mercredi 23 septembre 2009

Let’s play some Rock’n Roll !!!


Au début de la saison, une grande inquiétude chez les observateurs externes des Carabins, était le remplacement des 800 quelques verges gagnées au sol qui avaient assuré le 2e rang chez les porteurs de ballon de la LFUQ à Hantz Boursiquot l’an dernier.

Nous avions couvert cette partie sur ce billet

Mais la réponse s’est imposée d’elle-même et pour la première fois dans l’histoire des Carabins, c’est un fantastique duo qui prend la pôle. Et non seulement, ils sont éblouissants, mais se complètent admirablement bien.

Rock, c’est Olivier Renière, un gradué du Collégial AA, dont nous attendions plus ou moins en ce début d’année, mais jamais à ce point. Ses courses sont puissantes et décisives et il possède la précieuse qualité de briser les plaqués à la ligne d’engagement. Ce qui lui permet des courses excédant pratiquement toujours 5 verges. Il n’a pas la vitesse pour traverser le terrain, mais il parvient à « tourner le coin ». Comme recrue, on a noté qu’il a des apprentissages à faire au niveau des blocs et de protection de quart-arrière, mais il ne pourra que s’améliorer avec le temps.

Roll, c’est évidemment Rotrand Séné, qui lui était attendu, arborant dans son CV le titre de meilleur porteur de ballon du collégial AAA. Sauf que personne ne croyait qu’à sa première année il pourrait gambader ainsi parmi les meilleurs secondeurs et maraudeurs de la LFUQ (sauf peut-être coach Santerre qui le suit depuis qu’il devançait les autres enfants à la garderie) tout en les évitant habilement pour accumuler les verges. Il est l’un des coureurs les plus fluides qu’il nous a été donné de voir au niveau universitaire. Nous avions apprécié ses cuts sur les films collégiaux, mais les voir reproduire au niveau plus élevé sans réelle période d’adaptation est impressionnant. Ses changements de vitesse sont cependant ce qui suscite le plus d’admiration des spectateurs, il possède cette caractéristique de pratiquement s’immobiliser et de repartir en laissant son adversaire bredouille (dans un nuage de poussière à la Roadrunner).

Le week-end dernier, il nous a démontré un niveau renversant de footballeur naturel (si une telle chose existe), en prenant la majorité des snaps, en faisant des remises au champ arrière à Renière, Bruno ou Rivet et toute cette activité se déroulant sans accroc, avec seulement quelques soirées de pratiques préalables!!! C’EST UNE RECRUE, DITES-LUI QUELQU’UN!!!

Et maintenant, quelques chiffres, rappelez-vous qu'au premier match des Carabins, coach Santerre a fait évoluer ses 5 porteurs selon un principe d’alternance, puis à la deuxième demie du dernier match (le 3e) contre les bicolores dorés, le surnombre de défenseurs était trop impressionnant pour que les porteurs aient la moindre chance. Donc en cette période de temps :

Rock: #27 Olivier Renière en 3 parties, 27 portées pour 163 verges. Une moyenne de 6.0 ypc, avec 3 touchés, sa course la plus longue fut de 29 verges pour une moyenne/partie de 54.3 verges.

Roll: #8 Rotrand Sené en 3 parties, 53 portées pour 377 verges. Une moyenne de 7.1 ypc, avec 2 touchés, sa course la plus longue fut de 39 verges pour une moyenne/partie de 127.7 verges.

Il faut dire que ça court beaucoup dans la LFUQ en ce début d'année: Pascal Fils, 661v, Andrew Hamilton 369v (en 2 matches) et Sébastien Lévesque 373v.

On a hâte de voir et d'entendre la sweet Rock’n Roll music samedi!!!

Un merci spécial à Dom qui a fait l'imagerie graphique.

10 commentaires:

Bert a dit…

Yesss! Ça c'est le positif. Mais est-ce que l'on sait si les Carabins auront un quart en état de jouer samedi?

Deux fans a dit…

@Bert - Le "game preview" est demain, savourons le moment présent... ;)

Sylven a dit…

J'étais l'un de ceux qui croyaient que les Carabins auraient de la misère à remplacer Boursiquot cette année. Mais ce que j'ai vu de Sené et, dans une moindre mesure, de Renière la semaine dernière m'enlève complètement ce doute ! Maintenant, ce qui guette Montréal est le retour à une offensive unidimensionnelle où la composante aérienne est négligeable. L'attaque au sol fonctionne bien contre des défensives de second ordre, mais comme on l'a vu au PEPS samedi dernier, les défensives supérieures s'ajustent et l'anéantissent lorsque la menace de passe est faible.

Quelques stats pour appuyer mon point : 639 verges au sol (76.7%) contre 194 par la passe (23.3%) à date en 2009 pour les Carabins ; 530 verges au sol (41.3%) contre 753 verges par la passe (58.7%) pour le Rouge & Or... Les Carabins n'iront pas loin en séries avec de tels chiffres, en tout cas pas dépassé la Coupe Dunsmore selon moi !! ;)

A ce sujet, Brouillette est-il remis de sa commotion et sera-t-il de retour au jeu cette semaine ? Il y a même des gens sur .org qui prétendent que si les Carabins n'ont toujours pas de quart, on aura droit à un match digne de ce nom au CEPSUM samedi... Évidemment, je ne suis pas de cet avis.

Jacques L. a dit…

Une surprise oui et non.

Non, c'était écrit que ces gars là auraient une belle carrière universitaire.

Oui, après seulement trois matchs que ces deux là aient accumulé 540 verges, çà c'est une surprise.

Il ne serait pas surprenant, qu'après le match de samedi contre Acadia, le total approche les 750 verges.

Parlant du match de samedi, il ne faut pas s'attendre à un match serré, plutôt à quelque chose qui se situe entre McGill et Concordia. La semaine dernière, contre St-Mary's, Acadia a accumulé un grand total de 106 verges, en accordant 503, dont plus de 200 par la course.

Nos lapins vont courir toute la partie. Je n'ai pas l'impression que cette semaine sera la semaine où les Carabins vont faire l'étalage de la "puissance" de leur attaque aérienne.

On a entendu, entre les branches, que cette saison, serait le chant du cygne des rencontres interligues avec l'Atlantique.

Lorsque l'on regarde le bilan des sept dernières années, on peut comprendre le peu d'intérêt du Québec.

40 victoires contre seulement 16 défaites en faveur du Québec, aucune équipe des Maritimes avec une fiche positive, seul Bishop's avec une fiche négative (3-7) au Québec.

Durant cette période, deux équipes se sont ajoutées au Québec et ont conservé une fiche positive, Montréal (9-1) et Sherbrooke (6-2).

SMU, le joyau de l'Atlantique, n'a pu faire mieux qu'une fiche de
5-9, dont 3 défaites aux mains des Carabins et 4 face à Laval.

En fait, du point de vue de la compétition, la ligue du Québec n'a pas grand intérêt à renouveler cette entente.

Par contre, nous nous ennuierons (mon épouse et moi) de nos pélerinages automnaux dans les Maritimes.

Deux fans a dit…

Vous êtes donc impatient - on devrait peut-être faire les game preview les jeudis?

...mais il risquerait de nous manquer des informations sur les blessés... grrrrr

@Sylven - prends des gageures avec les .orgistes qui croient que les Bleus vont perdre en fds... Tu vas pouvoir coucher au Ritz samedi prochain!

On ne croit pas que le point "compétitif" soit le principal irritant à l'interligue... On avait twitté ce billet de nos amis de CISblog.ca qui donne le reflet de la situation à l'heure actuelle (ça fait très Téléjournal comme expression...lol)

Bert a dit…

Cf.: fin de l'entente avec les clubs des Maritimes

Mmmm...Je salive déjà à l'idée d'une saison de 10 parties, chaque équipe jouant à domicile et à «l'étranger» contre chacune des 5 autres équipes...Enfin finies les inégalités entre les équipes: quand on établit un classement victoires - défaites pour juger de la participation aux éliminatoires, etc., il y a franchement quelque chose d'inacceptable dans le fait de jouer deux fois contre Laval alors que l'autre ne joue qu'une fois, d'affronter SMU plutôt que Mount Allison, etc. etc.

Prions que cela se fasse!

Sylven a dit…

Deuxfans, l'élément compétitivité est certainement un des arguments du Québec pour l'abandon des matchs interconférence avec les Maritimes. Les autres sont selon moi le coût des voyages et la construction de rivalités québécoises maintenant que la ligue a six équipes et un contrat de la télévision publique en poche.

Les solutions idéales selon moi seraient : le transfert d'Ottawa et Carleton (en supposant qu'ils redémarrent leur programme de football bientôt) à la LFUQ, l'ajout d'une équipe francophone et le transfert d'Ottawa ou l'ajout de deux équipes francophones ! Pas de danger que ça arrive bientôt par exemple...

Anonyme a dit…

ces deux-la forment tout un duo pour les Bleus, et ce pour quelques annees!! Avec une Oline assez jeune et athletique, ca promet! Ca me rend tres optimiste quand au plus grand defi des Carabins...deplacer les rouges de leur piedestal...

si ce n'est pas cette annee, ca sera l'an prochain....Laval perdra Groulx et Sanchez, et quelques olines.

Mais il faut absolument les battre soit cette annee ou l'annee prochaine....a moins qu'on fasse des miracles cote recrutement...

Car l'an prochain nous perdons nos deux ailiers defensifs et peut-etre nos trois LBs...et peut-etre aussi Hamid et Carriere...et l'annee suivante c'est le tour de Gregory Alexandre et de Brouillette

donc une grosse partie de l'identite des bleus...a renouveler avec urgence...et le championnat de la conference Quebec s'avere primordial a mes yeux...

Jeff

Deux fans a dit…

@Sylven - tu oublies deux facteurs (dont le plus important) dans ta nomenclature...

- Le peu de succès que ces équipes entrainent aux guichets. À l'exception du Peps qui est toujours rempli, les équipes visiteuses entrainent un lot de partisan... et les revenus qui vont avec. Comme la distance($) est trop grande, les partisans des Maritimes ne se déplacent pas pour suivre leur équipe...

- La difficulté pour les étudiants de se taper un voyage variant de 20 @ 30 heures en autobus sur 3 ou 4 jours en pleine session... Et pour les études dans l'autobus?? C'est vraiment une minorité qui en sont capables. Rappelons que les avions sont interdits.

@Jeff, c'est la beauté du foot universitaire, il n'y a pas d'échange, mais les équipes sont sensiblement modifiées d'une saison à l'autre...

Sylven a dit…

Jeff, mettons que je ne parierais pas ma paye sur la chute du Rouge & Or cette année ! Les chances des Carabins seront meilleures l'an prochain selon moi avec le départ de Groulx, Sanchez, Bouchard et Gagné.

Quoique du peu que j'ai vu de Grenon jusqu'à maintenant, il semble talentueux, et pour la OLine, c'était supposé être la faille de Laval cette année et pourtant, même si le quart est moins bien protégé que l'an dernier, l'offensive continue à rouler.

Bon point Deuxfans.