lundi 2 mars 2015

Les ingrédients qui composeront les Champions

Photo: Philippe Bouchard
Voici quelques anecdotes chronologiquement racontées qui illustrent les petites choses qui se sont accumulées pour former une équipe championne.

2010 - À cette époque, lors du Super Bowl, les Carabins recevaient leurs partisans dans l'aréna du CEPSUM et en profitaient pour présenter les nouveaux recrutés, c'est ainsi que coach Santerre introduisit un grand et gros joueur provenant d'un prep school américain dont personne n'avait entendu parler, mais qui possédait la précieuse qualité de long snapper. Il fut peu compétitif lors de ses 2 premières saisons, mais il ne fit que s'améliorer par la suite: Mathieu Girard.

Photo: Domskibum
Août 2011 -  St-Léonard 23:00 , un appel téléphonique interurbain provenant de London Ontario : il provenait d'un prospect qui avait fait la girouette lors des mois précédents entre la NCAA, les Carabins, le Rouge et Or et les Mustangs. Le fortement recruté secondeur Byron Archambault voulait savoir s'il serait le bienvenu si jamais il se présentait au camp d'entraînement des Bleus plutôt que celui des Mustangs de Western Ontario qui débutait dès le lendemain...

Les colocataires Mathieu et By-Ray furent les leaders incontestés de la défensive Bleue et terminèrent leur saison en étant les joueurs clés des fins de matches éliminatoires. (Pensons à #bottébloqué #bottébloqué #bottébloqué)

Novembre 2012 - Après une saison 2012 où l'absence d'un botteur régulier couta cher à l'équipe, les
Photo: Domskibum
Bleus s’empressèrent de recruter un freluquet issu du CÉGEP Montmorency, Félix Ménard-Brière.

Responsable des 2 types de bottés en 2013, il perdit le privilège des bottés de placement au 4e match de la saison. Ne se laissant pas abattre, il se fit remarquer par ses bottés profonds tout au long de la saison, mais également par quelques bottés percutants en éliminatoires qui donnèrent régulièrement le momentum à son équipe. Lors de la Dunsmore, il tiendra tête au meilleur botteur jamais produit par la LFUQ B. Bédé, empêchant celui-ci d'agir en tant que différenciateur comme il l'avait fait si souvent lors des saisons précédentes.

Décembre 2014 - Le bloqueur Gustave Sylvestre, qui avait abandonné le football suite à la saison 2012, reçut un appel de coach Maciocia. Il avait perdu la flamme de la peau de cochon, n'ayant jamais pu revivre l'esprit d'équipe qu'il avait expérimenté au collège Notre-Dame avec les 2 équipes collégiales où il avait évolué subséquemment. Devant l'opportunité offerte par l'entraîneur Bleu, il régularisera sa situation académique dans les mois subséquents afin d'être admissible au camp d'entraînement.

Malgré qu'il n'était qu'une recrue, Gustave a su tenir en respect les meilleurs ailiers défensifs des équipes adverses. Même le joueur de ligne de l'année 2014 de la RSEQ, le 5e année du Rouge et Or V. Desloges reconnut son travail impeccable à l'issu du dernier match de la saison régulière au CEPSUM.


Photo : Domskibum
Avril 2014 - Après une première année vacillante où il était pourtant pressenti pour être le quart-arrière partant des Carabins, le père de Gabriel Cousineau, Yves, prit entente avec son fils: "Cet été, tu t'entraînes physiquement, tu lances des ballons à tes receveurs, tu fais tout ce qu'il faut pour améliorer ton football. Moi en retour, je deviens ton employeur d'été et je compenserai tes habituels revenus d'emploi étudiant."

Gabriel prit le lead de l'offensive de l'équipe dès le match pré-saison. Il terminera la saison en établissant à peu près tous les records pour un quart-arrière des Carabins et finira avec la 6e moyenne de passes complétées de toute l'histoire de SIC (71.9%).

Juin 2014 - Le secondeur P-Y Lavergne croyait en avoir fini du football. Transféré de l'Université d'Ottawa la saison précédente, Il était venu étudier à l'UdM en vue d'obtenir une maîtrise en administration. Aimant du football, il avait complété sa 4e année d'admissibilité et avait reçu peu d'intérêt des recruteurs CFL. Trouvant particulièrement difficile la conciliation Maitrise-Football, il croyait en avoir terminé avec le football... Puis il renversa sa décision avant le camp d'entraînement...

Tout au long de la saison, P-Y fut le joueur clé sur les unités spéciales, étant souvent le premier ou le deuxième arrivant sur les retourneurs adverses et plaquant durement ceux-ci. Il donna le ton à son équipe à la Vanier en causant un échappé sur justement un solide plaqué au début de la  2e demie.

Novembre 2014 - Coupe Dunsmore - Nous sommes à la toute fin du 2e quart, et après une solide demie à avoir dominé les imbattables Rouge et Or à domicile, les Carabins mènent 6-0 et L-P Simoneau tente de réaliser un placement pour permettre à son équipe de retraiter au vestiaire avec une avance de 9 points. Le botté de 36 v. est manqué! Le retourneur est le rapide et explosif Mathieu Boutin qui évite un après l'autre les défenseurs (plutôt lourds) de l'unité de botté de placement et remonte dangereusement le terrain. Nick Dubeau surgit de nulle part et le cloua au sol après un retour de 47 v., permettant aux siens de retraiter au vestiaire avec l'avance et le tellement important momentum.

Après deux premières saisons prometteuses, en 2014 Nicolas Dubeau fut relégué au 3e rang comme porteur de ballon de l'équipe et évoluera épisodiquement comme retourneur de bottés d'envoi. Il effectuera 3 plaqués, uniquement en première demie, à titre de membre des unités spéciales lors de la Dunsmore.

Photo: QMI
Novembre 2014 - Coupe Vanier - Au deuxième quart, le maraudeur étoile Anthony Coady plaque
solidement un Marauders et sent au même moment quelque chose "popper" dans son épaule entraînant une atroce douleur. Il poursuivra la rencontre sans rien laisser paraître à ses adversaires et terminera ce match avec 2 interceptions pour son équipe.

Il recevra les félicitations de tous après la rencontre en répétant sans cesse à ceux qui s'approchaient de lui: "Ne me touchez pas!". Sa blessure est tellement sérieuse que 4 mois plus tard, il n'a toujours pas repris l'entrainement...

  - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ces quelques histoires illustrent l'abnégation, la volonté de se dépasser, et le désir de vaincre qui doivent être le mortier de toutes les équipes championnes. 


Évidemment, il doit avoir beaucoup plus d'anecdotes que énoncées celles-ci, et on imagine quelques une que les instructeurs et staffs de l'équipe ont également vécues, mais celles-ci sont celles que nous avons choisi de raconter.


samedi 13 décembre 2014

Le receveur étoile L-M Normandin en Bleu

Très bonne nouvelle aujourd'hui où Danny Desriveaux et Marco Iadeluca ont confirmé sur Twitter l'arrivée du receveur le plus attendu cette année, soit le #8 du CVM, Louis-Mathieu Normandin.

Et pour pleinement apprécier le talent de cet ex-Cactus, rien de mieux qu'un petit vidéo récapitulant son année 2014 avec les Spartiates:




Disons qu'avec Regis Cibasu, Mickaïl Davidson et L-M Normandin, les demis-défensifs adverses vont avoir un sérieux problème en affrontant les Carabins. Et une chose est certaine, jamais dans leur histoire les Carabins n'ont eu trois receveurs aussi habiles pour amasser des YAC.

Et pour plus de L-M Normandin, vous trouverez ici sa videothèque HUDL

mercredi 3 décembre 2014

Historique Coupe Vanier 2014 - Les Entrevues - "Par la porte avant..."

Les entrevues de la Vanier, ce n'était pas évident. Il y avait des tonnes (des mégatonnes) de journalistes sur le terrain, les partisans en nous étions submergé de joie compromettant notre détachement nécessaire, mais Maître du Monde et Domskibum ont tout de même produit un résultat plus qu'intéressant.

Donc, en entrevue, on a le secondeur finissant et bête des US #14 PY Lavergne, le héros de l'offensive chez les Bleus en 2014, #4 Cousin Gab Cousineau et en monologue, notre oline incontournable #61 A. Laganière




Bon visionnement!

dimanche 30 novembre 2014

Coupe Vanier 2014 - Ramassis de notes...

Impossible d'empêcher la réalisation du destin : Carabins2k14 - Photo Benoit Turcotte

Encore une fois, beaucoup de choses à dire... Plongeons donc:

Grosse foule et surtout leçon de tailgating pour les Alouettes. On est certain qu'ils ont pris des notes. En passant, les briquettes de charbon de bois contribuaient à l'odeur et à l'atmosphère festive. Seulement, un peu plus de toilettes portatives et tout aurait été parfait.

- Il ne faisait pas chaud dans le Percival, surtout quand le soleil a disparu après 45 minutes. Les pauses commerciales de la Vanier nous semblaient plus longues que celles habituelles. Et pour mal faire, plusieurs arrêts pour blessures survenaient immédiatement après ces pauses. On a vu plusieurs spectateurs quitter tout simplement gelés au 4e quart.

- Plusieurs spectateurs avaient fait le voyage à partir de Qc city, et dans notre coin, la majorité de ceux-ci s'étaient ralliés à la cause Bleue. Malheureusement, quelques autres avaient pris le parti des visiteurs en faisant le plus de bruit possible lorsque les troupiers de coach Maciocia étaient en attaque.

- Le reporter de Sporstnet D. Bennett écrira sur Twitter à la suite de la rencontre:  

Been to games, been to games & I don't remember a crowd louder than late in the 4th. Ears are still ringing
   Bravo les partisans!


Photo: Sports du Nord
- Les zarbitres avaient attaché leurs mouchoirs avec de la broche. Dans ces circonstances, les joueurs
plus physiques, plus forts l'emportent sur leurs opposants. Merci Monsieur Cibasu d'avoir choisi le Bleu.

- Ça frappait très solide tout au long de la rencontre, et ce des deux côtés.

-  Pour un troisième match d'affilé, notre attaque au sol était anémique: 57v., une moyenne de 3.5v par course. La plus longue de ces courses devait être de 5v.

- #4 Gab Cousineau rassemblait par moment à celui de l'an dernier. Il n'avait pas la confiance en lui qui l'a caractérisé cette année. Sur certains jeux, il n'avait pas le temps pour repérer ses receveurs, et lorsqu'il avait le temps, il n'isolait pas le plus dégagé.

En passant, pourrait-on lui faire exécuter des passes courtes au premier quart pour lui permettre de prendre son rythme ? Ses 3-4 premières passes étaient toutes pour plus de 20 verges.

Il devra travailler cet hiver sur des façons de se mettre en "production mode" lorsque les choses ne fonctionnent pas. Toutes les équipes ont vu cette rencontre et attendez-vous à voir du blitz en quantité industrielle contre les Carabins en 2015.

- La seule unité qui a clairement distancé celles de McMaster fut celle des unités spéciales. Menée par #82 F. Ménard-Brière (encore une fois magistral sous pression) et #18 L-P Simoneau et appuyée par #14 PY Lavergne (qui était sur TOUS les plaqués de ces unités).

- L'unique jeu de McMaster qui fonctionnait était la longue passe horizontale à une des deux extrémités du terrain, où les bourgognes parvenaient à amasser 7-8 verges ainsi. Notre #37 N. Gauthier a bien fait dans les circonstances, n'en laissant pas glisser entre ses mains.

- Que reste t'il à dire sur "Le jeu" ? La remise était un peu haute, le botté un peu rase-motté, les leaders des Bleus By-Ray et Mathieu Girard qui avaient passé au travers la ligne adverse... Mais n'était-ce pas la seule conclusion logique à l'année 2014 des Carabins ? L'année du destin.

- Après la victoire contre Laval au PEPS on demandait à coach Maciocia de remettre ça en proportion avec la Coupe Grey. Celui- ci disait alors qu'aucune comparaison ne tenait, la Coupe Grey était 50 X plus grosse...

Puis après le match à la même question de C. Dufresne de RDS, il répondra: 
"...Ç’a toujours été un objectif de gagner un championnat dans ma ville. Je ne pense pas que les coupes Grey remportées à Edmonton peuvent égaler ce qu’on vient de vivre »"






Quelques anciens: Johny Gervais, coach Dussault, Alex Zara, Félix Marois, L-P Charland - Photo ; Mathieu Brossard
  - Que ce soit à Loyola, au PEPS ou même au CEPSUM,nos fins de saisons de football universitaire étaient caractérisées par des finissants qui complètent leur carrière en larmes et en pleurs n'ayant pu atteindre l'objectif qu'ils s'étaient fixés 5 ans plus tôt. Impossible de vous dire quel bien ça faisait de voir ces mêmes anciens qui pleuraient, mais de joie cette fois-ci devant le St-Graal universitaire!


L'équipe du destin : Les Carabins 2014...

Qui d'autre que M. Girard et By-Ray pour mener la charge du botté bloquer - Photo Domskibum
Victoire des Carabins au compte de 20-19 dans un autre match à nous faire défibriller la ventricule gauche...

Au-delà de toutes les analyses de jeu et de stratégie, il n'en demeure pas moins que la constante de cette équipe était que les joueurs étaient convaincus qu'ils étaient pour l'emporter... et ils en ont fait la preuve une dernière fois.
Une scène peu familière aux amateurs des Carabins

Quelques liens choisis (moins sur le match proprement dit, mais plus sur l'après-match).

Richard Boutin - Les Carabins sont champions

E. Bouchard - J'ai laissé filer la Coupe Vanier - Tyler Crapigna

Celle très multimédia de Versus Football - Les Carabins marquent l'histoire

Et celle-là incontournable de mononk Ronald (à ne pas confondre avec l'autre mononk)

La 50ème est à nous!!!!