samedi 13 décembre 2014

Le receveur étoile L-M Normandin en Bleu

Très bonne nouvelle aujourd'hui où Danny Desriveaux et Marco Iadeluca ont confirmé sur Twitter l'arrivée du receveur le plus attendu cette année, soit le #8 du CVM, Louis-Mathieu Normandin.

Et pour pleinement apprécier le talent de cet ex-Cactus, rien de mieux qu'un petit vidéo récapitulant son année 2014 avec les Spartiates:




Disons qu'avec Regis Cibasu, Mickaïl Davidson et L-M Normandin, les demis-défensifs adverses vont avoir un sérieux problème en affrontant les Carabins. Et une chose est certaine, jamais dans leur histoire les Carabins n'ont eu trois receveurs aussi habiles pour amasser des YAC.

Et pour plus de L-M Normandin, vous trouverez ici sa videothèque HUDL

mercredi 3 décembre 2014

Historique Coupe Vanier 2014 - Les Entrevues - "Par la porte avant..."

Les entrevues de la Vanier, ce n'était pas évident. Il y avait des tonnes (des mégatonnes) de journalistes sur le terrain, les partisans en nous étions submergé de joie compromettant notre détachement nécessaire, mais Maître du Monde et Domskibum ont tout de même produit un résultat plus qu'intéressant.

Donc, en entrevue, on a le secondeur finissant et bête des US #14 PY Lavergne, le héros de l'offensive chez les Bleus en 2014, #4 Cousin Gab Cousineau et en monologue, notre oline incontournable #61 A. Laganière




Bon visionnement!

dimanche 30 novembre 2014

Coupe Vanier 2014 - Ramassis de notes...

Impossible d'empêcher la réalisation du destin : Carabins2k14 - Photo Benoit Turcotte

Encore une fois, beaucoup de choses à dire... Plongeons donc:

Grosse foule et surtout leçon de tailgating pour les Alouettes. On est certain qu'ils ont pris des notes. En passant, les briquettes de charbon de bois contribuaient à l'odeur et à l'atmosphère festive. Seulement, un peu plus de toilettes portatives et tout aurait été parfait.

- Il ne faisait pas chaud dans le Percival, surtout quand le soleil a disparu après 45 minutes. Les pauses commerciales de la Vanier nous semblaient plus longues que celles habituelles. Et pour mal faire, plusieurs arrêts pour blessures survenaient immédiatement après ces pauses. On a vu plusieurs spectateurs quitter tout simplement gelés au 4e quart.

- Plusieurs spectateurs avaient fait le voyage à partir de Qc city, et dans notre coin, la majorité de ceux-ci s'étaient ralliés à la cause Bleue. Malheureusement, quelques autres avaient pris le parti des visiteurs en faisant le plus de bruit possible lorsque les troupiers de coach Maciocia étaient en attaque.

- Le reporter de Sporstnet D. Bennett écrira sur Twitter à la suite de la rencontre:  

Been to games, been to games & I don't remember a crowd louder than late in the 4th. Ears are still ringing
   Bravo les partisans!


Photo: Sports du Nord
- Les zarbitres avaient attaché leurs mouchoirs avec de la broche. Dans ces circonstances, les joueurs
plus physiques, plus forts l'emportent sur leurs opposants. Merci Monsieur Cibasu d'avoir choisi le Bleu.

- Ça frappait très solide tout au long de la rencontre, et ce des deux côtés.

-  Pour un troisième match d'affilé, notre attaque au sol était anémique: 57v., une moyenne de 3.5v par course. La plus longue de ces courses devait être de 5v.

- #4 Gab Cousineau rassemblait par moment à celui de l'an dernier. Il n'avait pas la confiance en lui qui l'a caractérisé cette année. Sur certains jeux, il n'avait pas le temps pour repérer ses receveurs, et lorsqu'il avait le temps, il n'isolait pas le plus dégagé.

En passant, pourrait-on lui faire exécuter des passes courtes au premier quart pour lui permettre de prendre son rythme ? Ses 3-4 premières passes étaient toutes pour plus de 20 verges.

Il devra travailler cet hiver sur des façons de se mettre en "production mode" lorsque les choses ne fonctionnent pas. Toutes les équipes ont vu cette rencontre et attendez-vous à voir du blitz en quantité industrielle contre les Carabins en 2015.

- La seule unité qui a clairement distancé celles de McMaster fut celle des unités spéciales. Menée par #82 F. Ménard-Brière (encore une fois magistral sous pression) et #18 L-P Simoneau et appuyée par #14 PY Lavergne (qui était sur TOUS les plaqués de ces unités).

- L'unique jeu de McMaster qui fonctionnait était la longue passe horizontale à une des deux extrémités du terrain, où les bourgognes parvenaient à amasser 7-8 verges ainsi. Notre #37 N. Gauthier a bien fait dans les circonstances, n'en laissant pas glisser entre ses mains.

- Que reste t'il à dire sur "Le jeu" ? La remise était un peu haute, le botté un peu rase-motté, les leaders des Bleus By-Ray et Mathieu Girard qui avaient passé au travers la ligne adverse... Mais n'était-ce pas la seule conclusion logique à l'année 2014 des Carabins ? L'année du destin.

- Après la victoire contre Laval au PEPS on demandait à coach Maciocia de remettre ça en proportion avec la Coupe Grey. Celui- ci disait alors qu'aucune comparaison ne tenait, la Coupe Grey était 50 X plus grosse...

Puis après le match à la même question de C. Dufresne de RDS, il répondra: 
"...Ç’a toujours été un objectif de gagner un championnat dans ma ville. Je ne pense pas que les coupes Grey remportées à Edmonton peuvent égaler ce qu’on vient de vivre »"






Quelques anciens: Johny Gervais, coach Dussault, Alex Zara, Félix Marois, L-P Charland - Photo ; Mathieu Brossard
  - Que ce soit à Loyola, au PEPS ou même au CEPSUM,nos fins de saisons de football universitaire étaient caractérisées par des finissants qui complètent leur carrière en larmes et en pleurs n'ayant pu atteindre l'objectif qu'ils s'étaient fixés 5 ans plus tôt. Impossible de vous dire quel bien ça faisait de voir ces mêmes anciens qui pleuraient, mais de joie cette fois-ci devant le St-Graal universitaire!


L'équipe du destin : Les Carabins 2014...

Qui d'autre que M. Girard et By-Ray pour mener la charge du botté bloquer - Photo Domskibum
Victoire des Carabins au compte de 20-19 dans un autre match à nous faire défibriller la ventricule gauche...

Au-delà de toutes les analyses de jeu et de stratégie, il n'en demeure pas moins que la constante de cette équipe était que les joueurs étaient convaincus qu'ils étaient pour l'emporter... et ils en ont fait la preuve une dernière fois.
Une scène peu familière aux amateurs des Carabins

Quelques liens choisis (moins sur le match proprement dit, mais plus sur l'après-match).

Richard Boutin - Les Carabins sont champions

E. Bouchard - J'ai laissé filer la Coupe Vanier - Tyler Crapigna

Celle très multimédia de Versus Football - Les Carabins marquent l'histoire

Et celle-là incontournable de mononk Ronald (à ne pas confondre avec l'autre mononk)

La 50ème est à nous!!!!

jeudi 27 novembre 2014

The Big Kahuna : La coupe Vanier

 #83 Daniel VanderVoort qui s'impose devant 2 Gryphons - CBC
C'est la première fois qu'on rédige un game preview en sachant que c'est notre dernier de la saison au moment où on le rédige... Alors vous nous pardonnerez si on devient émotif...

Donc, samedi après-midi, comme dans un conte de fées, les Carabins disputeront le trophée le plus prestigieux du Sport Interuniversitaire Canadien dans un Percival-Molson rempli au bouchon de plus de 23 000 partisans habillés en Bleu. On ne sait pas trop quelles étaient les odds d'un tel scénario le 6 septembre (après la cuisante défaite de 40-13 à Québec city) , mais disons que le retour d'une telle gageure aurait sûrement été payant.

Et maintenant, il ne reste plus qu'un adversaire qui se dresse entre les Carabins et la coupe de l'ancien Gouverneur Général, les Marauders de McMaster. Un Marauder par définition est un "voleur", ou en d'autres termes des chapardeurs qui s'emparent d'objets ne leur appartenant pas. De là, il n'y a qu'un pas à faire pour affirmer qu'ils débarquent pour nous dérober la Vanier dans notre propre ville.

D'ailleurs, ils mettent brillamment la table, avec leur instructeur S. Ptaszek qui déclare ouvertement qu'ils sont défavorisés dans le processus les amenant à la Coupe Vanier (une stratégie des "nous contre le monde")... des Chapardeurs qu'on vous dit!

Leur couleur est le bourgogne (maroon) et gris, et leur animal les symbolisant est le balbuzard...

En pratique

Donc ceux-ci  possèdent une défensive très aguerrie, qui blitz beaucoup, ressemblant ainsi un peu à la nôtre. Souvent leur blitz est mené par leur secondeur au centre #1 N.Shorthill, un 4e année qui devance By-Ray au repêchge 2015 selon le CFL Scouting Bureau (ahem, ahem). À celui-ci se joint un DD qui s'amène au quart à partir de l'extérieur de la ligne de mêlée.

Sur les 5 DD partants des Marauders, 4 en sont à leur 5e année (merci de l'info M. Sinotte). Le plus connu d'entre eux #18 Joey Cupido, un athlète de haut niveau, est à surveiller de près. À ceux-ci s'ajoute le joueur de LD #54 Mark Mackie qui est constamment près du ballon. Le tout constitue une défensive rapide et expérimentée qui peut présenter des complications pour notre offensive, particulièrement dû au fait que nous n'avons pas affronté des défensives qui blitzaient si souvent (ils blitzaient pratiquement 2 jeux sur 3 contre Mt A.) depuis le début de la saison.

À l'attaque, leur situation se corse un peu. Ils possèdent une bonne et imposante ligne offensive, particulièrement au centre, là où ils tentent le plus de courir. Ces courses sont habituellement menées par #34 W. Moore, un bon porteur vertical, mais rien qui ne va vous rappeller Rotrand.

Par la passe, ils ont un quart de 5e année, #2 Marshall Ferguson, un chic type avec un bras, disons limité lorsqu'il doit aller en profondeur. Comme en témoigne son taux de passes réussies de 63.2%, il peut faire des dommages à l'intérieur de 20 v., mais plus loin, ça devient beaucoup plus hasardeux. Sa cible de prédilection est sans contredit #83 D. VanderVoort (un espèce de F. Lechasseur en plus mature) - On ignore toutefois s'il est parent avec Laura VanderVoort (Kara dans Smallville, pour les amateurs...) . Beaucoup de ses passes retrouvent également les mains de #82 Daniel Peeterman, une recrue promise à une très belle carrière.

Ils possèdent un botteur de dégagement respectable, mais qui est davantage reconnu comme botteur de placement, le 5e année #4 Tyler Crapigna. Ce dernier a battu plus tôt cette saison, le record de placement dans une carrière SIC, qui était détenu auparavant par le Renard W. Dion (on se souvient de sa célébration Gangnan style suite à l'établissement de son record), lorsqu'il envoya son 83e ballon entre les poteaux verticaux.

La stratégie

Donc en théorie, nous forçons les two and out, et nous fatiguons leur défensive avec un contrôle du ballon. Mais souvent, la théorie ne tient pas le jour du match...

On croit que la recette qui a fonctionné:  on prend l'avance tôt dans le match, on gagne la bataille du positionnement avec le pied de #82 F. Ménard-Brière et on laisse notre défense sauver les marrons du feu, tout ça assaisonné d'une atmosphère jamais vue encore au Percival...  et ça devrait nous assurer des entrevues d'après-match avec des joueurs Bleus souriants.

Alors, bon tailgate, bon match et surtout faites du bruitttttttttt !!! #InByRaywetrust