septembre 2010.

Comme l’an dernier, il y a peu de risques que les joueurs collégiaux optent pour une carrière dans la NCAA. Avec les nouvelles règles, gérées par Clearinghouse, les joueurs perdent une année d’éligibilité NCAAienne par année collégiale, et ce à partir de leur 2e année collégiale. La tendance dorénavant, tel que démontré dans des showcase comme celui-ci, c’est que les meilleurs joueurs des écoles secondaires devront s’orienter vers des preps school américains s’ils désirent s’orienter vers une carrière au sud de la frontière. Sous cette lumière, il sera intéressant de voir si Mehdi Abdesmad, le Vieux-Montréalais qui a maintenant une saison sous le casque, qui avait été très remarqué par les dépisteurs américains au Championnat Mondial Junior, à Canton OH le printemps dernier, s’orientera là où les Gascon-Nadon, Plesius, Maxi et autres Claude se sont cassés les dents.

Ce Abdesmad, est surement un des québécois les plus plébéscité depuis longtemps, Duane Ford de TSN en a parlé, le Globe & Mail en a parlé et même ESPN en a parlé.

Ces récentes années ont démontrées qu'un un joueur peut évoluer dans la NFL en passant par SIC, on n’a qu’à penser à Vaughn Martin (Western), Samuel Giguère (Sherby) et Jamall Lee (de Bishop’s qui a passé bien près de faire le roster de réserve des Panthers de la Caroline).

Notez qu’en plus de la filière collégiale, des joueurs peuvent provenir d’Europe (tel que le cousin Couvin), des ligues seniors (tel que Peter Carrière) ou autres…

Nous vous reviendrons sous peu avec les prospects que les Carabins avaient invités lors de leurs matchs locaux, en excluant Arnaud Gascon-Nadon (dont le sort semble scellé), mais en incluant les nouveaux « commités » , les 2 Mathieu: Trudeau et Dostie.

Nous ferons également un tour d’horizon sur les positions que les Bleus auront à combler au cours des 2 prochaines années.

Image du Journal de Sherbrooke

Le retour de l'Interlock... à demi....


Le très branché du football universitaire Richard Boutin, du Journal de Québec, signale dans un article paru ce matin, qu'une entente est survenue entre la LFUQ et la AUS (Atlantic University Sports) concernant la poursuite de l'Interlock pour les 3 prochaines années (le fameux triennal qui en est à son année de renouvellement). L'entente sera modifiée en n'allouant qu'un seul match par année (donc 2 équipes de la LFUQ par an n'y seront pas exposées). Les matches seront établis en tenant compte du classement de l'année précédente (disons que le Mount Allison vs Laval, un peu plus tôt cette année, était légèrement inégal).

On est bien content de cette décision, ça évite aux partisans de SMU et de St-Fx de croire que leurs équipes invaincus sont supérieures aux équipes du Québec. En fait, ça évite une getthoisation des 2 conférences, particulièrement celle de l'Est. On aimerait même que le match "regagné" soit disputé contre une équipe de l'est de l'OUA (Ontario). Le fait que les rencontres vont tenir compte du classement de l'année précédente devrait aider. Cependant comme toutes les équipes de la LFUQ devront jouer 2 matches contre la division Atlantique, il va surement y avoir quelques idiocraties sur un horizon de 3 ans.

On y apprends également que la décision d'opter pour un calendrier de 8 ou de 9 matches sera prise lors de l'assemblée générale de la FSÉQ les 20-21 janvier prochain. On consacrera un billet complet à ce sujet sous peu.

Merci à Tonton (ok, on est à un "n" de l'indescence) qui nous a aiguillé sur cet article dans les commentaires...

dimanche 29 novembre 2009

Notre coupe Vanier

On n’avait pas l’intention d’en faire un billet, mais finalement on a beaucoup de choses à dire, alors voici un billet sur notre Coupe Vanier:

Nos clowns
Au moins si vous étiez sur place, vous n'avez pas eu à composer avec le formidable duo SRC/TSN qui s'est chargé de scrapper le 1er quart avec leurs incompétences crasses.

Difficile de faire passer le football SIC à un autre niveau quand notre match final, équivalent des Bowls américains, manque de "feed"... Le pire c'est que R-C diffusait un truc de ski alpin en remplacement, sans mettre de bandeau pour indiquer que des difficultés techniques empêchaient la diffusion du match.

TSN de son côté était « jammé » sur des reportages Coupe Grey ( ?), et tentait de temps à autre de revenir pour mieux s’écrouler par la suite… Le signal est revenu à Radio-Can, où ils faisaient leur avant-match, pendant que le match était commencé depuis 30 minutes!!! Arrrghhhhhh

Le signal vidéo a recoupé à un moment clé où une passe des Dinos était décochée dans la zone des buts – au pire moment ! (pour votre information, la canette de Bud fracassant notre téléviseur n’a pas provoqué de dommage permanent sur l’écran).

Sauf que, mettons que pour le premier match de Coupe Vanier diffusé depuis des lunes par des diffuseurs « majeurs » comme SRC et TSN, disons qu’ils n’ont peut être qu’amplifier l’impression d’amateurisme du football SIC. Ultimement, quand on voit la qualité du jeu présenté, l’implication des joueurs et entraineurs le tout s’améliorant constamment d’année en année, c’est vraiment un beau gâchis l’impression que les diffuseurs ont laissé transpirer du « produit » hier.

La partie

Très bon match, qui a débuté lentement quand on a commencé à le voir, et qui a pris rapidement une belle intensité. Les jaunes moutardes ont gagné, belle victoire méritée et patati patata… Mais les Dinos ont fait au moins 7-8 jeux/erreurs qui auraient pu changer le résultat de la partie. On pense entre autres au court placement où le ballon est botté tellement bas qu’il frappe un joueur de ligne des Dinos, des passes interceptées dans la zone des buts, de l'échappé ainsi que des décisions bizarres de Glavic lorsque pourchassé, des 2 arrêts de jeu pris au début du 3e quart. D’opter pour le jeu aérien avec le vent de face et le jeu au sol avec le vent de dos… Et on nous répète ad nauseam que coach Nill est un génie du football SIC… mouan… et dans l’éducation de son fils aussi peut-être ?

On haïe le QB des Dinos, Glavic; on nous citait les faits d’armes de ce joueur de 25 ans avec des études incroyables, des faits saillants d’athlète remarquable, il passe en entrevue où il s’exprime dans un français impressionnant pour un Calgarien, et on apprend qu’il parle également le Croate (ou le Serbe on sait pu), en plus de l’anglais. Sans compter qu’il mesure 6’6 et qu’il est très mobile et il a une tête sympathique…. Donc on le hait.

Qc city - Notre cousine à la poitrine abondante

En un mot Bravo ! les gens (habillés de rouge) se sont présentés, ont applaudis, sont restés tout le match. 18 600 personnes, sans équipe locale, ça va être beau sur votre CV.

Le seul hic, c’est que lorsque le match se prolongeait et que les gens en cabine de diffusion parlaient de la noirceur apparente (à la télé, on ne voyait pas la différence), les gens sur le CISblog n’en revenaient pas que le PEPS n’ait pas de système d’éclairage… et il n’était pas impossible à ce moment que le match aille en prolongation… Disons que si nos impôts peuvent servir à quelque chose d’utile, celle-là est vraiment due !

On a senti toute la semaine, dans les entrevues des joueurs des bicolores dorés, que ceux-ci avaient vraiment leur défaite au travers la gorge. Faisant des apparitions du « bout des lèvres » dans les activités publiques et soupirant comme des amoureux éconduits… Ça va être dur de revivre ça l’an prochain les gars…

Somme toute un très bon match, une bonne foule, qui conclut en beauté une année des plus excitantes…

Et lundi, on fait un billet sur le recrutement, faut bien commencer la nouvelle saison un moment donné!!!

vendredi 27 novembre 2009

Greg Alexandre & Mathieu Brossard: All Canadian


Deux des membres constituant la D-Line des Carabins ont été honorés hier lors du gala précédent la Coupe Vanier en étant élu membre de la première équipe d'étoile de SIC.

Un portrait dans "La Presse" a été fait sur notre finissant Mathieu Brossard plus tôt cette année. Quant à Gregory, il devra attendre l'an prochain pour avoir son "portrait " dans "La Presse".

Il s'agit d'une première nomination dans la première équipe d'étoile Canadienne pour ces 2 joueurs.

Le seul autre Carabin en nomination, le secondeur Joash Gesse, n'a pas été retenu.

Tous les choix de SIC avec la seconde équipe d'étoiles entre parenthèses, ainsi que les trophées individuels pour l'année 2009.

mercredi 25 novembre 2009

L’effondrement du château de la Corpo…

À mesure que les indices s’accumulent, il devient évident que les jaunes moutarde de Kingston ont littéralement démoli le party de l’année que la Corporation du Rouge & Or et Qc City avaient concoctés pour ses partisans depuis plus d’un an.

Justin Éthier, coordonnateur à l’attaque des R & O, déclarait en début de semaine que : « ce sont les 5e années qui te font gagner les gros matches ». Rappelons que les bicolores dorés n’avaient pas moins que 10 (lire DIX) joueurs de 5e année dans leur alignement en se présentant dans la loyaliste ville ontarienne. Et parmi ces 10 joueurs, leur quart-arrière étoile Hec Creightonnien au faîte de sa carrière devait donner une Coupe Vanier à Qc city, sa 3e en carrière, lors de la première présentation de la Coupe Vanier dans la Capitale provinciale.

Et on doit avouer qu’on ne croit pas qu’aucune équipe au Canada n’eut été capable de vaincre les bicolores dorés sur leur home turf . Concrétisant ainsi le triomphe absolu de Benoit Groulx portant la Coupe Vanier à bout de bras, lui-même porté par ses équipiers.

C’est pas mal évident que des post tels que ceux-ci sur Lavalfans n’auraient pas cours si le « plan initial » n’avait pas été scappé par les Golden Gaels, qui eux croyaient pouvoir aspirer aux plus hauts honneurs l’an dernier…

On sait que la présentation de la Coupe Vanier a été attribuée à Qc city le 11 décembre 2008, donc le dossier s’est surement préparé en ayant en main tous les éléments mentionnés ci-haut.

On avait noté une certaine nervosité chez ces mêmes organisateurs, sur le terrain du CEPSUM, immédiatement suite à la victoire "surprise" des Carabins le 4 octobre dernier.

Notre tristesse, porte plutôt sur les finissants (bien qu’on ne serait pas surpris de les voir se faire présenter avant le match), qui au lieu de terminer dans un crescendo euphorique dans leurs habits rouges, assisteront au match de la Coupe Vanier dans leurs "habits de ville" (On a toujours trouvé que c’est une drôle d’expression).

L’an prochain, le match ultime sera de nouveau présenté à Qc city, mais compte tenu du départ de leur leader à l’attaque accompagné de 9 autres joueurs établis, la probabilité de succès ne sera jamais la même que cette année…

Mise à jour: Nos collègues blogueurs Ottaviens du Pony Express nous ont entrainé sur cet intéressant article du Globe & Mail qui cite le directeur athlétique (SID) des Dino's de Calgary Kevin Boyles: “I think Laval had this whole thing set up expecting one visiting team, and they figured either us or Saint Mary's and about 200 tickets would do it...”

dimanche 22 novembre 2009

Définitivement pas des “muddeux”...


Dans une vie antérieure, nous étions impliqués dans les courses sous-harnais, et il était de notoriété commune de savoir que certains chevaux de course performaient mieux sous une piste détrempée que sur le sec, et le phénomène inverse existait également. Sur le programme, les meilleurs chevaux dans la boue avaient un astérisque accolé à leurs noms.

Lors du début du match et au moins tout au long du premier quart, la différence était flagrante, Benoit Groulx glissait, les receveurs glissaient, les joueurs de ligne glissaient… Pendant ce temps, Queen’s semblaient jouer avec des souliers qui ne glissaient pas eux, et le savant mélange de Therrien et Brannagan qui aidaient ce dernier à découper en fine lamelle la tertiaire des représentants de la ville qui va vendre des billets de la coupe Vanier sur Ebay en était quasi pathétique. Les grands receveurs de Queen’s s’amusaient avec les petits DB’s de Qc city… La perte du maraudeur Laliberté sur le premier jeu du match pour le reste de la demie ne les a certes pas aidés. Mais on voyait que les gros secondeurs de Laval ne pouvaient suivre la vitesse du jeu aérien Brannaganien. Ils ont été extrêmement chanceux de retraiter au vestiaire à la demie avec un retard de seulement 7 points et en ayant été opportunistes pour avoir mené toute la première demie.

En deuxième demie, Groulx, malgré qu’il ait été victime d’un total de 7 sacs (aie), s’est levé et ne voulait pas que sa carrière prenne fin ainsi… et la défensive s’est remise à la tâche et a coupé le rythme à Brannigan et à ses troupiers… sauf que… Depuis le début de l’année, à chaque fois où il y a un placement de plus de 30 verges, on entend coach Dussault dire… « Attention aux retours de botté de placement manqués, c’est la défensive qui est sur le terrain, pas les unités spéciales » … Et comme Queen’s possède le meilleur retourneur de l’OUA, #16 Jimmy Allin (il est vite celui-là), ce qui devait arriver, arriva. Quant à l’autre touché des Golden Gaels, c’est suite à un échappé (mot familier) d’un retour de botté où Mathieu Picard tentait un petit jeu de finesse au début du 4e quart pendant qu’on tire de l’arrière par 10 points!!! Les locaux en profitèrent pour inscrire les 7 points, qui ultimement, firent la différence.

Pendant que Groulx faisait des miracles pour tenir l’attaque sur le terrain (avec des 3 et 10 convertis notamment), le R & O prenait de multiples punitions, ses receveurs (Feoli-Gudino en tête) ont échappé quelques ballons qui auraient pu/du faire la différence (ça sounds familiar pour nous). Nous n’avons jamais vu un QB du Québec tenter tant de bombes, même Connell l’an dernier, qui passait à tous les jeux, faisait souvent des courtes passes, Groulx reculait, menaçait d’être sacqué, se retournait et windait ça à 45 verges plus loin à portée de main de ses receveurs ! Ce matin, il doit avoir le bras (et l'épaule) comme un lanceur de baseball qui a lancé 150 balles la veille !

De plus étonnant, c’est une D-Line de 3 hommes qui tenait tête à Groulx, faut dire que les deux extrémités avec entre autres #33 Shomari Williams et #91 Osie Ukwuoma sont vraiment des spécialistes en pass rushing.

Si nous étions partisans des R & O, une question nous brulerait les lèvres… Considérant que les instructeurs de Qc city, général Constantin en tête, sont des maniaques de la préparation et du « ne rien laisser au hasard », comment se fait-il qu’ils se soient retrouvé à Kingston avec si peu de préparation sur un terrain mou. On a invoqué dans les journaux la difficulté à en trouver… Come on, entre Qc et Kingston ?? Il doit y en avoir 200! Peut-être que le sentiment d’invincibilité du R & O a fait en sorte qu’on n’a pas mis la priorité qu’on aurait dû là-dessus ?

De la défensive des R & O, les deux DL Fortin nous ont impressionnés. À l’attaque, à part Groulx, on a bien aimé le jeu du RB Maxime Béland qui part down the field (on se l’a fait faire à chacun de nos matches cette année) et les bicolores dorés l’ont fait 2 fois au premier quart. Junior Seydou Haidara, avec sa taille et son intelligence, va s’établir dès l’an prochain, comme un meilleur receveur que Feoli-Gudino. Dommage que le ROC n’ait pu voir Sébastien Lévesque en action.

Très beau match de football avec beaucoup d’émotions, des coaches intelligents, des QB de 5e année au sommet de leur art et des mood swings réguliers. Quelqu’un a écrit dans les commentaires, en parlant du Rouge & Or : « Si on jouait 10 fois contre cette équipe, on les battrait 8 fois » mais, et c'est la beauté du sport, une de ces fois était samedi...

Photo: Presse Canadienne

vendredi 20 novembre 2009

Liveblogging de la Coupe Mitchell

Malgré que nos Carabins soient éliminés, nous allons continuer à suivre l'équipe représentant la LFUQ (Rouge & Or) face à son affrontement au représentant de l'Ontario (Golden Gaels) à la Coupe Mitchell, samedi à 12:30 13:00. Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre pour écouter le match "en confrérie" et discuter sur les bons et moins bons coups de chacune des équipes impliquées.

Donc placez votre ordinateur face à votre téléviseur, et venez nous rejoindre. (Nous n'avons pas réussi à obtenir une commandite de Budweiser pour la bière, donc trouvez-vous en vous-même!)

Alignement complet: Rouge & Or (pdf) Golden Gaels (coin supérieur gauche pour impression) - on préférerait la depth chart, mais ne soyons pas trop gourmand.


mercredi 18 novembre 2009

La promotion de 2009...


On préfère les appeler ainsi, ces fiers Carabins, dans l’ordre de la photo : Martin Gagné, Mathieu Brossard, Stéphane Turner, Jerry-Ralph Jules et le dernier, mais non le moindre Gaïus Renelick. (Le comique se marrant à l'arrière-plan est William Fontaine).

#51 Martin Gagné, Education Physique, le plus étoilé des Carabins, et le capitaine de la défensive qui est revenu d’une grave blessure au genou pour venir faire un dernier tour de piste… on en a déjà parlé et en reparlera...

#53 Stéphane Turner, pharmacie, le capitaine de la ligne à l’attaque, pas le plus gros des centres, mais peut-être le plus gros cœur. Sa plus belle réussite est d’avoir été considéré au repêchage de la CFL.

#3 Jerry Ralph Jules, Intervention auprès des jeunes, comme le bon vin, s’est sans cesse amélioré en vieillissant, couvrant de façon serré ses joueurs toute l’année et effectuant plusieurs plaqués clutch pour couper de gros jeux.

#7 Gaïus Renelick, relations industrielles, l’homme à l’éternel sourire, toujours à parler avec Joash au sortir du terrain en souriant. Il excellait pour arrêter les meilleurs runnings backs adverses lorsqu’ils traversaient la ligne d’engagement, à un contre un, qu’ils s’appellent Allard-Cameus, Lee, Lévesque ou Fils.

Ce qui nous impressionne en mentionnant ces vétérans est combien ils ont été des leaders inspirants toute l’année pour l’équipe entière. Des vétérans qui sont revenus uniquement pour la beauté du sport, le désir de vaincre et le dépassement de soi. Mathieu & Stéphane avaient refuser d’aller plus loin au football professionnel, Gaïus a changé d’idée pour revenir au jeu en 2009, Jerry-Ralph voulait avoir l’année complète qu’il désirait et Martin Gagné malgré sa prothèse voulait démontrer aux recruteurs ce qu’il pouvait encore accomplir sur un terrain de football.

Chaque année, nous entendons que certains autres joueurs, des 3e et 4e années pourraient quitter le football ou encore l’université pour poursuivre d'autres buts. Et il y a la très présente possibilité que #52 Joash Gesse puisse poursuivre son rêve dans la CFL. Messieurs, assurez-vous de faire les bons choix et de ne pas avoir de regrets. Et bonne chance peu importe où la vie vous mènera…

La sœur à #95 Mathieu Brossard, Catherine, nous a envoyé ce court témoignage sur son frère, qui a été nommé joueur défensif de la semaine #6 de SIC, que nous désirons partager avec vous et qui ultimement s’applique à tous les joueurs:

"Le football est un sport incroyable. Un sport rassembleur qui soulève les foules. Un sport ou l’individualité n’a pas sa place. Un sport où chaque effort, chaque plaqué, chaque minute de pratique, chaque session vidéo, chaque heure au gym, chaque sprint, chaque passe captée, chaque botté, chaque premier jeu, chaque placement, chaque sac du quart, chaque interception, chaque course et pour finir chaque partisan sont des facteurs clés qui composent l’armée qu’est une équipe de football. Tous les automnes des centaines d’étudiants universitaires, qu’ils soient bleus, mauves, rouges ou verts, sacrifient bon nombre de leur temps et de leur individualité à coups de plaqués, de gouttes de sueur, d’ecchymoses et de douleur à ce merveilleux sport qu’est le football.

Ayant suivi mon frère dans tous ses matchs de football depuis le temps du secondaire et des glorieux Cactus du Collège Notre-Dame, ayant passé par les Phénix du Collège André-Grasset et finalement lors de son passage chez les Carabins, son équipe. Je vous dis qu’après ces 12 ans, j’en connais pas mal plus sur le football que bien d’autre filles et garçons de mon entourage. J’ai assisté à des matchs à la pluie battante ou par un froid de canard. Pas question de rester dans le confort douillet de la maison pendant que mon frère lui, s’en va à la guerre…

La carrière de mon frère est maintenant terminée… Du moins celle en temps que footballeur. Mathieu s'est retiré du repêchage de la LCF en mai dernier, alors qu'il était classé dans le top 15 des meilleurs espoirs canadiens. Pour lui le football ne deviendra jamais une carrière, par choix. Il étudie présentement au HEC et il tenait à revêtir le Bleu pour sa 5 ème année avec son équipe. Lui et les autres vétérans ont su montrer à cette équipe mûre, la voie de la victoire et de la fierté.

Pour les gens qui en doutent, faire partie d’une équipe de football n’a vraiment rien à voir avec tous ces films américains. Au quotidien ça se résume à passer plus de 4 heures sur le terrain à l’entrainement et ce 6 jours par semaine. Jouer au football universitaire s’apparente plus à un emploi à temps plein et n’a rien de banal ou de secondaire. C’est se lever aux petites heures durant la hors-saison pour aller s’époumoner, courir et faire des sprints sur la piste, et ce, avant même que le soleil ne se lève. C’est aussi passer tous ses temps libres au gym espérant aller chercher LA petite différence, la force et l’endurance qui permettront de passer au travers de ces 8 affrontements de la saison régulière et peut-être même plus.

Samedi dernier au terrifiant PEPS de l’Université Laval les Carabins de l’Université de Montréal ont affronté la machine bien huilée qu’est le Rouge et Or. Les bleus, équipe d’émotion et d’intensité souvent surnommée, les « CARABUMS » ont bravé la foule hostile de Québec avec l’ultime objectif de soulever la coupe Dunsmore au bout de leurs bras. Malheureusement quelques gros jeux du Rouge et Or ont fait très mal aux Carabins. Ce ne sera pas cette année que les Carabins triompheront…"

Pour ces sacrifices, ainsi que les joies et peines que ces joueurs nous ont offertes pendant ses 5 ans, nous levons notre canette de Bud bien haut en tenant notre menton le plus droit possible et leur disons MERCI… et toutes les fois, dans les années à venir, où nous nous époumonerons à scander « Allez les Bleus, Allez les Bleus… » il y aura désormais un peu de chacun d’entre vous dans ce cri de ralliement…

Photo des 5 finissants prise par Dom Bernier à la suite de la victoire en demi-finale de la Coupe Dunsmore contre les Gaiters de Bishop's. Photo "Good job Bro", gracieuseté de Catherine Brossard.

mardi 17 novembre 2009

Arnaud Gascon-Nadon avec le Rouge & Or

Un malheur n’arrive jamais seul…

Un des plus beaux prospects à sortir du circuit Collégial AAA depuis quelques années et qui était revenu en compagnie de Fredo Plesius d’un séjour footballistique d’un an aux États-Unis, s’est « commis » avec le Rouge & Or de l’Université Laval.

Voici ce qu’on avait précédemment écrit à son sujet :
Arnaud Gascon-Nadon, DL 6'4 250, est tout un joueur: Il était considéré en 2007 comme le meilleur joueur défensif du collégial AAA. Lire l'article de Canoe concernant son recrutement l'an dernier. À la suite de sa carrière collégiale pour les Spartiates du Vieux-Montréal, il avait signifié son engagement avec les Carabins pour débuter son séjour universitaire. Cependant, les Owls de Rice (Houston, Tx) étaient venus le recruter.

Voici sa fiche la saison dernière à Rice. Notez également qu'un freshman canadien qui joue à sa première année dans une université de Div. 1 à la NCAA est un phénomène très rare! Il a terminé sa saison en beauté avec une nomination dans l'équipe d'étoile-recrue de la Conference USA, ayant accompli 11 plaqués, un sac, et un échappé recouvré.

Le 29 octobre dernier, l’instructeur en chef du Rouge & Or, Glen Constantin a affirmé dans l’émission Dupont le midi à CHOI-FM, qu’il avait recruté un ailier défensif francophone qui avait précédemment évolué à Rice et qui avait été dans l’équipe d’étoile des recrues dans la Conference USA… disons qu’il ne reste plus beaucoup d’espace pour l’interprétation...

Ouche, celle-là fait mal, avec le départ de nos deux ailiers défensifs, Martin Gagné et Mathieu Brossard, sa venue était un must pour les Carabins. Nous avions déjà brûlé une quantité impressionnante de lampions depuis août pour favoriser son arrivée...

P.S. : On sait que les recrutés ont plusieurs facteurs à considérer dans leur choix d'université (depth chart, programmes académiques offerts, instructeurs, et autres facteurs inconnus (sic), etc...) mais naïvement, on se demande pourquoi on n'entends jamais parler d'appartenance à l'Université de SA ville, qui offre en plus de la reconnaissance, de disputer tous ses matches locaux devant famille et amis...

P.S.S.: Pour la petite histoire, il est le fils des acteurs montréalais Guy Nadon et Nathalie Gascon. Évidemment, nous n’irons plus les voir au théâtre en guise de représailles…

Un remerciement à Hohly de nous avoir aiguillé sur l’histoire.

dimanche 15 novembre 2009

Ce n’est qu’un au revoir mes frères – Ramassis de notes #2 - Match final de la Coupe Dunsmore


Sur le sujet des punitions, Marc-Antoine Beaudoin-Cloutier (MABC pour les intimes) a écopé d’une roughing the passer, sur un plaqué somme toute assez banal sauf qu’à la fin, le Beaudoin-Cloutier en question s’arrange pour frapper le casque de notre commotionné Marc-O avec son casque…

Parlant d’arbitrage, pour pratiquement la première fois depuis qu’on suit les Carabins, quelques décisions discutables étaient en faveur de Bleus, on en est encore un peu estomaqué… En passant, quelqu’un sait quelle langue parle l’arbitre, M. Berry ?

Les DB #1 Julien Hamel et #21 Peter Carrière ont connu un très bon match. De même #7 Gaius Renelick, #50 Jonathan Beaulieu-Richard et #37 Christian Houle combinés à la D-line ont tenu Sébatien Lévesque en respect toute la journée, ce qu’aucune autre défensive au Québec n’a réussi à faire.

La passe de Marc-O au D-Line adverse Marc-A Fortin (en passant, très bon/drôle le Fortin en question en entrevue) était poche… pourtant nonobstant ça, il connaissait une bonne journée. Ce n’est vraiment pas facile d’être QB…

À la fin du 3e quart, le momentum que les Carabins avaient réussi à établir en leur faveur a été annihilé par le 3e et une manqué au centre du terrain. Puis la passe quasi Hail Mary à Maxime Béland (un peu similaire à celle qu’il nous avait servi en fin de match à Montréal) a rachevé les Carabins.

Dom nous a référé cette entrevue radiophonique à Corus-Hockey de coach Santerre, avec Martin Lemay, qui de toute évidence, était dans un aréna... Faisant le point sur le match, dimanche après que la poussière ait retombée, coach Santerre mentionne une histoire concernant le système de communication défectueux qui a causé une distraction au début du match et qui est à quelque part incompréhensible de la part d'une organisation habituellement irréprochable que celle du Rouge & Or.

À la suite de l’attribution de la Coupe Vanier à Québec, on ne comprend pas que depuis que les subventions pour le Super Peps ont été débloquées, en plus des estrades « Loges », aucune emphase n’a été placée pour prioriser un système d’éclairage adéquat. Un mouvement spontané (dont nous nions énergiquement en avoir été les initiateurs en ayant une pensée pour Sylven) criaient ironiquement en choeur et en bis: « Allumez les lumières » à la fin du match…

Merci aux joueurs des Carabins de nous avoir fait vivre des excitants week-ends d’automne… Ça va nous manquer cruellement pendant les 9 mois à venir… et bravo au Rouge & Or, on vous souhaite sincèrement de garder la Vanier au Québec. De toute façon, Vanier se prononce mieux en français qu’en anglais…

Mise à jour: On avait oublié une note, et pas une négligeable, on était très fier de voir les 3 autobus et tous les partisans pro-Carabins qui s'étaient rendus à Qc city, il y avait même une poche de résistance dans les loges en haut. De plus, la météo prévoyait 20 mm de pluie et ça n'avait pas affecté la ferveur. C'était sans contredit la plus grosse foule de Montréal qui s'est rendu à Qc city depuis au moins 2005...

Ce n’est qu’un au revoir mes frères – Ramassis de notes #1 - Match final de la Coupe Dunsmore


Et nous y voici dans notre dernier "Ramassis de notes" pour la saison 2009, alors trêve de bavardage et plongeons :

Tous les longs ballons lancés dans les airs par Groulx semblaient trouver leurs destinataires. De l’autre côté, autant la semaine dernière on maitrisait bien cet aspect, autant cette semaine, si l’on excepte la longue passe qui a mené au touché de #13 Youssy Pierre, on semblait off. Il faut dire Youssy semblait ennuyé par une blessure à un genou.

Nos receveurs n’ont pas été au niveau de leurs opposants : #18 Rivet a échappé deux passes, #19 Frank Bruno une et #80 François Leclerc, une également.

Les receveurs de Qc city…. Oufff on dirait qu’ils sortent tous du même moule. Il doit y avoir quelque part dans un sous-sol obscur du PEPS, une usine de clonage de receveurs qui les fait grands, forts, bloquant comme nul autres dans la LFUQ et avec de bonnes mains.

Les ballons déviés des R & O se ramassaient dans les mains de leurs coéquipiers, ceux des Carabins, non.

#98 Garlins Duclervil et #2 Hamid Mahmoudi voulaient vraiment faire leur marque pendant ce match en revenant pour ce match crucial malgré des blessures compromettantes, ils n’ont malheureusement pas pu jouer rendre justice à leurs talents.

Christopher Milo a outbotté #15 PP Gélinas, réussissant tous ses placements, PP manquant ses 2 tentatives. Du côté des bottés de dégagement, même après sa blessure, il parvenait à viser les coins et faire parcourir une distance respectable à son ballon. Il a vraiment permis à Qc city de dominer au chapitre des verges échangées au cours des bottés. Lorsque les Carabins ont repris le momentum au début du 3e quart, on a perçu immédiatement la différence sur le positionnement sur le terrain.

Suite à la blessure auto-infligée à Christopher Milo, ça été intéressant de voir tout le Carabins bashing qui s’est fait au PEPS, les forums et les Twitters en peu de temps jusqu’à ce que Radio-Canada en fasse la lumière… On sent que c’est vraiment un sport chez les amateurs d’Ashton. Milo a été impressionnant de revenir dans le match, boitant et titubant et réussissant tout de même à faire un coffin corner à la fin du match…

À l’exception d’un retour du #81 cousin Couvin et de Guillaume Rioux en première demie, les équipes de couvertures ont été intraitables de chaque côté, #58 Christopher Alarie & #14 Nicolas Guimond et le #11 Victor Amédée de Soltendieck (on essayait de ne pas l’écrire cette année) en tête.

Plessius vs #8 Rotrand, on n’a pas fini de voir ce match-up au cours des prochaines années.
Frank Bruno a réussi à arracher le ballon à Sam Lavaud à la suite d’une interception avec un coup du pilon directement sur le ballon. Avec 100 livres de différence, il faut le faire. Son retour du botté avec moins de 6 secondes à faire à la fin du match et son heads up play de sortir du terrain à 1.5 seconde aurait dû valoir 3 points supplémentaires aux Bleus.

#57 Alexis Rousseau-Saine, possède un GPS mental qui lui indique le positionnement du ballon qui lui permet de ramasser les échappés, tel un cueilleur de champignons en forêt…

Les courses au centre au premier jeu étaient vouées à l’échec, ce qui nous a amené souvent dans des situations de deuxième et long… dans ces situations, les bicolores sont passés maître pour forcer le QB tout en coupant le long jeu. Lorsque les Carabins pouvaient être en situation de 5 et moins, ils convertissaient quasi à tout coup.

Le rabbateur #91 Galax a réussi à gonfler ses stats d’un seul jeu, une passe rabattue, retombant dans les mains de Groulx, qu’il a transformé en sac par la suite… Il a connu, une fois encore, un très fort match, comme à son habitude, haussant son niveau de jeu à mesure que le match avance.

La seule erreur stratégique du R & O a été la mauvaise gestion du cadran à la fin de la demie qui aurait dû donner 3 points aux Bleus.

Le wildcat n’a pas été vraiment efficace cette fois non plus. Il semble que le fait que le wildcat n’en soit rendu qu’à une façon de faire courir Rotrand lui enlève beaucoup de son punch. On aimerait bien voir développer un wildcat qui intégrerait un QB dédié et qui ferait trembler les défensives adverses.

On vous reviens avec le #2 dans quelques heures...

samedi 14 novembre 2009

La défensive des bicolores dorés nous a "stuffé"


Cette défensive, combinée à l'habituel trio Groulx-Lévesque-Milo (blessé à la cheville, mais qui a tout de même persévéré) a permis à l'équipe hôte de triompher des Carabins au compte de 31 - 7 et ainsi conserver la Coupe Dunsmore pour une 119e année consécutive...

Les liens:

RDS

Canoë

Cyberpresse

Radio-Canada - avec des commentaires savoureux de pseudos connaisseurs...

Finalement, les conditions météorologiques étaient parfaites pour un match de football à Québec en novembre, pratiquement pas de vent, une température relativement douce et la pluie s'est poliment retenue jusqu'à la fin de la partie.

Plusieurs actes désagréables ont été commis par un paquet de fans cro-magnons de la ville qui à désespérément besoin d'éclairage à son stade de foot, particulièrement de mauvais goût.

On noie notre peine, on dégrise et on vous reviens...

En passant, le titre sont les paroles de Marc-O en entrevue après-match.

Photos de Dom sur un touché au sol de César Sanchez

jeudi 12 novembre 2009

Match #10 – La coupe Dunsmore – le plus laid trophée au Canada


On y est... Après un cheminement tortueux et tumultueux, nous voilà à une victoire de l’objectif ultime que coach Santerre avait établi au début de l’année… Une victoire, mais incontestablement la plus difficile à obtenir ; tenter de briser la séquence de 35 victoires d'affilée du Rouge & Or de l’Université Laval à domicile.

On aime le fait que la plupart des connaisseurs et même certains partisans de peu de foi prédisent une victoire des bicolores dorés- d’ailleurs ce sont les mêmes qui ne croyaient pas qu’on pouvait les vaincre le 4 octobre – ça renforce le "US AGAINST THEM" (avoué en entrevue par Marc Santerre hier).

En attaque

Du côté tactique, on en est au 3e affrontement de la saison, les équipes commencent à se connaître. Les Carabins savent qu’avec leurs énormes secondeurs vêtus de Rouge aux manches longues blanches, il est impossible de passer de façon conventionnelle avec la course au centre. Au dernier match, le secret fut le wildcat et la passe à #8 Rotrand Sené quittant le champ arrière… et les Carabins devront surement varier un peu cette attaque, mais surtout toujours laisser leurs opposants dans l’incertitude… la seule façon de vaincre cette défensive où toutes les attaques y perdent leurs dents, c’est par la stratégie. Faire autre chose qu’à quoi ils s’attendent et sont préparés, peut-être faire une hurry up offense, peut-être un ordre de jeux encore pas vu cette année, mais autant lorsque cette armée est dans son monde et implacable lorsque la partie se déroule comme elle l’avait prévue, autant elle semble désorganisée lorsque l’inverse se produit. Pour que Rotrand fonctionne, on a besoin de #4 Marc-O Brouillette… on se rappelle que la semaine dernière, sur les 2 premières séries de jeux, les courses de Rotrand au centre ne menaient à rien… Puis Marc-O a complété une passe serrée à #80 François Leclerc et l’offensive Bleue n’a plus connu de répit par la suite, autant par la course que par la passe…

En défensive

De l’autre côté du ballon, ce sera la première fois cette année que les Bleus affronteront le joueur par excellence de la LFUQ et détenteur du Hec Creighton Benoit Groulx, ce sera l’unique changement majeur par rapport aux affrontements précédents. La clé sera la même que les matches précédents : La D-line des Carabins… en fait toute la défensive, à l’exception du match à Sherby, joue de façon inspirée depuis le début de la saison. N’oublions pas que la défensive est menée par des vétérans de 5e année, autant sur la ligne (#51 Gagné & #95 Brossard) que de la secondaire (#7 Renelick), que dans la tertiaire (#3 Jules). Tout au long de l’année, beaucoup de points concédés l’ont souvent été à la suite de positionnement de ballons défavorables à la suite de revirements. Dans le passé (sauf l’an dernier avec la protection des étoiles Brodeur-Jourdain et Vincent Turgeon), les Carabins ont pu confondre Groulx en lui mettant constamment de la pression, ils devront répéter ce fait d’arme pour éviter qu’il découpe la tertiaire en rondin avec ses passes précises. Donc contrôler Sébastien Lévesque et Groulx, petite journée au bureau… Et si on fait ça, on risque en prime de voir le coordonnateur à l’attaque des bicolores dorés, Justin Éthier, s’affoler (priceless) comme il l’avait fait à Montréal ou la semaine dernière contre ConU…

Specials Units

Les unités spéciales, encore une fois, sans conteste les deux meilleures formations de la conférence. Le meilleur botteur de dégagement, Christopher Milo vs le meilleur botteur de placement #15 PP Gélinas. Du côté des retourneurs il sera intéressant de voir si Milo va botter en sa direction ou va se contenter de viser les lignes… Pour ce match important, on aurait tant aimé avoir le formidable duo de #19 Frank Bruno & #2 Hamid Mahmoudi, évoluer ensemble en retour de bottés. À ConU ils avaient littéralement brisé le dardillon des Piqueurs! Du côté de Qc city, Guillaume Rioux est définitivement leur meilleur retourneur, il aura à faire face à l’unité de couverture des Carabins, qui a été intraitable depuis le début de l’année… tout à l’honneur de Spriro Feradouros et de ses disciples..

La revanche

On lit et écoute beaucoup de trucs sur le Rouge & Or, et on a de la difficulté à comprendre le motif de « la revanche », suite à la défaite à Montréal. Les Carabins ont aussi un lot de revendications pour crier « à la revanche » :
  • Deux défaites en demi-finale lors des 2 dernières années (2008 & 2007).
  • Deux défaites en finale du Dunsmore : 2005 & 2004.
  • Une seule victoire des Carabins lors de leurs 6 derniers affrontements…
On pourrait continuer ainsi longtemps… Alors, qui a le plus de raisons d’être revanchard ?

La conclusion

On a bien hâte de voir le rythme en début de partie. Par le passé, c’était un défaut des représentants de la Ville des Vents canadienne de ne se mettre solidement en branle qu’au 3e quart. Cette année, ils semblent prendre leur rythme plus rapidement. Les Carabins, ont été plus irréguliers, faisant très bien pendant la majeure partie de la saison, sauf à leurs deux affrontements face aux faux-alligators où ça avait été très laborieux.

Ultimement, ça risque d’être un match de centimètres, un effort de plus, simplement pour ralentir Sébastien Lévesque et l’empêcher d’enregistrer un long gain, un bloc clé d’un receveur pour permettre à son joueur d’atteindre le marqueur du 1er jeu, etc… et comme c’est souvent un jeu d’erreur, une assignation manquée, un revirement couteux, une punition d’indiscipline à un moment clé, une mauvaise décision d’un arbitre… Un des items mentionnés risque d’être le point tournant du match…

Les imprévus

Il faut toujours garder en tête la possibilité que le virus à la mode puisse aussi jouer un rôle le jour du match, qui sait quel(s) joueur(s) pourrait être affecté? En fin de semaine prochaine, des matches de la LHJMQ et de la LNAH sont annulés dû aux effets de cette grippe. On a tous en tête qu’à notre match face au Guêtres, deux heures avant la partie, on a appris que le joueur clé des Mauves QB Jesse Andrews ne serait pas en uniforme… Évidemment, nous n’aurons des réponses à ces questions et aux autres, que samedi. On a une bonne idée des absents « blessures » de chaque côté. Ainsi, Qc city a confirmé que les receveurs Jérémie Chrétien et Victor Tremblay devraient être les seuls absents (et compte tenu de leur profondeur à ce poste, ça doit quasi être un soulagement pour Justin Éthier de ne pas avoir à trancher lequel ne pas habiller). Selon sa politique habituelle, les Carabins ne confirmeront les absents que 2 heures avant le match. Mais on se doute pas mal que #52 Joash Gesse, #2 Hamid Mahmoudi, #88 Djems Kouamé & #17 Alex Rivet ne seront pas en uniforme, le reste…

Le gagnant, en plus de se mériter un trophée, qui s’agence très bien dans un sous-sol semi-fini de Palmarolle, ira en Ontario, soit à Kingston (Golden Gaels), ou à London (Western Ontario) disputer le Mitchell Bowl et ultimement la Coupe Vanier à Qc city, la semaine suivante…

Mise-à-jour: Il est important de mentionner que nos 5e année sont quasi-tous revenus au jeu pour vivre ce match. #53 Stéphane Turner, #95 Mathieu Brossard ont refusé d'être soumis au repêchage en avril dernier, #3 Jerry-Ralph Jules est "trop vieux" pour espérer intéresser les recruteurs, #7 Gaïus Renelick croyait en avoir fini avec le football universitaire l'an dernier. Seul #51 Martin Gagné espérait pouvoir ramener son jeu à son niveau antérieur pour asprirer à une carrière. La seule raison pour expliquer leur présence dans l'uniforme Bleuté est le désir de se "retirer" avec le Dunsmore en main...

Mise-à-jour: #2: Autant la couverture médiatique montréalaise a été famélique aujourd'hui, autant elle devrait être importante demain. En passant, il y aura 3 autobus de partisans qui quitteront l'UdM demain, en plus des partisans qui s'y rendent directement.... apportez du linge imperméable, ça risque d'être serré jusqu'à la fin, faut être prêt à appuyer les Carabins jusqu'au bout: ALLEZ LES BLEUS!!!

mardi 10 novembre 2009

Ramassis de Notes- scouting de la ½ finale des bicolores dorés

Quand on n’écrit pas des billets ou des commentaires sur le blogue, il arrive que l’on écoute des matches de football… Alors, nous avons visionné le massacre sur la colline (oui oui au complet), mettant en vedette les bicolores dorés et les Piqueurs qui ont terminé le match littéralement sur les genoux. En passant, on ne sait pas trop si c’est parce qu’il faisait frais ou que vous êtes habitués aux massacres, mais les estrades nous apparaissaient au trois-quart vides au dernier quart. Nous à Montréal, à la même heure, même si la victoire était acquise et que les substituts étaient sur le terrain, peu de gens avaient quitté...

Alors, voici quelques notes sur ce match :

Disons que la passe de Mackay à Corey Watson a débuté le match solide pour les Piqueurs, on n'a pas trop compris le long jeu qui a mené à l’interception de Samuel Lajoie… Personne ne va gagner contre Qc city avec une succession de longue passes, la tertiaire bien peut hoqueter, mais elle ne fouerrera pas au complet. Par la suite, l’offensive des bicolores s’est mise en marche et a rapidement enlevé le goût de la victoire aux troupiers de coach McGrath (on se retiens pour ne pas faire une blague de mauvais goût, on a encore le coeur noir)…

#15 Sébastien Lévesque… Il est définitivement le gars qui court le plus mal, mais le plus vite que l’on n’ait jamais vu… Il court tout le temps comme s’il avait un pigskin dans chaque bras… Mais Bon Dieu qu’il court vite… À l’occasion du touché où il a couru autant d'est en ouest que du Nord au Sud, un petit DB des Piqueurs était incapable de le rejoindre… pourtant à l’œil, il faisait 50 livres de moins que Sébastien et n’avait pas de ballon à transporter!

L’avantage du #15 sur Pascal Fils & Rotrand est sa vitesse qui lui permet d’aller « all the way »… et le gros avantage au « all the way », c’est que ça donne des points, ça donne une tonne de verges à la fiche du porteur, et ça se termine sans contact… Les belles courses des deux autres totalisent une trentaine de verges et se terminent par un plaqué dans la tertiaire.

Nous avons des espions qui nous ont remis l’uniforme de S. Lévesque après la partie et nous l’avons fait analyser par un laboratoire indépendant de Montréal… On a été incapable de trouver une seule once d’ADN de D-Line de ConU sur son uniforme… Les D-Line de l’Ouest de Montréal n’y ont pas touché! Ce faisant, il arrivait beaucoup trop rapidement dans la secondaire et Corey Greenwood & Kyle Smith, tous deux blessés ne pouvaient rien y faire. On sait que la D-Line des Piqueurs semblait très opprimée par les blessures, on a notamment vu Rankin jouer des 2 côtés du ballon, sans compter que « naturellement » les deux bloqueurs au centre des Piqueurs ne sont pas les plus efficaces contre la course, ce qui explique que notre scénario du game preview s’est concrétisé.

Théoriquement, il faut que même si la D-Line ne peut stopper le RB, elle se doit de l’accrocher, le ralentir, ne serait-ce que le toucher, pour lui faire perdre le momentum de sa course et ainsi donner un chance aux secondeurs de closer dessus...

De l’autre côté du ballon, après plusieurs interceptions, lorsque Robert Mackay s’est mis à être plus précis, ce sont les receveurs ConUyens qui les échappaient… disons une partie où rien n’allait et c’était évident que quelques joueurs avaient abandonnés.

Comme quelques commentateurs l’ont souligné, le fait que les R & O ouvrent le jeu d’abord par la course au sol (habituellement ils s’établissent avec le jeu aérien) a été un des facteurs clés.
Les receveurs des bicolores sont toujours aussi gros et habiles, il va falloir être efficace sur les premiers plaqués dans la tertiaire pour les contrôler samedi.

On a été impressionné par la vitesse de #32 Fredo Plessius, qui sur un jeu dans les unités spéciales, s’est donné un angle de poursuite très serré envers Robertson (le joueur le plus rapide des Piqueurs) et l’a quasiment fauché à la cheville !

#45 Kelly Hilaire a démontré de grandes habiletés athlétiques lors de son interception. À voir la grandeur des joueurs de la D-Line et de la secondaire des bicolores dorés, un grand quart-arrière vaut définitivement son pesant d’or dans un affrontement avec les représentants de la ville qui veut un nouveau Colisée.

On a bien aimé votre nouveau à la D-Line, Jean-Michel Fortin du haut de son 6’8", on a pas fini de le voir celui-là. Faut dire qu’à sa grandeur, on a pas le choix !

Le hic c’est que les deux lignes des Piqueurs étaient tellement faibles et blessés (Turp a sorti une couple de fois du jeu de peine et de misère) qu’il est vraiment difficile d’évaluer la force de leurs opposants.

Prochain billet, le game preview ! préparez vos pronostics et arguments…

lundi 9 novembre 2009

Les Carabins encore et toujours boudés...

*soupir*

Trophée Jeff-Russelll remis joueur par excellence de la Ligue de football universitaire du Québec : Benoit Groulx.

Le secondeur Cory Greenwood des Stingers de l’Université Concordia a été nommé à l’unanimité joueur défensif par excellence et mis nomination pour le Trophée des Présidents, présenté au joueur défensif par excellence au Canada.

David Bouchard, du Rouge et Or de l’Université Laval, a quant à lui remporté l’honneur du meilleur joueur de ligne en plus d’être mis en nomination pour le prix J.-P. Metras, présenté au meilleur joueur de ligne du football universitaire canadien.

Jonathan Collin, des Redmen de l’Université McGill, a de son côté été nommé la recrue de l’année et le candidat au prix Peter Gorman, remis à la recrue de l’année sur la scène nationale.

Charles-Antoine Sinotte, receveur des Redmen de l’Université McGill, est en nomination pour le prix Russ Jackson remis annuellement au joueur de football universitaire canadien ayant obtenu d’excellents résultats scolaires et s’étant engagé significativement dans sa communauté, tout en se démarquant en tant que joueur de football.

Le gagnant du titre d’entraîneur de l’année sera annoncé pendant la semaine suivant la coupe Dunsmore. Les gagnants des honneurs individuels au niveau canadien seront pour leur part dévoilés le jeudi 26 novembre prochain lors du gala des étoiles canadiennes qui aura lieu dans le cadre des festivités de la coupe Vanier à Québec.

Pour plus de détails sur RDS.ca


Mettons que ça commence à être ridicule... Pour la recrue de l'année on était très impressionné par Collin, et on s'est dit avant le 8e match et dernier match de la saison que le joueur qui ressortirait de cette journée serait notre candidat... (Compte-tenu que ce match était important pour les 2 équipes )

Rotrand Sené a gambadé dans la coriace secondaire des Renardois accumulant plus de 200 verges en 33 portées. Collin de son côté a inscrit 0, comme dans Ouellet, points contre les bicolores dorés!!!

Rappelons que Rotrand a gardé honorablement le fort, pratiquement seul (sans quart-arrière) dans l'hostile PEPS devant la défensive la plus coriace de SIC dans les courses au sol, inscrivant le 2e total de plus de points accordés par cette défensive de l'année! Cet exploit à lui seul aurait dû lui valoir le titre!

Bravo aux gagnants, et c'est une raison de plus pour gagner le Dunsmore, avec une bande de non-étoilés!

Merci à Hohly pour le lien...

Ajout d'articles de Serge Vleminckx:

D'accord avec le choix de Groulx

Trouve que Rotrand le méritait davantage que Collin

Il soulève un point intéressant, le critère ultime ne devrait pas être: Quel athlète a le plus de chance de l'emporter au SIC? Un entraineur devrait enlever sa partisanerie ou ses "crottes sur le coeur" et voter en fonction des accomplissements de l'athlète...

Ramassis de notes (2) - 1/2 finale - And then they were two...



Dans l'excellent article de Randy Phillips dans "The Gazette" (oui, oui, le journal anglo ne parle pas des Redmen ou des ConU de l'année, mais couvre les Carabins en éliminatoires... allez comprendre), l'entraineur Blugh des Mauves a déclaré:

"We ran out of guys, we were banged up big time. We had our starting defensive tackle,starting quarterback, starting receiver and kick returner out (with injuries) and even (slotback) Shawn Gore shouldn't have been playing today and (defensive-tackle) Kendrick Ritchie shouldn't have been playing, either.
"We were held together by Band-aids today," a dit Blugh. "We fortunately got some bounces on them in the first quarter to be able to get up on them, but playing with the injuries, they wore us down."

Pour répliquer à coach Blugh, voyons encore une fois nos partants qui n'étaient pas habillés samedi : CB #2 Hamid Mahmoudi, LB # 52 Joash Gesse (Deux All-Canadian), DL # 98 Garlins Duclervil, DB #20 Jean-Michel "no miss" Laplante, OL #65 Sébastien Taché, RV #88 Djems Kouamé, notre QB substitut #17 Alex Rivet et surement que nous en avions une couple qui ne tenaient en place que grâce à de la broche de tuque. C'est certain que le quart Andrews a une importance prédominante chez les Guêtres, mais, il faut regarder des deux côtés de la clôture...

Un fait à noter est qu'à l'exception du R & O, les 3 autres équipes sont arrivées en demi-finale de Dunsmore extrêmement amochées, on y reviendra...

#8 Rotrand Sené court comme un chevreuil et ceci n’est pas dit de façon péjorative, il gambade véritablement lorsqu’il réussit à franchir la ligne d’engagement. Il se promène dans l’open field, variant sans cesse ses accélérations ralentissant, puis repartant… À un contre un, personne de la LFUQ ne peut l’arrêter ! Il glisse, virevolte, passe à côté des défenseurs de façon tellement désinvolte, qu’on en est rendu à en rire tellement le combat en est inégal ! Et avec le succès des matches récent, il prend confiance en lui et s’améliore encore.

Le wildcat, bien qu’il n’ait pas été essayé souvent, a été tenu en respect pour la première fois de l’année. Les Carabins devront peut-être y insérer des variables plus régulièrement (passes ou autres) pour mystifier les défensives adverses. D'après nous, les instructeurs de Qc city doivent avoir les formations de chat sauvage en boucle qui défilent continuellement sur leur fond d'écrans d'ordinateurs...

Notre #6 CB Jean-Gardy Clermont a fait encore une fois belle figure en récoltant une interception. Il nous a un peu stressé lorsqu'il a arrêté de courir après son receveur, s’est immobilisé et a sauté pour capter, au-dessus de sa tête, le ballon venant en sa direction, un gutsy play!

#10 Alexandre Nadeau-Piuze a pris la relève de Marc-O au quatrième quart, il a bien fait, le métier rentre tranquilement. Il s’est fait plaquer solidement à une occasion après une passe et une autre pour un sac par The Animal Ngoyi. C’est bon, il prend le pouls du jeu (Benoit Brunet sort de ce corps).

Que dire de #14 Olivier Nicolas Guimond sur les unités spéciales… On vous en parle à tous les matches, mais à celui-ci, c’était notre Steve Tasker. Il a effectué un minimum de 3 plaqués, et était sur toutes les couvertures. S’il y avait un prix à remettre au meilleur joueur des unités spéciales à l’exception des botteurs/retourneurs dans l’ensemble de la LFUQ, ce serait notre choix. Pour un deuxième année, il a une belle carrière de footballeur devant lui. Disons qu’il possède les qualités particulièrement recherchées par les recruteurs de la CFL.

Social

On aimerait souligner l’intérêt provoqué par nos minis burgers de chez Costco, n’eut été de Carbs4ever qui nous a distraits en nous offrant un hot dog à la saucisse merguez VRAIMENT ÉPICÉE, nous aurions pu débuter plus tôt et parfaire notre succès.

On lève bien haut notre canette de Bud à nos cheerleaders, qui sous l’insistance de la Sexxxion 6 (et aussi de la section 8 qui se défendait bien) et des cris « Moins de Ponpons - plus de pyramides » , ont fait plaisir à leurs partisans en accomplissant 2 pyramides coup sur coup à la fin du match… Des images mentales pour ensoleiller l'hiver à venir...

Désolé pour la photo d'ouverture qui n'a pas de lien avec The Gazette, on voulait initier nos lecteurs montréalais à l'importance du match de samedi chez nos amis concitoyens de Marc Simoneau.

dimanche 8 novembre 2009

Ramassis de notes (1) – 1/2 finale - On ne parle plus des Cantons


Le début du match fut particulier, le QB recrue des faux-alligators Jordan Heather se comportait comme un quart établi, réussissant ses 4 premières passes tout en bougeant très bien dans la poche protectrice, bien que la pression des Bleus fut minimale. Et puis l’erreur de #15 PP Gélinas (disons qu’il est plus à l’aise se déplaçant vers l’avant que vers l’arrière) leur permit de conserver leur momentum. Après, il fut victime d’un sac... et ce fut la fin de l’offensive mauvâtre pour le reste de la partie. Par la suite, les passes étaient moins précises et les receveurs ne semblaient plus vouloir de la peau de cochon. Un fait qu’on a trouvé particulièrement « encourageant » est qu'usuellement, lorsque les Carabins ont un tel retard au compte, les punitions qu’ils amassent compliquent toute tentative de remontée et ultimement pénalisent le jeu au sol…

La demi-finale du Dunsmore l’an dernier en est l’exemple parfait. Samedi dernier, les Carabins n’ont pratiquement pas pris de punitions, SORTEZ LE CHAMPAGNE, simplifiant de beaucoup la remontée qui s’ensuivit…

Le score final n’est pas le reflet du match, les Carabins ont une fois encore manqué d’opportunisme dans la red zone. Les verges gagnées sont un meilleur indicateur de l’allure du match, 639 pour les Bleus et 191 pour les Guêtres . Malgré les 236 verges de #8 Rotrand Sené, les Carabins ont tout de même gardé le ratio passes/courses à 47%, ratio très respectable compte-tenu que tous s’attendaient à un match quasi unidimensionnel en faveur de la course.

Si jamais il en reste qui doutaient de #4 Marc-O Brouillette... Il vient de prouver qu’il est dans l’élite des passeurs de la ligue. À notre connaissance, c’est la première fois qu’il gagne un match sans ses jambes. Il n’a pas couru du tout. Seulement son bras droit et Rotrand dans le back field, combiné à sa ligne offensive qui l’a tenu à l’écart des défenseurs mauvâtres, lui laissant tout le temps pour passer. Lorsque les Guêtres blitzaient, un RB ou un garde le neutralisait ou le ralentissait et Marc-O complétait le jeu. À une occasion, on a vu #70 Elie Ngoyi passer la ligne et venir menacer Marc-O. Le guerrier #34 Mark DeLuca y était et protégeait Marc-O de façon paternelle… Disons qu’il a poliment expliqué à Elie les tenants et aboutissants de sa présence non désirée dans le champ arrière.

On avait mentionné, il y a quelques semaines que les receveurs de Marc-O, sans avoir échappé de passes, n’avaient pas souvent complétés les longs jeux sur des passes qui semblaient relativement précises… Et bien, #13 Youssy Pierre et #80 François Leclerc ont renversé la tendance. Youssy n’a non seulement bien réceptionné les passes, mais il se positionnait toujours bien pour les YAC par la suite, même s’il n’a pas fait de gains impressionnants par la course. En fait, depuis la blessure à #88 Djems Kouamé, Youssy a tout simplement été parfait. Youssy/ Coach Santerre, nous ont expliqué que c’était une stratégie de leur part d’effectuer plusieurs jeux en direction du #13 pour profiter de l’attention que les Faux-alligators allaient porter à #19 Frank Bruno, et c’est ce qui avait été pratiqué pendant cette semaine. La stratégie a vraiment porté fruit.

Parlant de Frank, c’était sa journée tranquille de l’année… peu de bottés en sa direction et très peu de passes également. Il a commis une erreur en précipitant un attrapé de botté, causant un revirement en faveur des Mauves. On sentait qu’il voulait « trop », causant provoquant l’erreur.

On poursuit demain avec nos ramassis de notes (2) et après avoir visionné le "match" des bicolores dorées vs les Piqueurs de ConU, nous allons probablement jeter sur papier quelques notes également...

samedi 7 novembre 2009

Qc City, here we come!


Les Carabins de l'Université de Montréal ont remporté une décisive victoire contre les Gaiters de Bishop's au CEPSUM cet après-midi au compte de 40-15...

On a appris un peu avant le match que les Gaiters débuteraient la rencontre sans leur 2 joueurs clés en attaque: Steven Turner (qui avait manqué les 2 dernières rencontres), mais à la surprise de tous, sans la présence de leur quart habituel, réputé "homme de fer" Jesse Andrews.

Nos Bleus, ont débuté le match extrêmement lentement, possiblement trop sur d'eux, et se font fait littéralement remettre à leur place par le quart substitut Jordan Heather qui en était évidemment à son premier départ à vie dans le Mauve uniforme. Conjugué à une mauvaise remise/ réaction du botteur #15 PP Gélinas et c'était déjà 14-0 pour les faux alligators à mi-chemin au premier quart (sans compter que l'attaque se résumait à des courses de Rotrand Sené qui étaient bloquées à la ligne de mêlée ... Disons que ça se questionnait fort dans les gradins du CEPSUM... et puis Marc-O s'est mis à lancer des passes.... the rest is history...

Tel qu'à notre habitude on vous laisse les compte-rendus du match des journalistes professionnels, nous vous reviendrons un peu plus tard...

Vleminckx dans Rue Frontenac

RDS

Sur Versus-Québec

On lève notre coupe de vin du souper du samedi soir à #13 Youssy Pierre, qui non seulement à connu le match de sa vie, mais a également fait taire les sceptiques sur ses mains.... et on se doit de mentionner Rotrand, parce que c'est Rotrand (et 236 autres bonnes raisons)

Rappelons que les bicolores dorés ont piétinés, écrasés et recrachés les Piqueurs au compte de 63-1 au Peps cet après-midi...

Donc, la semaine prochaine, on va déjeuner avec la surévaluée poutine Ashton...

Photo de Dom Bernier de Rotrand Sené qui s'étire pour enregistrer un touché à la suite d'une autre de ses belles courses.

Lecture(s) inspirante(s)....

Un portait de l'entraineur des Carabins Marc Santerre, par le journaliste Jean-François Bégin. On y apprends qu'il est davantage un homme de leadership et de structure, qu'un dictateur old school.

Il va terminer la préparation d'un livre cet hiver à Paris... (il va falloir vérifier nos fautes d'orthographes et la construction de nos phrases... ).

La grande révélation (sic) qu'on a en lisant cet article, c'est lorsqu'il parle de #19 Frank Bruno: Il donne l'exemple du spécialiste des retours de bottés Frank Bruno, joueur des unités spéciales de la semaine au Canada. «Il nous coûte beaucoup en punitions. On n'aime pas ça et on essaie de lui faire comprendre qu'il serait mieux de se modérer. Mais Frank, c'est un package deal. On doit prendre le bon et le moins bon. Parce que si on éteint sa flamme, on va aussi éteindre son bon côté.»

Bonne lecture...

Dans La Tribune ce matin, l'excellent secondeur des faux-alligators, Justin Conn a déclaré: "La seule différence, c'est que cette fois le match sera disputé au CEPSUM, c'est un stade très bruyant où la foule embarque beaucoup. Parfois, on a un peu de diffficulté à s'entendre, mais personnellement j'adore jouer dans un stade où il y a beaucoup d'atmosphère, c''est là que je joue mon meillleur football"

Comment ça parfois??? On vous l'avait dit qu'il y avait place à amélioration, il faut qu'il ait TOUJOURS de la difficulté à entendre!

On se dirige au CEPSUM en faisant nos vocalises...

jeudi 5 novembre 2009

Venue des faux-alligators*, un plat qui se mange froid...

Nous y voilà, pour la première fois depuis 2005 – un match éliminatoire sur notre sol béni par l’ombre de l’Oratoire ! les Gaiters de Bishop’s (communément appelé les faux-alligators*) seront nos invités spéciaux pour l’occasion. Rappelons que ceux-ci nous ont vaincu 23-15 lors de l'unique affrontement, il y a deux semaines à Lennoxville. Ceux-ci ont blessé notre QB Marc-O Brouillette sur un controversé late hit en milieu de 3e quart.

Pour les Mauves (amateurs inavoués de Barney) :

Les Guêtres sont menés par un quart qui nous a impressionné cette année : #5 Jesse Andrews. Ce dernier qui évoluait dans l’ombre de Jamall Lee par le passé s’est affirmé cette année et a prouvé qu’en plus d’être un excellent scrambler, il pouvait également être un passeur précis. Il est reconnu comme un QB-homme de fer, car il n’a pas manqué un départ depuis 2006, et ce, malgré plusieurs plaqués solides à son endroit (particulièrement cette année), il revient toujours à la charge… À son match contre nous, il découpait notre tertiaire de façon chirurgicale jusqu’à ce qu’il reçoive un hit qui lui fasse manquer une série de jeux. Par la suite, combiné au revival des Bleus, il n’a plus rien fait du match. Il sera donc important pour nos Bleus de le tenir sous pression.

Les Mauves possèdent également un jeune porteur de ballon, trapu et lourd, #34 Matt Burke qui court comme un bulldozer, droit devant et est difficile à arrêter, bien qu’il n’est pas du type explosif et ne fera pas de longues portées d’un bout à l’autre.

Il est appuyé principalement par 3 excellents receveurs, #2 Shawn Gore, un vétéran de 4 ans, très habile, d’Olivier Mongeau #9 , un miraculé qui excelle pour se démarquer et le très grand #4 Duraney White (6'5) qui possède le précieux avantage de la taille sur la petite tertiaire Montréalaise.

Du côté de la défensive Anglo-Estrienne, les joueurs à surveiller DB #32 Jermaine Lewis-Paris qui avait bien fait contre nous. Et le maraudeur #13 Jermaine Gabriel, le joueur par excellence SIC de la semaine et botteur de précision #43 Justin Conn (ne pas prononcer à la française) et le #70 Elie « The Animal » Ngoyi qu’il faut surveiller même surtout lorsque le jeu est terminé !

Du côté des Carabins :

Coach Santerre a dit à tout ceux qui voulaient l’entendre la semaine dernière que #4 Marc-O Brouillette n’avait pas subi une commotion cérébrale lors du match contre Bishop’s, il n’avait qu’une douleur à la nuque, il n’y a donc pas de raison pour que Marc-O ne soit pas à la tête de l’offensive… bien qu’on en doute toujours…

La clé pour les Bleus sera un début de match solide (ils possèdent un différentiel de +45 points au premier quart) et assurer la suite du match par un contrôle du ballon, principalement au sol avec l’excitant et imparable chat sauvage et son dresseur officiel #8 Rotrand « Roll » Sené.

Finalement, un peu le même plan de match que la semaine dernière contre le Vert & Or. On se fiera à notre coriace et expérimentée défensive pour mâter les Mauves. Notons que plusieurs joueurs de la défensive en seront probablement (à moins d’une improbable victoire de ConU sur Qc city) à leur dernière partie au CEPSUM : #51 Martin Gagné, #95 Mathieu Brossard, #7 Gaïus Renelick, #3 Ralph-Jerry Jules et possiblement #52 Joash Gesse (blessé, qui risque fort de graduer dans la CFL au repêchage du printemps 2010) en plus de #53 Stéphane Turner du côté de l’offensive… et quelques 4e années qui risquent d'orienter leur carrière différemment en 2010.

Les équipes spéciales, qui risquent de faire la différence dans ce match, verront l’affrontement entre incontestablement les 2 meilleurs retourneurs de la LFUQ, #19 Frank Bruno et #24 Stephen Turner (qui était blessé lors des deux derniers matches) et la stratégie des instructeurs qui botteront librement ou viseront les lignes de côté (avec une perte de distance comme compromis). Du côté des botteurs de dégagement, le #6 Josh Maveety des Mauves n’a pas de statistiques impressionnantes, mais frappe le ballon avec du oumphh et l’envoie à une belle hauteur (accordant du temps à l’équipe de couverture de se rendre au retourneur). Notons que les faux-alligators n’ont pas de botteur de placement digne de ce nom. Nous sommes convaincus que les Carabins prêteront une attention particulière aux tricks plays, et ne se feront pas surprendre de la même façon qu’il y a 2 semaines. Faites également attention aux bottés bloqués. On a vu à quelques reprises cette année, que les Bleus peuvent en bloquer un ou deux, s’ils s’y mettent…

L’unité de couverture des Bleus n’a pas laissé une seule fois cette année un retourneur accomplir de longs gains à leurs dépens, mais le Turner en question en a retourné un de bout en bout, plus tôt cette année, contre l’unité de couverture, que l’on croyait invincible, des bicolores dorés...

Selon les prévisions météo, ils annoncent beau et froid samedi … et comme la vengeance est un plat qui se mange froid… ça n’en sera que meilleur…

Mise à jour 5:24: Marc-O sera habillé samedi - si la tendance se maintiens, il sera à son poste...

Et pendant ce temps, au PEPS

Dans l’autre demi-finale à l‘affiche dans la LFUQ, qui sera télédiffusée à Radio-Canada (partez les PVR), les bicolores dorés de la Capitale provinciale affrontent les Piqueurs de Concordia.

Dans ce match, on ne voit pas comment les Piqueurs pourront stopper la course au sol des bicolores dorés. On parle beaucoup de la stinging défense des Piqueurs (qui amènent un joueur de plus que leur opposant sur la ligne et forcent sans cesse le Qb par le blitz), mais les bicolores possèdent une arme offensive qu’ils utilisent avec parcimonie, Sébastien Lévesque, lui qui ne demande qu’une ouverture pour détaler à pleine vitesse de son inarrêtable style "arespiratoire" jusqu’à la ligne des buts. Sébastien va connaître une grosse journée… De plus, même en style conventionnel, ConU a éprouvé de la difficulté à stopper la course au sol pendant toute l’année. Le dernier match contre McGill n’est pas un indicateur, car on croit qu’Andrew Hamilton était blessé (pour se voir gratifier de si peu de portées).

De l’autre côté du ballon, il sera intéressant de voir ce que l’offensive avec le vent dans les voiles de ConU, avec un QB Robert Mackay ayant à peu près battu tous les records de passeurs de l’université anglophone, épaulé par un receveur qui sera surement repêché en avril, Corey Watson, et un athlète exceptionnel, Liam Mahoney, qui sera également repêché son tour venu… sans compter une pléiade d’autres receveurs de haute qualité : Dan Rodrigues, Greenaway, Arian Francois, Dimitri Amarouni et Sanchez Deschamps… sauf que sans attaque au sol menaçante et devant la tertiaire la plus forte de la LFUQ (4 de leurs 5 DBs ont fait l’équipe d’étoiles de la LFUQ), les Piqueurs devront atteindre un niveau d’exécution irréprochable pour marquer une vingtaine de points contre les représentants de la ville qui n’a pas voulue de Jeff Fillion comme maire. Rappelons qu’à l’exception de leur visite à notre CEPSUM, cette défensive n’a rien donné de l’année…. Genre RIEN !

Dernière heure (merci Sylven): Selon le CIS forum dot-org, Mahoney serait fini pour l'année avec un pied fracturé (il n'a pas terminé le match contre McGill la semaine dernière), le meilleur joueur en défensive de la LFUQ Corey Greenwood ainsi qu'un de leur plus actif défenseur Kyle Smith seraient également très amochés. Si ces rumeurs se confirment, ça sera un autre massacre à OK Peps.

N’oubliez pas que le foot universitaire, comme le sport en général, est un microcosme de notre société, et notre société est actuellement ébranlée par une bébite avec des chiffres et des lettres que vous avez peut-être entendu parler cette semaine… Jusqu’à maintenant, les Wildcats de Moncton de la LHJMQ ainsi qu'une équipe de Volleyball CIS de l'Ontario ont annulés leurs matches du w-e... Avec 200 joueurs sur les 2 terrains, il est assuré que quelques-uns d’entre eux servent d’hôtes au virus, leurs nombres ? Des joueurs clés ? Est-ce que les équipes ont mis en place de la prévention ? (On a lu que B. Groulx de Qc city combattait une « petite grippe » mercredi… Un paramètre supplémentaire à mettre dans la marmite d’analyse footballistique.


*Lors de notre séjour à Lennoxville, nous étions surpris de voir et d’entendre que les Gaiters (guêtres) avaient une mascotte et un cri de ralliement s’apparentant à celui d’un alligator (Gator), de là notre appellation : Faux-alligator...

Photos de Dom Bernier, dont celle où Peter "The Ram" Carrière tente de bloquer un botté.