lundi 10 octobre 2011

Match #6 - Ramassis de notes - Des fleurs au truckload

Rotrand qui gambade vers la victoire, semant l'hystérie - Photo James Hajjar
Avant même l'hymne national, à voir l'énergie dégagée par les joueurs alignées sur leur ligne de 45, on sentait bien qu'on aurait un match très haut en intensité... Et les recrues de chaque côté, peu importe leur ville d'origine, qui n'avaient jamais connu l'atmosphère d'un Qc-Mtl, ont senti à ce moment qu'il ne s'agissait pas d'un match comme un autre...

Et s'il vous plaît, coach Constantin, c'est beau d'essayer à chaque année de tenter de nous faire croire que la rivalité de Laval est avec Sherby (cette année), SMU (l'an dernier) et ConU (il y a 2 ans), mais the real deal, ce sont les affrontements Laval-Montréal.

J. Pierre-Étienne et la défensive Bleue.

On ne sait trop si ce sont les bizarres différentes et hétéroclites formations défensives de coaches Touchette/Porter/Maciocia ou le talent brut de #89 J. Pierre-Étienne, mais, particulièrement en seconde demie, voir un seul joueur dominer les tranchées ainsi est extrêmement rare. De mémoire, 14 plaqués par un d-line, ! Est-ce que ça déjà été accompli dans la LFUQ? . Gros bravo également à #7. D. Ménard et #52 M. Girard (à son premier départ à vie). G. Duclervil était fiévreux, grippé, et avait l'air complètement absent à la fin de la rencontre...


On espère que le centre du R & O P. Lavertu était également grippé, ce qui expliquerait son match très ordinaire, s'il ne l'était pas, il a dû l'attraper avec les courants d'air que Le Sénateur Pierre-Étienne faisait en passant près de lui.


On a aimé
À la toute fin, après une interception facile qu'il venait de manquer, #19 M. Dubuisson tapait par terre et était dans tous ses états d'avoir manqué une telle opportunité. Avant la reprise du jeu (vive les pauses publicitaires), #41 By-Ray une autre recrue, a été le voir, lui a dit en lui tenant la tête (on lit sur les lèvres... :P ): "Forget that, just stay focus for the next play, la partie n'est pas finie"...


On a aimé (bis)
Pendant le tailgate, en se bourrant la face dans les succulentes ailes de poula de Jean Nadeau de Rouge & Or Mania (on avait la face à 50% rouge de la sauce divine), on jasait avec un partisan et on se disait que #2 A. Coady aurait de la difficulté à contrer "le train sans cheminée" S. Lévesque s'il se dirigeait vers lui en pleine vitesse en open field (en fait, on disait qu'il se ferait exploser). Et bien quand ce moment est arrivé, la recrue a gardé sa position, forçant l'orgueil de Notre-Dame-de-Foy à bifurquer légèrement, Anthony l'a saisi par le fond de culotte et l'a soulevé pour le rabattre au sol... C'est à ce moment que notre chandail Bleu des Carabins se mit à sentir la bière... (ben quoi, on peut s'étouffer pendant un match...

Rotranddddddddddddddddd

Depuis le match contre Bishop's, #8 Rotrand Sené ressemble de plus en plus à The Catalyst de l'an dernier. Compte tenu qu'il reste encore 3 matches à la saison régulière en plus des éliminatoires, et que nous n'avons pas réellement de porteur #2, il sera intéressant de voir l'utilisation qu'en fera coach Maciocia lors des prochains matches. On a besoin d'un Rotrand le plus en forme possible en éliminatoires... le reste, bof...


Gros match du Roux

Il n'a pas connu son meilleur match comme passeur, avec moins de 50% de ses passes complétées, mais il a obtenu le W. Une très belle gestion de match, il a protégé son ballon ( aucune échappée ou interception), obtenu de très belles courses, notamment deux ou trois fois au centre avec la tête en premier. Avec son tempérament de Guerrier, les passes échappées de ses receveurs ne le perturbent pas. Son calme et son contrôle ne peuvent faire autrement qu'inspirer ses coéquipiers... et en tant qu'amateur des Bleus, on avait confiance en lui lors de la dernière drive... ROUX ROUX ROUX...

The unsung heroes
À chaque fois qu'on parle aux coaches, on entend parler d'exécution et de petits détails, alors cette semaine, on lève notre chapeau aux travailleurs de l'ombre que sont #26 V. Pelletier-Bouchard, #18 Alexandre Dupuis et #53 A. Stropiano qu'on a vu réussir des blocs clés tout l'après-midi. Une mention aussi au #1 W. St-Laurent qu'on voit dans le kodak sur chaque jeu de couverture des unités spéciales.

Fredo et la dernière minute
Notre avis sur cette punition? Le geste était banal, cependant, au fil des ans, on a dû recevoir une dizaine de fois des mouchoirs pour des gestes similaires contre des quarts adverses.

Le fait est qu'une punition aussi borderline ne devrait pas être appelée dans les 2 dernières minutes d'un match et en affecter aussi directement l'issu...


Place à améliorations
Les pénalités auraient fort bien pu nous coûter le match. Celles de hors-jeux étaient beaucoup trop nombreuses. La ligne offensive semblait trop "émotive".

Petite note négative, c'est tout de même incroyable qu'après une performance si électrisante de toutes les unités pendant la rencontre, que nous tirions de l'arrière avec un peu plus d'une minute à faire...

Ça fait deux ans que cette incapacité à marquer des touchés persiste. Possiblement que la créativité de l'attaque Maciocienne devrait s'exercer dans la red zone également.

1 morceau de robot
À la foule du CEPSUM. On a appris à se taire en attaque, on a fait péter le décibelomètre à quelques reprises et on a été baveux juste assez avec les visiteurs de Qc city... En passant, quelqu'un a des pastilles pour une gorge profondément irritée?