dimanche 10 novembre 2019

Coupe Dunsmore - Ramassis de Notes - We Believed

Vous voulez lancer du côté de #24 MA Dequoy ?  Payez maintenant!        Photo J. Hajjar

Wow, wow et re-wow... On a gagnééééééé!

Donc victoire des Carabins au compte de 25-10 aux dépens du Rouge et Or, devant plus de 10 000 personnes dans le domicile que seuls les Carabins parviennent à dévaliser à répétition Pour paraphraser #24 MA Dequoy : "C'est chez nous!!!"

Un des secret pour battre le Rouge et Or à domicile est de les dominer au niveau des unités spéciales,  Chose à peu près impossible à réaliser, mais que les Carabins réussiront samedi... Le botteur #10 A. Panverne (qui réussira probablement la meilleure performance d'un botteur de dégagement Bleu au Peps) et l'équipe qui bloquera un botté de dégagement en tête.

On demandait au quart de Rouge et Or T. Bolduc de gérer l'attaque, ce qu'il a très bien fait... au-delà même de ce qu'on était en droit de lui demander. Mais lorsque le plan a évolué vers "tu dois nous faire gagner la rencontre", on a vu que le synchronisme, particulièrement dans les longues passes, n'y était pas.

À l'issue de la défaite contre Sherbrooke au 7e match de la saison, plusieurs partisans nous ont mentionné que, tout comme en 2015, cette défaite réussira à fouetter les troupes et effectuer les ajustements nécessaires pour espérer progresser au-delà de la Dunsmore.... et en effet, le "choc" Sherbrookois permettra à #16 FPP de prendre les commandes de l'attaque et de la faire progresser au niveau d'une équipe qui peut maintenant aspirer à la Vanier.

Parlant de FPP, son "gun" sort les demi-défensifs adverses de l'équation. En effet, la vélocité avec laquelle la ballon se rend aux receveurs empêche les prédateurs adverses de se positionner pour réussir une interception, Pour preuve ?? CaA Sinotte ne mentionnera à peu près jamais le nom de demi défensifs du Rouge et Or pendant la télédiffusion du match. De plus, on a vu une passe du côté large à #73 T. Fiske-Casault qui a procurera un premier jeu, pendant que l'adversaire regardait le tout, hébété, en spectateur.

Qui aurait dit à l'ouverture du camp d'entraînement, et ce pour n'importe quel observateur de la LFUQ que le #13 p'tit Chabot serait le meilleur receveur des Carabins à la Dunsmore et qu'il mènera son équipe à la victoire.

Quelques questions demeurent toutefois sans réponse:

- Est-ce que les Carbs auraient pu vaincre sans l'apport de la moustache de By-Ray ?



- Et que dire de la couronne bleue qui ceinture la tête de #9 JS Bélisle.

- Ça prend combien de plaqués pour arrêter une course de #29 Rythme FM ?

- Est-ce que #66 PO Lestage est le meilleur joueur de ligne offensive de la RSEQ ?

- Est-ce que trop de jeux truqués donnent mal au cœur ?

- Est-ce que le plywood de la Coupe Dunsmore va survivre au traitement que les Carabins lui ont fait subir samedi ?

- Va-t-il rester suffisamment de gaz dans le réservoir (physique et émotionnel) des Bleus pour remporter la Coupe Vanier sur le champ de bataille du général Constantin ?


Et en supplémentaire une section spéciale :  Heille le RetO :

- Pourquoi n'avez vous pas habillé votre meilleur botteur de dégagement ?

- Vous étiez réellement surpris par les courses de FPP ??? Sinon, pourquoi n'avoir pas mis quelqu'un sur lui en permanence ?

- On vous a donné un différentiel de 50 verges par les pénalités, qu'avez-vous fait avec ?

...et maintenant, allons manger de la morue...

Coupe Dunsmore - Les Entrevues d'après match

Peut-être les entrevues les plus décousues de l'histoire d'ALB! Mais hey! Ils sont champions!

Au micro inquisiteur de MdM cette semaine, l'une des vedette offensive de cette partie, #13 C. Chabot avec un caméo du QA #16 FPP, le joueurs défensif du match, le MVP, #24 MA Dequoy et on finit ça avec une entrevue de moi faite par le capitaine, #07 Brian H.




On se revoit peut-être la semaine à Wolfville pour la demi finale canadienne.

ALLEZ LES BLEUS!!!

jeudi 7 novembre 2019

Coupe Dunsmore 2019 - I Believe!


C’est sans surprise pour personne que pour une 7e année consécutive, la Coupe Dunsmore se jouera entre les deux grands rivaux de la Q, les Carabins de Montréal et le Rouge et Or de Laval.

Dès le lever de rideau sur cette saison, on avait dit que 2019 se devait être l’année des Carabins. Que c’était cette année ou jamais. Que toutes les planètes étaient alignées pour que l’équipe puisse aspirer aux grands honneurs. Après avoir battu des records l’année précédente, l’unité défensive arrivait à maturité; l’attaque allait être pilotée par un quart étoile de 3e année et dirigée par une légende du football canadien. Mais surtout, il y avait une brèche dans la forteresse du Rouge et Or. Avec le départ de H. Richard, M. Betts et de l’ensemble de la ligne défensive de l’équipe, des craquements dans l’armure des invincibles pointaient à l’horizon.

Finalement, sous coach Antoine, l’attaque aura été l’une des pires de l’histoire de l’équipe pendant que celle des méchants, comme un vieux moteur diesel, reprenait tranquillement son erre d’aller. De son côté, la défensive, sans être mauvaise, a semblé graduellement perdre son mordant et devenait plus prévisible. Pendant que celle du Général Constantin prenait de l’assurance partie après partie. Tellement, qu’aujourd’hui, il nous est difficile de dire laquelle des deux unités est supérieure à l’autre.

Les deux affrontements de cette année entre les deux puissances du football canadien auront été un copier-coller des affrontements des dernières années. Les deux équipes se sont partagé les honneurs dans des duels défensifs où la performance des #stibotteurs ainsi qu’un jeu truqué ont fait la différence.

Ce scénario risque fort bien de se répéter encore ce samedi au PEPS où, comme l’an passé, Dame nature semble vouloir s’inviter au party.

Dans de pareilles conditions, les Carabins se devront d’établir le jeu au sol pour éviter les revirements et autres ballons échappés. En l’absence potentielle de #29 RythmeFM, #17 Dazou, #22 K. Dubois, l’équipe devra compter sur les jambes de #16 FPP, du porteur format géant #48 B. Beaulieu et surtout du nouveau sauveur avec une faute d’orthographe à son nom, le franco-bleuet #34 A. Boulangé pour s’imposer devant la jeune, mais coriace ligne défensive de Laval. I Believe!

Mais pour ce faire, la ligne à l’attaque des Carabins devra pouvoir se lever et imposer son rythme. La 9e version de cette ligne qui a vu #60 D Sévigny prendre la place de #54 MA Lemay, parti rejoindre ses confrères #57 A. Dansereau et #67 F. Bessette à l’infirmerie, a relativement bien fait sur cet aspect du jeu la semaine dernière contre la grosse LD de McGill. I Believe!

Par contre, même s’il manque cruellement de munition, FPP devra profiter du fait que tout le monde et sa mère vont s’attendre à le voir déguerpir comme un lièvre à chaque jeu pour bénéficier du surnombre ainsi créé. Une attaque équilibrée sera la clé pour permettre à l’unité offensive d’inscrire un 1er touché au PEPS depuis la Dunsmore 2017. I Believe!

En D, le Mightyfront7 des Carabins devra faire ce qu’il fait de mieux! Soit mettre de la pression sur le jeune QA de Laval pour que lui aussi puisse faire ce qu’il fait de mieux : se débarrasser du ballon en le lançant dans les estrades, tout en souriant. I Believe!

Comme toujours, le positionnement sur le terrain aura un rôle capital dans le dénouement de cette partie. À ce chapitre, les Carabins étrennent, depuis quelques matches, leur « nouveau » botteur de dégagement, le Français format géant aux allures d’un Viking, #10 A. Penverne. Malgré son style peu orthodoxe, il nous a fait écarquiller les yeux avec des bottés tout en puissance. Le genre de botté qui tentera de résister au fameux Nordet, qui a trop souvent causé des difficultés aux botteurs visiteurs au PEPS. I Believe!

La Carabins, particulièrement en défensive sont à la fin d’un cycle, plus que jamais cette partie sera un do or die pour plusieurs joueurs. Mais… I Believe!!!


Comme toujours les Montagnards seront présents au PEPS où ils tiendront le Tailgate des Montagnards présenté par Services Pelletier Gosselin. Une formule potluck sera proposée et de BBQ seront à la disposition de tous. Des cannettes des bières Sur La Montagne de notre partenaire, le traiteur Local Local seront disponibles contre contributions volontaires.










- MdM -

dimanche 3 novembre 2019

1/2 finales de Dunmore - Ramassis de notes - Tout ce que le docteur avait prescrit

Un superbe catch du finissant D. Debrosse-Smith qui lui fera de la matière à raconter à ses enfants - Photo J. Hajjar

Une performance de rêve pour les Carabins à ce stade-ci de la saison qui couronnera une victoire au compte de 39-6 face aux Nomames de McGill devant une foule d'irréductibles aux CEPSUM. Rappelons que l'offensive n'avait générée que seulement 7 touchés en 8 matches dans la saison régulière, menée par un #16 F. Paquette-Perreault tout en jambeselle en réussira 4 samedi...

Le seul reproche que nous pourrions faire à l'offensive (ou aux stratégies des instructeurs). Quand on est dans une situation de blitz, ou une situation où il y a 8 joueurs adverses sur le ligne de mêlée, pourriez-vous faire une passe voilée pour contrecarrer la pression ? Depuis le début de la saison, on semble toujours démuni face à un prévisible all out blitz.

- Le premier quart ressemblait à plusieurs quarts que nous avons vécu depuis le début de la saison, aucun rythme en attaque et des punitions qui contribuaient à cette absence de rythme. En fait, après ce premier quart, nous avions davantage de verges négatives provoquées par des pénalités que de verges générées par l'attaque.

- Un peu à l'instar des troupiers de coach Maciocia, notre nouveau botteur de dégagement #10 A. Panverne ressemble à la Rambler de notre grand-père maternel, ça prend un certain temps pour qu'il atteigne sa puissance maximale, mais contrairement au vénérable véhicule, sa puissance est impressionnante!

- Toute une performance en défensive par notre #45 La machine à plaquer J-P Lévesque, son surnom peut sembler péjoratif, mais le gars peut donner une clinique sur la meilleure façon de neutraliser un joueur adverse en mouvement.

- Pendant qu'on est dans la défensive, que dire de #95 P. Lemieux-Cardinal qui a connu samedi sa meilleure rencontre depuis qu'il est habillé en Bleu (ou en anthracite, c'est selon), Avec son 6'5, il était constamment dans les parages de Jacobs qui a dû rêver à son faciès la nuit suivante.

- Parlant des Nonames, c'est tout de même surprenant qu'ils n'aient rien essayé de spécial à ce moment-ci de la saison (on sait que le red Dim était blessé, mais quand même). À deux ou trois occasions, en situation de 3e et une verge, coach Hilaire préférera dégager que de tenter de conserver son attaque sur le terrain.

- Le seul point négatif de la journée fut la blessure au genou de #22 K. Dubois. On sait que les 2 premières saisons universitaires du produit de Momo furent hypothéquées par des blessures aux genoux. Par conséquent, espérons que la blessure de #29 Rythme FM ne soit pas trop grave, car avec le peu d'armes offensives que nous avons, débuter la partie à Québec avec nos 3e et 4e porteurs de ballon amputerait grandement nos chances de ramener le trophée de plywood.

Et maintenant, pour la 7e année consécutive, nous rencontrerons nos sempiternels rivaux de la Vieille Capitale, voyons de quoi est faite cette édition 2019 des Bleus ...

samedi 2 novembre 2019

Demi-Finales - Les entrevues

Ya qques classiques dans la vie: Le smoked meat et les bagels montréalais, le spaghetti boulettes de viande de ma tente Rolande et les entrevues spéciales 5e années lors de la dernière partie annuelle de l'équipe au CEPSUM.

Voila donc, sans tarder en entrevue cette semaine #53 F. Pelletier, #09 JS Bélisle, #32 S. Debrosse-Smith et finalement, #28 F. Joubert.



Merci encore aux joueurs pour leur disponibilité.

On se voit tous la semaine prochaine, dans l'antre du mal, le PEPS de l'Université Laval

jeudi 31 octobre 2019

Demi-finales – À la recherche de l’attaque perdue.


Les jeux sont faits! Rien ne va plus. C’est ce samedi que débuteront les séries dans la Q. La vraie saison comme le cliché le veut. Et pour une deuxième année d’affilée et une troisième fois en 4 ans, c’est les Colocs de la montagne, les Nonames de McGill qui seront les visiteurs au CEPSUM.

Mais contrairement aux années passées, les Carabins n’entrent pas dans les séries avec un vent favorable. Sans parler d’underdog, les contreperformances de l’équipe lors de leurs deux dernières sorties laissent songeur sur leur capacité à pouvoir passer à travers cette partie et d’avoir la chance d’aller soulever la coupe de Plywood dans l’antre du diable la semaine suivante.

La performance sous les standards habituels de la défensive des Carabins lors deux dernières parties a exposé encore plus les lacunes de l’unité offensive à faire avancer le ballon et son incapacité à capitaliser dans la redzone et ce, malgré le changement de quart-arrière.

En 8 parties cette année, les Carabins n’ont inscrit que 144 points. Soit la plus faible récolte depuis leur année de retour dans la LFUQ. Y’a pas à dire, l’arrivée de coach Antoine aura eu l’effet contraire de ce qu’on s’attendait,  à moins que ça ne soit l’instabilité au sein de la OL, ou la faiblesse du recrutement offensif des 3 dernières années, ou l’ensemble de ces réponses.

Mais il reste que parmi tous les scénarios possibles pour les demi-finales, d’affronter les Hommes en rouge reste le meilleur match up possible pour les Carabins. Maintenant plus que jamais puisque  c’est l’ancien porte-étendard de McGill qui est aux commandes de l’attaque.

C’est lors des deux affrontements contre McGill que les Carabins ont eu leurs meilleures performances de la saison, tant offensive que défensive.

Au Percival, le mighty Front 7 avait complément aliéné le jeu au sol des Rouges en le limitant à une simple verge de gain et avaient pourchassé le Red Dimitri qui ne finira finalement pas la partie. L’attaque aérienne avait découpé l’expérimentée tertiaire de McGill pendant que les joueurs de lignes brassaient allègrement A. Seinet-Spalding et ses coéquipiers.

Scénario semblable lors du dernier affrontement au CEPSUM ou le Red Dimitri avait été rabattu 7 fois derrières sa ligne de mêlée et limité l’attaque à un maigre 3 points. Sans être parfaite, l’attaque aérienne avait tout de même généré 227v de gain.

Le fait que le système défensif des deux équipes se ressemble autant et qu’une bonne partie de l’État-major des Rouges soit des anciens Bleus, est peut-être une piste de solution pour comprendre pourquoi les Carabins semblent avoir autant le numéro des hommes de coach Hilaire. La dernière fois que ces derniers ont réussi à marquer un touché contre les Carabins, ça remonte au 26 octobre 2017.

Les Carabins se doivent de profiter de leur supériorité naturelle face à McGill pour reprendre la confiance qu’ils ont perdue au cours de la deuxième moitié de la saison. Le front7 doit profiter de la porosité de la jeune ligne offensive de McGill pour retrouver l’étincelle qui les rendaient si dangereux en 1er moitié de saison. Ils doivent tout faire pour forcer le Red Dimitri à lancer du côté de #24 MA Dequoy pour qu’il puisse, pour une dernière fois peut-être, devant son public, gambader jusque dans la zone des buts avec le ballon adverse.

À l’attaque, le comité de coordonnateurs offensif doit profiter de la visite de McGill pour développer des jeux qui mettront en valeur les qualités athlétiques de son nouveau QA. C’est insensé que l’on ne puisse pas utiliser la force du bras de #16 FPP pour étirer les défensives. Même si l’on a tous des doutes sur la capacité des receveurs d’attraper les ballons loin dans le trafic de la tertiaire, les Carabins doivent justement mettre un doute dans la tête de l’équipe défensive de McGill ainsi que de ceux qui regarderont les bandes vidéos par la suite..

Malgré le soleil, la température s’annonce frisquette ce samedi sur la montagne. Le Comité devra rapidement trouver une solution pour neutraliser le dangereux Seinet-Spalding et permettre au jeu au sol de s’installer tôt dans la partie. S’ils veulent poursuivre en novembre, l’attaque au sol doit retrouver son mordant. Cela permettra de réduire le stress sur FPP mais surtout de limiter les risques de passes incomplètes pour cause de ballon trop dur ou autres excuses du genre.

Plus de 12 joueurs en seront à leur dernier tour de piste au CEPSUM samedi, habillez-vous chaudement et venez les saluer une dernière fois à la maison.


Gros samedi en prévision pour les Montagnards. Pour contrer la fraicheur de la température, des bols de chili bien chauds seront offerts contre contribution volontaire lors du dernier Tailgate St-Houblon des Montagnards présenté par Services Pelletier Gosselin. Arrivez tôt, car les quantités seront limitées.
 De plus, c’est ce samedi, juste avant le début de la partie, que seront remises les Bourses des Montagnards 2019 à deux joueurs des Carabins. Pierre angulaire de la mission de l’Association, la remise de ces bourses n’aurait été possible sans la générosité des membres ainsi que de l’ensemble des contributions volontaires recueillies lors des différents tailgates tout au long de la saison. Les Montagnards vous remercie.


- MdM-



lundi 21 octobre 2019

match #8 - La visite au PEPS - les entrevues

Après une semaine de repos forcée, le micro inquisiteur de MdM est de retour. Les joueurs n'étaient pas très jaseux cette semaine mais nous avons tout de même d'excellentes entrevues du nouveau QA partant #16 FPP, le joueur de ligne O #54 MA Lemay et finalement la machine à plaquer, #45 JP Lévesque.






Merci aux joueurs pour votre disponibilité.

On se revois dans deux semaines pour le début de la vraie saison.

dimanche 20 octobre 2019

Match #8 - Ramassis de notes - Où l'Imagination triomphe

F. Paquette-Perrault ne réussira pas à dynamiser l'attaque montréalaise.
Gros party à l'UL où on fêtait l'équipe d'étoiles du 25e anniversaire du dominant programme de Laval, et pour l'occasion on avait un peu le rôle de faire-valoir, rôle que nous avons assumé pleinement dans la défaite au compte de 16-3 au stade Peps-Telus-Latullippe-Ashton-Canac

Essentiellement, on peut résumer la créativité dans l'attaque du Rouge et Or à 2 jeux: Le petit jeu truqué qui a amené la passe de M. Robitaille et le lob à Dansereau-Leclerc par-dessus la défensive Bleue, ce sont au moins deux jeux de plus que nous.

Si l'on excepte ces 2 jeux, la partie aurait été plus serrée. Mais le manque de créativité montréalais, autant en défensive qu'en offensive a été exposée aux plus de 19k spectateurs présents, empêchant une partie serrée.

Bravo à notre botteur de dégagement #10 A. Panverne (et à celui du RetO) qui nous a permis de conclure la première demie avec un déficit de seulement 10 points. Si on avait remonté la rencontre en 2e demie, c’eût été le "vol de l'année".

On a usé de beaucoup de superlatif pour décrire la défensive des Carabins tout au long de l'année, mais celle du RetO n'en a rien à envier. En fait, coach Fortier pourrait affirmer que sa défensive (avec A. Auclair en tête), qui n'accorde pas de touché, se place bien en avant des Carbs, et nous devrions tous nous incliner en approbation. Par exemple, les Bleus n'avaient de ripostes aux blitz de M. Lavallée qui terminera la rencontre avec 3 sacs à lui seuls.

Donc, une partie un peu plate (ce qui veut dire que nous jouons le jeu de Laval), une performance irréprochable de T. Bolduc qui fait exactement ce qu'on attendait de lui, quelques premiers jeux remportés par les Montréalais, mais pas de "big play" ou d’inattendu qui auraient pu enlever le sourire à coach Constantin et T. Bolduc qui, de toute évidence, appréciaient grandement ce dimanche.

Maintenant, comment faire pour vaincre le Rouge et Or à la Dunsmore en terrain ennemi ? On n'en a aucune idée, mais on espère que coaches Maciocia, Calvillo et Cousineau peuvent en démontrer un peu plus que le spectacle du maigre 3 points offerts dimanche.


jeudi 17 octobre 2019

Partie #8 - Ça passe ou ça casse!



Il fallait s’y attendre. C’était inévitable. À force de jouer avec un couteau, ils ont fini par se couper. Et ici je ne fais pas référence à mon accident lors du tailgate de samedi, mais bien à la malheureuse performance des Carabins sur le terrain gazonné du Stade de l’Université de Sherbrooke.

Depuis le début de la saison, nous parlons de la sous-performance de l’attaque. Depuis le début de la saison, nous soulevons des doutes sur les performances de notre quart partant; sur la qualité et la profondeur du groupe de receveurs,  sur la stabilité de la ligne offensive; sur la sur utilisation de notre porteur étoile #29 Rythme FM.

Finalement, tous nos doutes ont été exposés samedi dernier. Pourtant avare de revirement depuis le 1er quart au Percival, Dim a été intercepté à deux reprises dès le deuxième quart; L’on a eu droit à un festival de ballons échappés de la part des receveurs; La LO peinait à soutenir la pression à trois de la LD inconnue des Verts; Et Rythme FM a vu aussi souvent les thérapeutes de l’équipe qu’il a touché au ballon.

Par contre, contrairement à lors des autres parties de la saison, les ratés de l’offensive n’ont pu être récupérés par la défensive des Carabins. Normalement, quand l’attaque prenait congé, la défensive prenait les choses en main et inscrivait les points au tableau. Normalement, quand l’offensive peinait à faire avancer le ballon, la défensive provoquait des revirements et récupérait le ballon immédiatement. Normalement, les US gagnaient la guerre du positionnement, tant sur les bottés que sur les couvertures. Normalement, les jeux truqués imaginés par Coach By-Ray surprennent l’adversaire. Mais clairement samedi dernier, et dans une plus petite mesure, lors des deux dernières parties, ce n’étaient pas la normalité.

Une telle performance dimanche prochain pourrait être fatale pour la saison 2019 des Bleus.

Lors du 1er affrontement entre les deux powerhouses de la Q, il y un peu plus d’un mois au CEPSUM, les Carabins l’avaient apporté 23-18 dans un autre sempiternel duel défensif.

Avec une performance plus qu’ordinaire, l’attaque des Carabins, motorisée par Rythme FM,
en avait fait juste assez pour permettre d’inscrire deux touchés. Par contre, l’unité défensive avait réussi à complètement museler la grosse ligne offensive toute étoile et par conséquent l’attaque terrestre et ainsi forcer les troupiers de Glen Constantin à les battre par la voie des airs. Ce qu’ils n’étaient clairement pas capables. En effet, le quart S. Chenard quittera le CEPSUM avec une performance de 15 en 32 en plus d’être victime de 3 interceptions et d’avoir été sacqué à trois reprises.

Cette contre-performance a sonné le glas du quart de 5e année et a été  le wakeup call que le Rouge et Or avait besoin pour repartir leur gros moteur diesel. Depuis, c’est le pivot de première année T. Bolduc qui est responsable de l’attaque des Méchants. Bien que statistiquement il ne semble pas faire bien mieux que celui qu’il remplace, il a la qualité première recherchée chez les quarts rougedorés, soit la protection de la balle. Il a permis au Rouge et Or de retrouver ses vieilles pantoufles et son sentiment de supériorité qui l’a toujours caractérisé. Ce qui fait que même quand celui-ci a des sorties difficiles comme face à McGill la semaine dernière, l’équipe peut toujours se reposer sur sa traditionnelle recette de grosse ligne offensive pour bulldozer l’adversaire assisté d'une défensive hors pair pour museler l’attaque adverse.

Espérons que la défaite de la semaine dernière contre le Vert et Or aura le même effet de wakeup call pour les Carabins. Les répercussions se font déjà sentir. Le changement tant souhaité par la fanbase de l’équipe est finalement arrivé! L’annonce a été faite tard mercredi soir, c’est #16 F. Paquette -Perreault qui sera le quart partant pour les Bleus dimanche au PEPS.

Bien que sa prestation de samedi dernier n’ait pas été réellement supérieure à celle de Dim, les qualités athlétiques de FPP ouvrent une section complète du livre de jeu inaccessible depuis 2 ans. La force de son bras permettra enfin de tester le vertical du terrain et la rapidité de ses jambes offre une option supplémentaire qui obligera les secondeurs du Rouge et Or à conserver un œil sur le quart.

Devant un PEPS plein au bouchon de fans galvanisés par les journalistes en manque de « scandale » pour pomper la rivalité entre les deux équipes, sera-t-il capable de dynamiser une attaque qui manquait de conviction?

Est-ce que la D des Carabins sera se redéfinir et redevenir la meilleure contre le jeu au sol au pays. Seront-ils en mesure de neutraliser une fois de plus supposément meilleure ligne offensive au pays et forcer le jeune Bolduc à lancer en direction du #31 B. Lagacé? Quelle belle ironie s’il pouvait avoir une performance comme celle qu’il a eu au CEPSUM.

Car on ne se fera pas de cachette, dimanche, c’est la victoire et rien d’autre. L’objectif c’est la Dunsmore à la maison. L’objectif c’est de disputer le trophée de plywood au CEPSUM. Ça passe ou ça casse! Parce qu’avec les départs de taille qui surviendront à la fin de la saison, jumelés au difficile recrutement des dernières années, c’est possiblement la dernière fois avant un bail où les Carabins auront la possibilité de soulever le convoité trophée sur ses terres.

Ça passe ou ça casse!


Encore cette année, les Montagnards se joignent aux parents des Carabins pour le Tailgate des Bleus organisé par l’unique Annette Boissonneault, mère du non moins unique ancien #8 BCBG. Une formule « pot luck » est proposée. Donc, apportez vos plats et vos breuvages. Un BBQ sera à votre disposition. Arrivez tôt! Finalement, c’est ce dimanche que vous aurez la chance de vous procurer, contre une contribution volontaire, la bière Sur La Montagne brassée pour notre commanditaire, Local Local, traiteur de l’UdM, à partir de houblon et de miel recueilli sur les terrains de l’Université. Arrivez tôt, les quantités sont limitées!

mardi 15 octobre 2019

Partie #7 - Les entrevues

Comme plusieurs le savent déjà, j'ai dû troquer mon micro inquisiteur pour une jaquette bleue d’hôpital samedi dernier à Sherby (Je dois me renseigner à savoir si la CNESST couvre les blessures de tailgate).

Je n'ai donc pu recueillir les commentaires des joueurs après la dure défaite face au Vert & Or. Par contre, Éric Généreux, président des Montagnards aidé de Maxime Croisetière à la caméra, ont saisi la balle au bond et nous ont préparé ce petit post mortem d'après match, directement sur le terrain.



N'ayez crainte, je serai de retour à Québec dimanche prochain.

dimanche 13 octobre 2019

Match #7 - Ramassis de notes - Tu ne peux fuir ton passé...

La nombreuse équipe d'entraîneurs n'avait pas de solution face défis présentés par les Renards - Photo J. Hajjar.
Cuisante défaite des Carabins face au Vert & Or à Sherbrooke au compte de 23-15. Le Maitre du Monde nous avait avisés qu'il s'agissait d'un premier "vrai" match à l'étranger pour les Bleus, et de toute évidence, ils ne s'attendaient pas à tant d'opposition de la part du Renard.

Depuis le début de la saison, plusieurs victoires étaient attribuables à la défensive. Cette fois, la défensive, sans mal jouer, n'apportera pas de points ou de revirement profitable, mettant la pression sur la vulnérable attaque. Et, comme on l'a vu trop souvent depuis le début de la saison, cette dernière ne fut pas à la hauteur.

- Le quart-arrière #3 Dimitri Morand, hésitant, lança 2 interceptions, et aurait facilement pu être victime de deux ou trois autres si G. Ouellet avait patrouillé la tertiaire sherbrookoise.

- Les receveurs échappèrent plusieurs ballons. Un des receveurs échappa un total de 5 passes, un sommet que l'on a jamais vu depuis qu'on suit les Carabins.

- Une ligne offensive qui en arrache en première demie. Laissant la pression parvenir au quart ou étant coupable d'une coûteuse punition pour avoir retenu, lorsque ton équipe réussit le premier jeu.

- FINALEMENT, après 40 minutes de jeu, tirant de l'arrière 20 à 2 avec une attaque qui n'allait nulle part, coach Maciocia se résolut, pour la première fois de l'année, à sortir D. Morand du match... #slowclap... Bien que son remplaçant, #16 F. Paquette-Perrault ne cumula pas des statistiques hors du commun, avec l'aide de ses jambes, il ramènera le momentum du côté des Montréalais, généra 13 points et une fin de match enlevante.

- À peu près le seul point positif en attaque fut la performance du receveur #20 K. Kaya, qui terminera sa journée de travail avec 10 réceptions pour 121 verges. Avec l'absence du #13 p'tit Chabot (commo),  et une sous-utilisation de #29 Rythme FM, le manque de profondeur du coffre à outils fut exposé devant toute la RSEQ.

Du côté du Renard:

- Pour ajouter l'insulte à l'injure,  les 2 piliers de la ligne défensive des troupiers de coach Lecompte, S. Luneau-Piché (blessé) et M. Badra (suspendu) étaient manquant, de plus, lors de la 3e course des Verts, leur porteur de ballon partant (leur #2), S. Béland fut blessé et ne poursuivra pas la rencontre.

- Toute une performance du jeune A, Robichaud, il inspira les siens et mérite amplement cette victoire. Il va faire vivre de bons moments aux partisans des Verts lors des années universitaires à venir.

- Les Estriens, sortant d'un bye week, étaient beaucoup mieux préparés que les visiteurs, trompant ainsi la défensive qui ne savait pas à quoi s'attendre. On imagine aisément que les coaches renardiens, depuis l'histoire J,. Hogan, n'éprouvent aucune difficulté à faire des heures supplémentaires si c'est pour battre les Bleux.

- L'équipe la plus punie du RSEQ n'a écopé que de 5 pénalités pour 30 verges !!!

Un peu de positif en terminant

Le seul point positif  ? La dernière fois que les Carabins ont perdu à Sherbrooke, en 2015, ils terminèrent l'année avec la Dunsmore et poursuivront leur parcours, jusqu’à la Vanier à Québec...et où va être disputée la Vanier cette année?

jeudi 10 octobre 2019

Partie #7 – Les voyages forment la jeunesse.


Nous en sommes déjà à l’avant-dernière partie de la saison régulière 2019 des Carabins. Et pourtant, les joueurs vivront leur premier voyage à « l’étranger » de la saison au cours des deux prochaines semaines. Car, on va se le dire, jouer à Loyola ou au Percival, à 7km du CEPSUM, devant une foule à majorité bleue, c’est pas vraiment ce que l’on peut appeler, jouer à l’étranger!

C’est donc ce samedi, à Sherbrooke, que s’entamera ce périple de 2 semaines.

Une chose que nous ne pourrons pas enlever à l’édition 2019 des Petits Renards c’est sa combativité. Après avoir tenu tête pendant une demie, armé d’un QA recrue, aux champions de la Coupe Vanier en lever de rideau au PEPS, ils ont surpris la planète football en tenant dans les câbles les Carabins, au CEPSUM, jusqu’à tard en fin de quatrième quart. Lors des trois parties suivantes, l’attaque des Verts, toujours menée par un ou l’autre de leur quart recrue, a généré plus de 64 points et se sont tous conclu sur le dernier jeu de match ou presque. Et malgré tout, leur fiche n’est toujours que d’une victoire et 4 défaites.

Malheureusement pour les hommes de coach Lacombe, l’unité défensive n’a pas les mêmes succès que leurs collègues de l’attaque. La tertiaire estrienne accorde plus de 231v par la voie des airs en moyenne par match. 7 des 10 touchés concédés l’ont été par la passe et seulement 3 interceptions ont été réussies depuis le début de l’année. Comble de malheur, le Vert et Or devra se priver de son meilleur joueur de ligne défensive, le seul qui semblait en mesure de mettre de la pression sur les QA adverses, M. Badra. Ce dernier a été suspendu pour une partie après avoir assailli un violent coup de poing au receveur ConUinste V. Alessandrini, directement dans les roubignoles, une fois le match terminé!

Fait à noter, la direction de l’équipe continue à nier les faits par rapport à cet incident. Avec une telle attitude, il ne faut donc pas s’étonner que le Vert et or soit l’équipe la plus punie du RSEQ avec une moyenne de 138v de pénalité par partie.

Du côté des Carabins, sans être encore parfaite, on perçoit une belle progression de l’attaque aérienne depuis les trois dernières parties. Dimitri est de plus en plus à l’aise dans sa pochette protectrice, et il hésite de moins en moins à en sortir pour étirer les jeux et permettre à ses receveurs de se démarquer. Il semble d’ailleurs avoir retrouvé ses repères lors de ses passes en mouvements, ce qui était sa force il n’a pas encore si longtemps. Mais plus important encore, il n’a accordé aucun revirement lors des 3 dernières parties.

Par contre, le manque d’opportunisme et de finition à la porte des buts reste toujours problématique.
Autre élément important à considérer dans l’amélioration du jeu aérien de l’équipe est la belle prestation des receveurs #20 K. Kaya et du #13 P’tit Chabot lors des deux dernières parties. Ces deux joueurs étaient les cibles de prédilection de Dim et les bougies d’allumage de l’attaque. Au cours de ces deux parties, Kaya a récolté 262v de gain en 14 attrapés, pendant que le P’tit Chabot attrapait 8 ballons pour des gains de 78v. Malheureusement, l’équipe devra se passer des services de ce dernier samedi prochain suite au coup salaud à la tête qu’il a reçu par le maraudeur des Hommes en rouge la semaine dernière au CEPSUM.

Cette blessure représente une lourde perte au sein du faible contingent de receveurs des Carabins déjà lourdement hypothéqué par les blessures. Heureusement, l’on pourra surement compter sur le retour de #83 R. Major-Dagenais, qui  était en retrait préventif la semaine dernière.

La perte du P’tit Chabot se fera aussi sentir sur les US où il est en de loin, le meilleur retourneur de botté de l’équipe depuis le début de la saison. L’on doit s’attendre à revoir #29 #Rythme FM prendre sa place. Ce qui n’est pas une très bonne nouvelle en soi. Giraud étant la pièce maîtresse de l’attaque des Bleus depuis le début de l’année, il ne faudrait pas risquer de le perdre en le surtaxant au moment où on entre dans le « crunch » de la saison.

Lors du premier affrontement entre ces deux équipes, la défensive des Carabins avait limité l’attaque des P’tits renards à un maigre 163v de gains. #24 MA Dequoy avait terminé la journée avec 2 interceptions dont une pour un touché. De plus, le jeune QA Vertinois s’était fait  sacquer à 3 reprises. Depuis cette partie, le Mighty Front 7 des Bleus a augmenté sa domination sur les attaques adverses avec 21 sacs et 10 interceptions en 6 parties.

Par contre, les coordonnateurs adverses semblent de plus en plus avoir trouvé la faille derrière les agressifs secondeurs des Carabins. Est-ce que coach Chapdelaine sera la déceler et surtout l’exploiter? Une exécution rapide et parfaitement coordonnée sera nécessaire pour ce faire.

Au moment d’écrire ce texte, c’est A. Robichaud qui est pressenti pour être le QA partant. Après un début de saison prometteur, Robichaud avait perdu son poste de partant aux mains de l’autre quart recrue, Z. Cloutier. Les deux ont fini la dernière partie à l’infirmerie. Il sera secondé par le QA de 2e année, S. Bolduc-Goulet (y’a combien de Goulet avec le VetO?!), un géant de 6’6’’! On leur souhaite bonne chance…



Encore cette année, plus de 40 partisans des Carabins seront aux abords du terrain, dans la loge des Montagnards, pour encourager les joueurs. L’ensemble des supporteurs présents à Sherbrooke sont cependant conviés au Tailgate des Montagnards présenté par Services Pelletier Gosselin. Un BBQ ainsi que de la bière seront disponibles contre contribution volontaire. On rappelle que l’ensemble des contributions recueillies lors des tailgate servent entièrement à financer les Bourses des Montagnards offerts chaque année à des joueurs des Carabins.




- MdM- 



samedi 5 octobre 2019

Match #6 - Ramassis de notes - Rythm of the night

B. Harelimana est venu jouer au footbal! Photo J. Hajjar
Un CEPSUM plein (il y avait même des gens sur la montagne!), des effluves de résidus de SQDC, des chants, et beaucoup de danse, le party était vraiment poigné du côté nord de la montagne vendredi soir. Personne ne semblait au courant qu'il faisait frette! Tout ça pour encourager les siens dans la victoire des Carabins au compte de 21-3 aux dépens des nonames de McGill.

Ils n'en manquent pas une. 125 verges de punitions pour les Bleus, les arbitres sont vraiment aux aguets lorsqu'un Bleu commet une infraction. Pourtant, on laissait passer des retenues, des couvertures discutables et même un plaqué avec le casque chez les Rouges. Tout de même, bravo aux arbitres d'avoir ravalé 3 fois leur mouchoir.

Après un début laborieux,  l'attaque se mettra en branle, qui se mit à faire preuve de créativité. #3 Dim Morand affichant une belle forme et réussissant un très bon % de passes. Sa faufilade pour le seul touché était effectué avec plus de confiance que ses premières du début d'année. On a même vu un superbe screen qu'on attend depuis le début de saison. Nul besoin de vous dire que, émus, nos yeux laissèrent quelques larmes s'écouler. Tout ce qu'on peut leur reprocher, c'est le manque d'opportunité en zone payante.

Parlant de l'attaque, depuis le début de la saison, on a de la difficulté à s'installer sur la ligne. On prend beaucoup trop de pénalités de procédures, quelques mauvais départs (à domicile!), mais surtout on prend beaucoup de temps à s'installer. La majorité du temps, la formation est prête à partir alors qu'il ne reste que 6-7 secondes au cadran, On devra impérativement corriger cet aspect du jeu avant d'affronter le Rouge et Or dans l'hostile Peps.

On vous l'avait dit que ça prend 7-10 ballons à #10 K. Kaya. Il terminera sa journée avec 8 attrapés pour 147v. de réception.

#7 Brian H. était partout sur le terrain. Partout.

#18 L-P Simoneau avait, lui-aussi décidé d'avoir du plaisir. Ne se contenant pas de ses 4 placements (lui permettant de devenir le plus prolifique botteur de placement de l'histoire des Bleus). Il passa la soirée à pilonner des dégagements profonds et en hauteur qui ne donnèrent aucune chance aux retourneurs de McGill.

La  saison commence à faire son effet. Les joueurs sont plus lents à se relever, on en voit boiter, s'étirer les bras, faire des exercices d'assouplissement. Possiblement qu'on va devoir faire appel aux réservistes plus tôt qu'à l'habitude pour arriver le plus frais et dispos possible à Québec.

Dim le Rouge a disputé toute une partie. Constamment sous pression, récipiendaire de 7 sacs, il est parvenu à compléter la partie avec une respectable moyenne de 57% de passes complétées (comme à leur habitude, les receveurs Rouges échappent beaucoup de ballons), mais surtout aucune interception face à une défensive qui en avait réalisé 10 jusque là.

Partie 6 - La visite de McGill - Les entrevues

Battons le fer pendant qu'il est chaud! Voici les entrevues d'après match suite à la sixième victoire des Carabins.

Au micro de MdM cette semaine, la TwinTowers #94 P. Lemieux-Cardinal, le maraudeur de 2e année #15 E. Makonzo, mais avant tout, le joueur fantôme maintenant de retour sur le terrain, le porteur de ballon #27 J-C. Dazouloute.


On remercie les joueurs pour leur disponibilité. On se revoit la semaine prochaine en direct de la loge des Montagnards, directement sur le champ de patates de Sherby!

mercredi 2 octobre 2019

Partie 6 - La visite du voisin


Mine de rien, vendredi, les Carabins disputeront déjà leur dernier match à domicile de la saison régulière 2019.

Pour l'occasion, ils recevront leurs colocs de la montagne, les anciens
Hommes en Rouge de l’Université McGill.

À la semaine trois, lors du dernier affrontement entre les deux équipes, les Carabins l’avaient emporté, relativement aisément, par la marque de 34-4. Après deux performances en deçà des attentes, l’attaque des Carabins avait profité de sa visite au Percival pour se remettre en marche. Dimitri avait fini sa journée de travail avec des gains de 279v par la voie des airs, un touché et un taux de réussite au-delà de 78%. Par contre #18 LP Simoneau avait dû compléter la majorité des drives de l’attaque en marquant 18 des 34 points de l’équipe.

La défense des Carabins s’était aussi jointe au party avec 2 interceptions, dont une ultra spectaculaire réalisée conjointement par #40 S. Rossi et #1 R. Kramdi qui s’était conclue par un touché. Le mighty front 7 des Bleus avait limité l’attaque au sol de McGill à un maigre UNE verge de gain… eux qui avaient pourtant courus pour plus de 150v la semaine précédente contre les Marrons.

La défensive des propriétaires du Percival n’avait pas été en reste. Elle avait provoqué en début de match, 5 revirements d’affilés chez les Carabins. Malheureusement pour eux, l’unité offensive de coach Lessard avait manqué d’opportunisme et n’avait réussi qu’à n’inscrire que 3 points, lors d’une performance très discutable du botteur Findlay Brown. Pendant les 3 premiers quarts, l’imposante ligne défensive de McGill avait limité le jeu au sol des Carabins à des grenailles. Lui qui était pourtant le moteur de l’attaque depuis le début de la saison. Il aura fallu une blessure à l’excellent joueur de ligne, #90 A. Seinet-Spaulding, pour que le jeu au sol de Montréal réussisse à s’établir.

Mais beaucoup d’eau a coulé sous le pont Jacques-Cartier depuis cette partie. McGill a partagé les honneurs avec le Vert et Or lors de deux parties serrées où les défensives, et les arbitres se sont illustrés. Mais surtout, ils ont surpris le Rouge et Or avec deux touchés rapides, dès le premier quart, lors de leur visite au PEPS. Ils ont même réussi à tenir le fort devant la Big Red Machine de Laval et quitté à la demie avec une impasse de 17 à 17.

Du côté des Carabins, ces deux courtes victoires gagnées de manière opposée auquel nous avons eu droit. Contre le Rouge et Or, pendant que l’attaque peinait à faire avancer le ballon, la défensive prenait les choses en main en inscrivant les premiers points sur une interception de #9 JS Bélisle. Le front défensif des Bleus avait complètement neutralisé le jeu au sol des Méchants, pourtant censé être le meilleur au pays, en les limitant à seulement 85v de gain.

Tandis que la semaine dernière, contre les Marrons et Or de Concordia, pendant que la défensive manquait des plaqués et peinait à contrer l’attaque de coach Surprenant, c’est l’unité offensive des Carabins qui à prit les choses en main pour se sauver avec la victoire. Sans tambour ni trompette, Dimitri a peut-être connu son meilleur match à domicile, en carrière, avec les Carabins, en complétant 22 de ses 29 passes pour des gains de 293v. Cependant, encore une fois, c’est par le pied de #18 LP Simoneau qu’est venue la majorité des points au tableau.

C’est donc deux équipes relativement différentes qui s’affronteront pour la deuxième fois vendredi. Avec la progression constante de son jeu aérien, les Carabins ne sont plus l’équipe unidirectionnelle qu’elle était à la semaine #3. Cette nouvelle réalité risque de causer des maux de tête à la défensive de l’équipe sans identité. Remplir la boîte ne risque de n’être plus suffisant. Ils devront tenir compte de la menace que représente le jeu aérien des Carabins. Une chance pour eux, McGill dispose d’une tertiaire largement plus expérimentée que ne l’est le jeune groupe de receveur des Bleus.

Je ne sais pas si c’est seulement attribuable au retour au jeu de #67 F. Bessette mais le jeu de la LO a semblé s’élever d’un cran la semaine dernière contre Concordia. Nous risquons donc d’assister à de solide affrontement contre l’agressif front défensif de McGill et de son dominant Seinet-Spalding.

Finalement, soyez assuré d’une chose, c’est que l’État-major de McGill aura pris bonne note de comment Vance Joy et les Marrons ont réussi à transpercer la défensive des Carabins. Les courses en croisé vers le centre, derrière les secondeurs en pression seront légion. Le Red Dimitri dégaine aussi vite que son homologue du West-Island, s’il a le moindrement le temps, il risquera de faire autant de ravage que Vance. Par contre, reste à voir si sans la menace terrestre que disposait Concordia, ce stratagème aura le même succès que la semaine dernière.


C’est ce vendredi qu’aura lieu le Méga Tailgate de la rentrée(sic) et pour l’occasion, sous la tente du Tailgate St-Houblon des Montagnards présenté par Services Pelletier, Gosselin, les Montagnards offriront des hot-dogs en échange de contribution volontaire. L’ensemble des sommes amassé seront versées au fond de la bouse des Montagnards. Faites vite, les quantités seront limitées.

dimanche 29 septembre 2019

Match #5 - Ramassis de notes - y'a des rusés de l'autre côté

K. Kaya,qui excelle à aller au plus haut point - Photo de J. Hajjar
Victoire serrée des Carbs au compte de 20-17 aux dépens des tenaces Stingers de Concordia au CEPSUM.

Plusieurs observateurs nous avaient indiqués que malgré notre fiche parfaite jusqu'à maintenant, il était fort possible qu'avec notre attaque discutable, que l'on puisse "s'en faire passer une" par une équipe du second tiers.... et bien, on a passé très près vendredi soir, malgré notre meilleure performance aérienne de la saison. Ultimement, les 198 verges de punition des Piqueurs, incluant deux (DEUX!) bottés d'envoi illégaux et une tonne de "prossédourreess" causèrent l'éradication des abeilles.

Historiquement, après une victoire en saison régulière contre le Rouge et Or, la partie subséquente est toujours difficile, question d'émotions, de focus, de sous-estimation (sic) d'adversaire. Cette année ne fut pas différente, même si une semaine de pause s'était insérée entre les 2 rencontres.

La défensive agressive et étanche des Bleus, basée de beaucoup de un vs un, le secret de cette défensive, repose sur le fait qu'on ne doit pas manquer de plaqués, sinon on donne un minimum de 7 @ 15 verges... Et pour la première fois de l'année, on a vu beaucoup de plaqués manqués. Tout cela combiné à l'efficace play action des Piqueurs, qui leur permettait une demie-seconde de plus qu'au premier affrontement, et conséquemment, 14 points de plus. Bravo à la ligne offensive des Piqueurs qui ont réussi cet exploit sans leur bloqueur format géant D. Constantin, blessé.

- On a tellement vu souvent la passe de Vance Joy à J Tyrell qui traverse le terrain horizontalement que l'on en a rêvé la nuit suivante...

- Toutefois, on donne de bonnes notes à #40 S. Rossi, qui en plus d'avoir sauvé la victoire avec une main bien placée en fin de partie, a été l'élément dérangeant pendant 60 minutes. Une bonne note également à la "machine à plaquer" #45 J-P Lévesque, qui n'en a pas échappé, et le #21 T. Copeland, qui en plus d'être souvent dans le kodak, a réalisé une interception de très haut niveau.

-- Avec l'emphase actuelle sur la sécurité des joueurs, le métier de maraudeur dans le RSEQ devient de plus en plus "politique". En passant, messieurs les zarbitres, il est toujours bon de se rappeler qu'un plaqué de maraudeur en couverture dans la tertiaire arrive quasi toujours latéralement.

- Pour la première fois de l'année, la défensive n'a pas mis de points au tableau, ce qui inévitablement met de la pression sur l'offensive. Bonne nouvelle, l'offensive s'est bien comportée. Voici donc un ramassis de notes offensives dans un ramassis de notes (inception) :

Le yin

    • Pour la première fois de la saison, les passes courtes de Dim étaient précises, favorisant les YAC.
    • #22 K. Kaya a joué comme le meilleur receveur de l'équipe, il doit absolument recevoir 6-10 ballons par partie.
    • À la fin de la rencontre, tout le monde parlait de la performance de Vance Joy. mais #3 D. Morand a obtenu un taux de passes complétées nettement plus élevé (76 % vs 66 %).
    • Quoi dire du #13 C. Chabot? un Nikki Demers en plus explosif. On veut un bubblehead mini-Chabot!
Le yang
    • La 2e portion des receveurs ne nous en donne pas assez, et ce depuis le début de l'année: Ballons échappés, incapables de se démarquer, blocs manqués, pénalités inutiles et répétitives. On voit que les instructeurs tentent ce qu'ils peuvent, ils ont même inséré l'ex DD #32 D. Debrosse-Smith dans l’escouade. Les blessure (81 A. Mailhot) et mauvais recrutement à cette position depuis 2-3 ans sont à déplorer. Est-ce que quelqu'un va step-up ? Sinon, la Vanier ne passera pas l'hiver à Montréal.
    • Malgré sa belle performance, on nous parlait encore de #16 F. Paquette-Perreault à la fin de la partie. Sur le terrain, Dim ne laisse pas encore transparaître cette confiance qui le caractérisait tout au long de son séjour au collégial. Mais avec la progression qu'il connait depuis le début de la saison, on est sur la bonne voie.
Une partie qui nous a laissé sur le bout de notre chaise debout sur la banc (on l'est toujours de toute façon), et qui laisse présager un match pas facile pour l'équipe qui rencontrera les Piqueurs (s'ils s'y rendent) en demi-finale de Dunsmore.

samedi 28 septembre 2019

Partie 5 - les entrevues d'après match

Sans plus tarder, voici les entrevues d'après match suite à la courte victoire des Carabins sur les coriaces Abeilles de Concordia.

Cette semaine au micro inquisiteur de MdM, l'ultra sympatrique joueur de ligne offensive, #67 F. Bessette qui nous parle de son retour au jeu; le DD, auteur de sa première interception avec les Carabins, #21T-O. Copeland; et on termine le tout avec la bougie d'allumage de l'attaque 2019 de l'équipe, le porteur de ballon #29 R-J. Giraud. Malheureusement, il semble que l'on ait eu qques problèmes de son pour cette dernière entrevue. Gardez l'oreille attentive.


Merci aux joueurs pour leur disponibilité et leur patience.

mercredi 25 septembre 2019

Partie 5 - Le dernier droit


C’est en fin de semaine que s’amorcera la 2e moitié de la saison 2019 dans la Q. Mais avant d’analyser la partie qui nous concerne, faisons un bref retour sur la 1re  moitié de saison pour l’ensemble des équipes.


Carabins :
Tous les espoirs étaient au rendez-vous en lever de rideau chez les Bleus. Malgré le départ de leur trio vedette de receveurs, l’arrivée de Coach Antoine laissait présager des belles choses pour l’attaque. Par contre, les blessures au sein du groupe de receveurs et des joueurs de ligne offensive sont venues couper les ailes à l’attaque aérienne de l’équipe. Heureusement pour nous, la - Meilleure-défensive-de-l’histoire-du-football-universitaire - est encore plus dominante qu’elle ne l’était l’an dernier et permet à l’équipe de tenir la tête hors de l’eau. Leur dernière victoire contre les Méchants les laissent seuls en tête du classement.

Rouge et Or :
Année de transition pour le Rouge et Or suite à la perte de l’ensemble de sa ligne défensive ainsi que du quart étoile H. Richard. Après quelques lents débuts de match qui pouvaient laisser croire à un affaiblissement des troupes du Général Constantin, la lourde ligne offensive de l’équipe a embrayé le rouleau compresseur pour finalement ramener les choses à la normale. Suite à une erratique performance contre l’agressive défensive des Carabins, Coach Éthier à sorti le couperet face à  l’éternel second S. Chénard pour le remplacer par la verte recrue. T. Bolduc.

McGill :
Malgré sa fiche de 1-3, l’équipe de football de l’Université McGill semble se positionner comme l’équipe à battre parmi « les Autres ». La belle tenue du Dimitri en rouge jumelé à l’expérimentée défensive de coach Hilaire a permis aux Ex -Hommes en rouge de donner une raclée à leurs rivaux de l’ouest de l’ile et de tenir tête au Rouge et Or pendant plus d’une demie. N’eût été une fin de match dramatique, digne des pires navets d’Hollywood face à Sherbrooke, McGill entamerait la deuxième moitié de la saison avec une fiche de .500.

Vert et Or :
C’est le jour de la marmotte chez le Renard. L’éternelle excuse de la jeunesse de l’équipe est de nouveau de retour pour expliquer leur fiche de 1-3. Par contre, avec les fins de match qu’ils nous ont offert lors de leurs deux dernières parties, on ne pourra jamais reprocher aux représentants de l’Estrie d’être ennuyeux
.
Marron et Or :
Malgré que l’état-major de Concordia ait été complètement revampé à même l’Association des anciens du Rouge et Or, l’équipe croupit toujours dans le fond du classement. Pire encore, il lui aura fallu, plus de 4 parties pour que l’attaque, menée par le quart arrière de 5e année Vance Joy, inscrive son premier touché.

Sur une note plus positive, la semaine dernière, les Stingers auront finalement arrêté à 8 leur nombre de défaites consécutives.

De retour d’une semaine de congé, c’est donc face à ces derniers que les Carabins entameront vendredi, au CEPSUM, le dernier droit avant les séries.

Après leur victoire à l’arrachée de la semaine dernière face aux Vert & Or, c’est une équipe fort différente de celle qu’ils ont affrontée en match d’ouverture qui fera face aux troupiers de coach Maciocia vendredi.

Le retour du receveur étoile V. Alessandrini aux côtés de J. Tyrrell et de la recrue J. Murphy à permis au quart arrière des Marrons d’amasser, la semaine dernière contre le Renard  plus de 426v de gains aérien et ainsi se mérité le titre de joueur offensif de la semaine dans le RSEQ.

Ça ne sera donc pas de tout repos pour la tertiaire des Carabins ce vendredi. Bien que celle-ci soit avare de long gain depuis le début de l’année, le bras puissant du Californien allié à son déclenchement rapide pourrait facilement surprendre l’agressive défensive des Carabins avec des jeux profonds tôt en début de partie.

Par contre, si l’on se fie aux résultats obtenus face aux jeux aériens du Rouge et Or suite aux ajustements que les DD #31 B. Lagacé et #9 JS Bélisle ont apportés à leur couverture, les chances de voir les Stingers tenter le gros jeu semblent relativement basses.

Du côté de l’attaque des Carabins, l’ensemble du stade aura les yeux rivés sur la performance de Dimitri et sur la patience de l’équipe d’entraineurs. Après une performance largement en deçà de ses capacités lors du dernier match, tous voudront savoir si la semaine de congé lui aura permis de retrouver ses repères. Dans le cas contraire, est-ce que AC enverra finalement #16 FPP Fé Paquette-Perreault dans la mêlée ?

La semaine dernière, la poreuse défensive des Marrons s’est fait découper par le quart recrue du Vert et Or Z. Cloutier qui a gagné plus de 326v par la passe en 3 quarts. Ça sera donc le moment idéal pour rétablir la confiance du quart #1 des Carabins.

Et au pis aller, la D sera présente pour sauver les meubles...


Comme à l’habitude les Montagnards seront au poste, dès 16h pour vous recevoir au Tailgate St-Houblon des Montagnards présenté par Services Pelletier, Gosselin. Parce que le bruit on ne fait pas ça seulement quand le Rouge et Or est en ville, les trompettes aux couleurs de l’équipe seront encore disponibles à la vente pendant l’avant-match. 





dimanche 15 septembre 2019

Match #4 - Ramassis de notes - Rhythm Is a Dancer

Jean Ryth-Giraud - The dancer | Photo J. Hajjar
Rhythm is a dancer
It's a soul companion
You can feel it everywhere
Lift your hands and voices
Free your mind and join us
You can feel it in the air
C'est cette chanson que les Montagnards chantaient sporadiquement pendant la rencontre lorsqu'on voyait #29 Rythme FM danser à travers la secondaire de coach Fortier. Sur les 146 v. d'attaque nettes des Bleus, Rythme FM en a gagné 139!!!! En passant, y a t'il un autre candidat au joueur offensif RSEQ de l'année ?  
- On va se le dire, les 2 quarts-arrière présents, pourtant qui avaient fait flèche de tout bois au niveau collégial ne rendaient pas justice au niveau de football qu'on s'attend des 2 des tops 3 équipes universitaires au pays.
- Du côté montréalais, TOUS les partisans que l'on a croisés nous demandaient pourquoi on s'obstinait à laisser #3 D. Morand à la barre de l'offensive, surtout que pour la première fois de l'année, on avait habillé l'ex Team Canada #16 F. Paquette-Perreault. Pouvait-il être pire que l'ex Géant qui ne progresse pas depuis 2 ans ? À sa défense, on doit dire que lorsque le jeu ne se développe pas de la façon désirée, DIm  a appris à "sucker" le ballon et prendre le sac au lieu de tenter une passe désespérée, chose que son opposant victime de 3 interceptions doit, de toute évidence, apprendre à maîtriser rapidement.

Pourtant, dans le passé, coach Maciocia a sorti à la demie beaucoup d'autres quarts-arrière de grands talents qui ne produisaient pas.

Après l'interception de #9 J-S Bélisle, les Carabins avaient le momentum, avançaient le ballon, et au lieu d'y aller pour un 3 points de placement, décidèrent d'y aller pour le gros coup avec un jeu truqué, qui ne fonctionna pas. C'est une décision de coaching et on va vivre avec, mais le problème fondamental de ce jeu, c'est qu'il était impossible qu'il réussisse. En effet, lorsque la remise de ballon se fait au teneur avec un genou au sol, il est alors impossible selon les règles du foot universitaire de donner le ballon à un autre ou de tenter une passe, la seule possibilité est un botté. C'est pour cette raison que le ballon a été replacé à la ligne de 27 v., là où se tenait le #83 R. Major-Dagenais (le teneur). Bonne décision des arbitres.

- Une petite étoile dans le bulletin des troupiers du général Constantin pour une raison : Ses joueurs d'attaque étaient toujours (95%) prêts et en formation d'attaque au moment du décompte du 20 secondes, malgré tout le bruit que nous faisions.

- Lorsqu'on a vu après quelques jeux, la formation partante en défensive, on cherchait le vétéran #53 F. Pelletier, lui qui est le plaqueur au centre de la ligne défensive, il avait été remplacé par #97 T. Mercier, une recrue avec un physique beaucoup plus adapté à un ailier défensif qu'à un plaqueur. Devant la menace de l'immense ligne offensive du Rouge et Or qui promettait de courir sans cesse, et sans aucun plaqueur véritable, ça n'augurait vraiment pas bien. Finalement, l'ensemble de la défensive n'accordera que 85v.
au sol pendant toute la rencontre.

Parlant de nos amis les zarbitres, sont-ils obligés de punir tout ce qui se passe sur le terrain ? Lorsque des punitions qui se passent loin du jeu et qui n'affectent pas le jeu, doivent-ils obligatoirement sortir le mouchoir ? Ils ont pénalisés Sherby et McGill pour 270 verges vendredi soir et 200 verges pour le match de samedi. Souvent, lorsqu'on visionne les matches RSEQ à la télévision, CA SInotte s'étonne que des gestes modérés soient punis. Si l'on excepte les cas où la sécurité des joueurs est menacée, est-ce qu'on pourrait laisser les joueurs jouer ?

Et une autre couche de mystère qui va ajouter autour du mythe football Rouge et Or et ses suspects passe-droits, la visite du maire Labeaume auprès du vestiaire des arbitres à la demie, POURQUOI ?

Différentiel de 5 points - À la lumière de cette  rencontre, l'équipe qui saura le mieux géré les blitz adverse va se retrouver victorieux de la Dunsmore - The game is on.

Partie 4 - La visites des Méchants - Les entrevues.

Les voici, les voilà, nos entrevues suite à la victoire des Carabins sur les Méchants de Laval ce samedi dans le royaume du bruit.

Cette semaine en entrevue, l'omniprésent DD #31 B. Lagacé, le sympatique joueur de ligne offensive #54 MA. Lemay, et pour finir, le vétéran receveur #20 K. Kaya.

Nous avions une excellente entrevue avec #44 B. Marion, mais un problème technique nous empêche de la présenter. On promet de remettre ça avec Benoît, dès notre retour dans 2 semaines.



Merci encore aux joueurs pour leur patience et disponibilité et dsl encore à Benoît pour ce contre-temps. Bonne semaine de repos à tous. 

jeudi 12 septembre 2019

Partie 4 – La visite des Méchants – C’est là ou jamais.


Crédit: James Hajjar
Depuis quelques saisons, l’attrait et la popularité du football universitaire est sur une pente descendante au Québec. Même si TVA Sports et les autres plateformes de Québécor travaillent d’arrache-pied pour promouvoir au maximum leurs propriétés  sportives, les cotes d’écoute demeurent minimales, les assistances dans les différents stades sont en baisses et l’intérêt auprès de monsieur-madame-tout-le-monde est pratiquement inexistant.

Seules exceptions à la règle, les affrontements Rouge et Or/Carabins! Et c’est ce samedi, devant un CEPSUM plein au bouchon, qu’aura lieu le 1er affrontement de la saison entre les deux powerhouse de la Q, classé respectivement 1er et 3e au Canada.

Lors de l’ouverture de la saison, on disait que les planètes étaient alignées pour les Carabins. Que les Bleus devaient profiter du départ des joueurs étoiles H. Richard, M. Betts ainsi que du reste de ligne défensive du Rouge et Or pour s’imposer comme étant l’équipe à battre et les prétendants numéro 1 pour remporter la Coupe Dunsmore. Ces joueurs ayant été souvent la clé lors des victoires de leur équipe lors des récentes années. Par contre, les pertes importantes des Bleus au sein de son groupe de receveurs ainsi que les difficultés de l’offensive en ce début de saison sont venues rebalancer le tout.

Encore cette saison, pour utiliser l’un de plus gros cliché du football, c’est dans les tranchées que cette partie connaitra son dénouement. Et plus précisément, entre la grosse LO expérimentée du RetO et le Mighty front7 des Carabins.

Comme l’on a pu le constater depuis le début de la saison, l’attaque terrestre sera l’identité de cette édition du Rouge et Or. Comme il l’avait fait lors du départ des quarts M. Bertrand et B. Groulx, le coordonnateur offensif J. Éthier camoufle les « faiblesses » de son jeu aérien et l’inexpérience de son quart-arrière en s’appuyant sur sa plus grande force, sa ligne offensive. C’est donc un peu moins de 300 verges, pratiquement le double que par la voie aérienne, qu’amassent les porteurs de ballons des Rouges en moyenne par match depuis le début de la saison.

De son côté, la défensive des Carabins 2019 est encore plus avare de verges au sol qu’elle ne l’était l’an dernier. En trois parties, les Carabins n’ont consenti qu’un maigre 132v au sol, soit moins de 44v par partie. À pareille date, l’an passé, la meilleure défensive de tous les temps au football universitaire canadien, accordait en moyenne 53v par match.

La semaine dernière, le retour de la TwinTower #94 P. Lemieux-Cardinal a contribué à limiter les gains au sol de l’équipe de football de McGill à une simple verge…. Une. Eux qui avaient pourtant gambadé allégrement sur leur terrain la semaine précédente face aux Stingers.

C’est donc par le jeu de passe des Méchants que tout se jouera. Et soyez assuré que l’État-major du Rouge et or aura aussi remarqué le trou au centre, juste devant le maraudeur qui se crée lors des Blitz des Carabins. On risque d’y voir, plus souvent qu’à son tour, l’un des P’tits biscuits receveurs tenter d’y attraper des ballons.

Aussi bonne soit notre défensive, et même si elle marque aussi souvent que leurs acolytes, c’est par l’attaque que les Carabins se devront de battre leur adversaire. Dim Morand et son groupe de receveurs doivent bâtir sur leur performance de la semaine dernière.

Sans être parfaite, l’unité offensive de l’équipe a réussi à bien faire circuler le ballon en utilisant l’ensemble des receveurs et des porteurs qu’elle disposait. Cette dimension sera indispensable samedi.

On va ce le dire, depuis le départ de Bishop’s pour les Maritime en 2017, le calendrier asymétrique du RSEQ renferme souvent quelques surprises pour les différentes équipes. Prenons par exemple le fait que ce samedi, moins de deux semaines après le début des cours, les Carabins auront déjà complété la première moitié de leur saison. 4 parties de suite, sans semaine de congé.

Sans en être l’unique raison, cette situation particulière nous permet de mieux comprendre pourquoi la liste des blessés et autres maganés tant à s’allonger aussi rapidement.

Sans dire que la situation est aussi dramatique qu’elle ne l’était l’année dernière, disons que ce samedi, le retour du porteur de ballon #33. R. Malki ainsi que du receveur #81 A. Mailhot serait plus qu’utile pour stopper à 5 le nombre de défaites consécutives face à nos rivaux de la 20.

Le premier donnerait le petit côté punitif qui manque au duo du dansant #29 Rythme FM et de l’explosif nouveau préféré de Deux Fans, #22. K. Dubois, et le second, donnerait une deuxième cible de plus de 5’10’’à Dim… ce qui ne serait pas à négliger.

Finalement, peu importe les changements survenus, un fait demeure. Comme tous les ans, l’équipe qui fera le moins d’erreurs, qui réussira à contrôler ses émotions, à limiter les pénalités et qui gagnera la bataille du positionnement sur le terrain remportera cette partie.

Et comme lors des X derniers affrontements, ce match risque fort de se gagner sur le dernier jeu, par le pied du #stibotteur, et dans une telle situation, je ne gagerai jamais contre celui qui a botté le cul au cancer.

Les Montagnards vous invitent à venir vous procurer la trompette aux couleurs de Carabins directement sous la tente lors du Tailgate St-Houblon des Montagnards présenté par Services Pelletier, Gosselin. 86 décibels de bonheur pour seulement 10$.L’ensemble des profits seront remis directement à la bourse des Montagnards. Recevons les Méchants comme il se doit… en faisant encore plus de bruit.