dimanche 30 août 2009

Buckle up. Let’s go...


Première visite sur allezlesbleus.ca?

Bienvenue…

Nous sommes Deux Fans (le père et le fils) et sommes des partisans de longue date des Carabins, mais également du football universitaire en général. Nous rédigeons 3-4 billets par semaine principalement sur les Carabins, mais également tout ce qui entoure le football universitaire québécois et ce qui peut intéresser les fans (tel que le tailgate). Étant donné que la couverture du football universitaire est très mince dans la région montréalaise, nous sommes l’endroit pour s’abreuver d’information sur nos Bleus et leurs rivaux.

- Abonnez-vous au fil RSS , pour ne rien manquer des billets ou des commentaires.
-Ou plutôt recevez par courriel nos billets en vous inscrivant à l'endroit prévu.
- Suivez-nous sur twitter (On twit TOUTES les nouvelles publiées à propos du football universitaire québécois ; on écrit des billets sur les Carabins, mais habituellement on twit sur les autres équipes) . Vous pouvez également suivre nos twits sur le site pour vous tenir au courant de l'actualité footbalistique.

- Lisez les libellés (tags) qui vous intéressent (on a écrit pas mal depuis le début du blogue il y a un an) .
- Vous pouvez rechercher dans le site si un sujet (ou un joueur) vous intéresse particulièrement.

Vous trouverez toutes ces possibilités (et des millions d’autres encore!!!) dans la marge de droite.
Vous aimez particulièrement un article et/ou une photo? Vous pouvez partager votre enthousiasme à la fin du billet en question par le bouton « SHARETHIS » au bout du billet qui vous permet d’afficher votre intérêt sur Facebook ou Twitter ou encore de l’envoyer par courriel à une personne en particulier.

_____________________________________

Avec le camp d'entrainement qui se termine, on se permet de ressortir un texte qui avait paru dans la revue IForum de l'UdM. Bien que datant de 5 ans, et traitant de la saison inaugurale des Carabins en 2002, il possède encore toute sa pertinence. Il est le texte que nous avons croisé qui décrit le mieux la réalité culturelle quotidienne des joueurs des Carabins. En effet, seuls les Carabins sont confrontés à une telle diversité culturelle parmi les équipes de la LFUQ. Et ironiquement, comme il arrive souvent avec les Carabins, cette expérience est relatée par un étudiant provenant de Québec: Vincent-Thomas Maher.

14 août 2002; je viens de me taper Québec-Montréal. Ma Géo-Métro tient le coup. Pour un gars qui commence l’université dans deux semaines, j’ai l’air relax. En fait, je suis stressé comme un puceau. À 19 h, j’irai au premier entraînement de l’histoire des Carabins. Je dépose mes affaires et mange un sandwich qu’il est déjà 17 h 30. Je dois y aller. Sur le chemin, je réalise que j’habite à cinq minutes du terrain. Heureuse constatation qui m’aide à canaliser ma nervosité.

Je suis en retard. Il y a beaucoup de bruit dans le vestiaire. Je tourne le coin. Je pénètre. Un petit groupe de joueurs en uniforme discutent; «grouille-toi, mec», me disent-ils pour la forme. J’exécute. Ils partent. Ils ne m’ont pas demandé mon nom. Des yeux, je cherche mon casier. Je le repère. Sur le chemin qui m’y mène, je sens qu’on m’observe. Je souris, j’ai l’air cool, mais je suis petit dans mes shorts. J’arrive à ma case. Mon voisin de gauche, Mangumgu Pati, a la carte d’Afrique pendue autour du cou. Il me salue, sans plus. Mon voisin de droite me fait peur. Il a l’air d’un vrai «thug»; 6 pieds 5, 250 lb, un foulard aux couleurs d’Haïti sur la tête et les écouteurs sur les oreilles. Je le salue, mais il ne me répond pas. Je n’insiste pas. Dans ce vestiaire, on parle français, anglais, franglais et créole. Je m’ennuie un peu de Québec. La minorité visible ici, c’est moi.

Les premières journées du camp sont dures. Je dois m’adapter, les autres aussi. Ça cogne fort au football universitaire. Chacun veut faire sa place. Il y a bousculade, escalade et intimidation. À la café, on sent vraiment le choc des cultures. C’est aussi simple que classique; les Noirs d’un bord, les Blancs de l’autre. Il y a des clans. Il paraît que c’est normal. Ce n’est pas ce que Jacques Dussault, l’entraîneur, semble croire. À la pratique suivante, il nous parlera, longtemps, du football mais aussi de la vie. Il s’adressera à de jeunes adultes qui, apprenant ce qu’est la différence, ont du mal à voir par delà les apparences. Il a compris ça, Jacques. C’est pourquoi il nous obligera à manger ensemble, en équipe. Je sais maintenant que l’emplacement de mon casier n’a rien d’aléatoire. Au souper suivant, on mange ensemble. Cela se passe bien, de mieux en mieux et, sur le terrain, on le sent. Je m’ennuie moins de Québec maintenant.

20 octobre 2002; dernière pratique de la saison. Je me sens nostalgique. L’année prochaine, certains ne reviendront pas. Dans un coin, Fritznel Casaneuve et Rodney Pierre taquinent les gars de Saint-Georges de Beauce sur leur accent d’habitant. Tout de suite, Samuel, un gaillard de 6 pieds 2, du Lac-Saint-Jean, défend ses compères des régions, en créole, oui monsieur! Les Haïtiens sont trop crampés pour répliquer. Ils rient fort, les Haïtiens. Ils vont me manquer. Greg, mon voisin de 6 pieds 4, 250 lb, va me manquer aussi. Il faisait du bon riz haïtien, Greg. Je suis sûr qu’il aurait aimé Québec.

21 octobre 2002; dernier match. Un genou au sol, main dans la main, nous attendons tous que Jacques nous fasse son speech. Il y a quelque chose de fort entre nous. De par nos différences, nous formons une équipe solide. Comme quoi, lorsqu’on partage un objectif commun, on en arrive à s’accepter, à s’apprivoiser, à se comprendre et parfois même à s’aimer. Saison difficile; 0 victoire et 7 défaites. Personne ne veut en perdre une huitième, mais peu importe, la vraie victoire est déjà remportée. Personne n’en parlera, mais tout le monde le sait. Je le sais. Je regarde Mangumgu Pati dans les yeux et je sais qu’il le sait. Les gars de la Beauce le savent. Ousmane Koly, Fritznel et Sanchez le savent. Les gars du Lac le savent, Greg aussi. Jacques nous regarde, tous. Il nous aime, Jacques. Aujourd’hui il n’y a qu’une couleur qui signifie quelque chose pour nous tous. Cette couleur, c’est le Bleu des Carabins de l’Université de Montréal. Jacques est heureux, nous aussi, «Buckle up. Let’s go», dit-il. Et ce fut un bon match...


Vincent-Thomas Maher, un étudiant en communication, l'a soumis à un concours portant sur les relations interculturelles au Québec. Les juges, des membres de la Commission canadienne des droits de la personne, lui ont accordé le premier prix.

Avec le passage du temps les instructeurs et les prénoms ont changé, on parle dorénavant de Marc Santerre et de Djems, Hamid, Rotrand, Rudy, Achour et Aboagye, mais également d’Alexandre, de Martin de Kevin et de Olivier, cependant la trame de fond demeure la même...

Kick-off inaugural de la saison 2009 par Pierre-Paul, jeudi 3 septembre @19:00, 3 heures plus tôt pour le tailgate.

Photo de l'édition originale des Carabins 2002 - gracieuseté de l'Université de Montréal

16 commentaires:

Jacques L. a dit…

Parlant de Jacques Dussault, n'en déplaise à nos amis de Québec, il est une des grandes têtes de football au Québec et, avec Pierre Vercheval, l'analyste le plus compétent à la télé.

Il faut se rappeler que, dès leur deuxième année d'existence, les Carabins se pointaient dans le top 10 et lors de l'année suivante, il trônait en tête de ce top 10.

Aucun instructeur ne peut revendiquer l'exploit de Dussault qui, à partir de rien, a amené son équipe a revendiquer des fiches 6-2 et 8-0 en deuxième et troisième année.

J'ai eu l'occasion de l'observer samedi dernier dans son rôle de coach. Je peux comprendre que les joueurs de son équipe soient prêt à tout donner pour lui.

Les joueurs qui reviennaient au banc, après avoir commis une erreur, avaient droit à une explication sur ce qui aurait dû être fait, jamais il n'a haussé le ton, et toujours une petite tape d'encouragement pour terminer le tout.

Une petite prédiction, les Spartiates sous la gouverne de Jacques Dussault vont redevenir une puissance du football collégial.

Sylven a dit…

Jacques, si Dussault est un si bon coach, pourquoi les Carabins s'en sont-ils débarrassés en 2006 ? Personnellement, je ne remets pas en cause sa connaissance du football. Ce qui m'énerve de lui sont ses commentaires déplacés et qui visent plus souvent qu'à leur tour le Rouge & Or et la Ville de Québec. En espérant qu'il ait appris sa leçon depuis le temps et qu'il fasse son travail de façon objective. Sinon, comme quelqu'un le faisait remarquer, ça fera du bon matériel de motivation à accrocher sur le babillard du vestiaire...

Petite question logistique, que va faire Dussault quand les Spartiates joueront en même temps qu'un match télévisé, comme par exemple le 17 octobre et le 31 octobre ?!?

Jacques L. a dit…

Sylven, j'ai l'impression que tu es mieux informé que moi en ce qui concerne le départ de Dussault des Carabins, probablement que tu as un informateur privilégié au sein de la direction du Cepsum.

Il est très facile de faire des procès d'intention et de dire n'importe quoi sur un indivu qui compte parmi ceux qui ont fait le plus pour le football au Québbec.

Les commentaires qui ont été émis, sur cisfootball.org, par la gang de paranos qui voient un complot anti-Québec presqu'à chaque fois qu'une décision émane de Montréal, étaient tout simplement ridicules.

Mais, puisque vous avez décidé que Dussault était pratiquement l'incarnation de Satan...

Sylven a dit…

Jacques, tout ce que je sais est que les Carabins ont limogé Dussault de façon assez cavalière en janvier 2006. C'est sûrement parce qu'ils avaient quelque chose à lui reprocher !!

Sans être l'incarnation de Satan, Dussault, à l'époque où il était entraineur-chef des Carabins, est certainement l'un des entraineurs québécois qui a démontré le moins d'éthique et de classe dans l'exercice de ses fonctions, par ses déclarations gratuites et mesquines sur les organisations rivales (en particulier le Rouge & Or) et même sur les fans de ces organisations rivales (en particulier les habitants de la Ville de Québec). C'est aussi lui qui a permis (voire qui a encouragé, on ne le saura jamais...) des actes anti-sportifs de ses joueurs sur le terrain, entre autres à plusieurs reprises dans des matchs contre le Rouge & Or, d'où le surnom "Carabums" attribué aux Carabins sous sa gouverne, surnom qui est heureusement en train de disparaitre vu un certain retour à la discipline depuis l'arrivée de Santerre. Pour cette raison, malgré ses talents indéniables de technicien du football, il n'a pas mon respect.

C'est sûr que la SRC dans sa grande sagesse toute montréalaise, ignorant que la majorité des amateurs québécois de football universitaire se trouvent à Québec et non à Montréal, n'a pas eu la main heureuse avec ce choix d'analyste controversé et ne s'est pas attiré des commentaires élogieux de la part de ceux qui se souviennent des actes peu glorieux de Dussault à une époque pas du tout lointaine.

En revenant à ma question, qui va analyser les matchs du 17 et 31 octobre ou qui va coacher les Spartiates à ces dates ?!?

Anonyme a dit…

JD a rien encouragé de ce qui c'Est passé au PEPS il y a quelques années ... C'était la décision des joueurs que JD a découvert seulement quand ils ont embarqué sur le terrain. Pis pour ce qui as été dit sur les fans de Laval ... Se faire lancé de la biere par des partisans ... se faire traité de c$*#*# de ne#*$... sa la pas sa place dans le sport universitaire. J'suis aussi convaincu que l'bonhomme va rammener le CVM en haut du classement

Bert a dit…

Je tombe peut-être des nues, mais c'est la première fois que je lis que Jacques Dussault a été congédié. J'ai toujours cru qu'il avait lui-même décidé de quitter...Y a-t-il certitude à ce propos?

En outre, je croyais que JD faisait l'unanimité en sa faveur. Cette affirmation «est certainement l'un des entraineurs québécois qui a démontré le moins d'éthique et de classe dans l'exercice de ses fonctions» est contraire à tout ce que j'ai jamais vu ou connu de lui et me paraît à la limite du délire paranoïde. Quant à cet extrait «vu un certain retour à la discipline depuis l'arrivée de Santerre», j'ai failli être obligé d'appeler une ambulance pour éclatement de ma rate...Vivement jeudi!

Deux fans a dit…

Les fans de Qc city sur le forum de CIS ont démonisés (on te l'emprunte Sylven) Jacques Dusseault d'une telle façon qu'ils en sont à croire leurs propres légendes fabriquées.

À notre connaissance, et selon tous les communiqués de presse de l'époque, Jacques Dusseault avait démissionné. Donc dire qu'il avait été congédié sans preuve est de la médisance... et Jacques Dusseault est tout sauf un homme de compromis politique, il n'aurait surement pas été présent à une conférence de presse pour dire qu'il démissionnait si ce n'était pas la vérité.

N'oubliez par que Santerre a déjà embauché Dusseault après son passage chez les Alouettes... Ils ont entrainés ensemble, se connaissent très bien. D'ailleurs d'après les micros que nous avons judicieusement placés dans les corridors du CEPSUM, coach Dusseault viens faire son tour de temps à autres...

Pour le reste, on est au courant de l'incident sur le sigle de l'UL, mais qui n'aurait jamais été planifié par un coach universitaire digne de ce nom...

Par ailleurs, au hockey, Claude Lemieux passe pour un génie d'avoir fait un geste similaire... et vous pouvez être certain qu'il n'en avait parlé à personne avant... le trouble des Bleus, c'est qu'ils ont perdus après ça...

Als4ever a dit…

Je suis partiellement d'accord avec certains propos de Sylven.

Dans le temps de Dussault, les Carabins étaient souvent les meneurs au pays pour les punitions. L'an dernier, les Carabins ont fini 3e dans la conférence Québec à ce niveau. Une bonne amélioration sur la discipline, même si les punitions font encore ragé à l'accasion...

L'incident au centre du terrain du Peps n'était surement pas commandé par Dussault, mais ça résulte de l'attitude générale de l'équipe. Il me semble que les Carabins respectent plus leurs adversaires maintenant que par le passé.

J'ai aussi toujours eu de la misère à croire que Dussault ait quitté volontairement, sans recevoir de pression de plus haut. Il aimait trop son emploi pour ça.

Ce ne sont que mes impressions.

@Sylven
Est-ce que Mathieu Proulx était souvent blessé avec le R&O?

Sylven a dit…

Probablement que Dussault n'a pas encouragé directement les gestes disgracieux des joueurs des Carabins (et il y en a eu à plus d'une reprise à cette époque), mais chose certaine, il ne les a pas sanctionnés. Et ses déclarations fracassantes dans les journaux ont peut-être même galvanisé ses troupes dans leur attitude indisciplinée.

Oui, je sais l'histoire officielle dit qu'il a démissionné mais pourquoi aurait-il remis sa démission alors qu'il n'avait rien d'autre devant lui ? Ne serait-ce pas plutôt la direction de l'Université de Montréal qui commençait à trouver que les frasques de l'équipe ne faisaient pas une belle image à l'institution ?

Il est en effet fort possible que Dussault ait du succès avec les Spartiates s'il a corrigé ce problème de contrôle de la discipline, d'abord parce que le football collégial est beaucoup moins médiatisé que le football universitaire et parce qu'il est un bon technicien, comme j'ai mentionné précédemment.

Enfin, les joueurs de Rouge & Or se font aussi traiter de tous les noms quand ils vont jouer à Montréal et ailleurs (dont le fameux "overrated" à Halifax et Saskatoon !). Cette situation déplaisante fait malheureusement partie de la réalité du sport. Mais jamais en 15 ans ils n'ont réagi de façon déplacée. Glen Constantin ne tolèrerait d'ailleurs aucun débordement et il montre toujours du respect envers ses opposants. Le même respect qu'il exige de ses joueurs envers l'adversaire et le public.

Als4ever, il me semble que Mathieu Proulx a eu quelques blessures quand il était avec le Rouge & Or. J'ai le souvenir qu'il manquait toujours 2-3 matchs par saison, jamais rien de grave mais des petits bobos ici et là.

Pat a dit…

Sylven,

Il est vrai que là où les fans de football sont les plus motivés il y en a un certain nombre qui manquent de classe. St-Mary`s, Sask, Bish et Laval en sont de très bons examples. En fait, le manque de classe le plus flagrant que j'ai vécu était à une game Bish-Laval en 2000 (partie des séries où Laval avait gagné par un field goal). J'ai vu des fans du Rouge et Or asperger des étudiantes (dans l'assitance) et des joueurs de Bish de bière. D'autres ont volés et vandalisés des pancartes et des mascottes de Bish. Le pire est que la sécurité ne faisait rien et riait. Ça avait vraiment beaucoup de classe...

Tout ça pour dire que les fans de Laval en mettent un peu (beaucoup) sur le compte de Dussault et des Carabins. Ils devraient se regarder dans le miroir de temps à autre. Ils se rendraient compte que leur organisation n'a pas plus ou moins de classe que les autres.

Sylven a dit…

Pat, il serait temps que tu reviennes faire un tour au PEPS si ta plus récente visite date d'il y a presque 10 ans... Il y a heureusement longtemps qu'on ne voit plus ce genre de manque de classe des spectateurs qui avait effectivement cours dans les 5 premières années du programme. Le football était alors davantage une excuse pour faire le party qu'autre chose. Aujourd'hui ces gens se feraient sortir sur la tête par la sécurité en un rien de temps !!

Sauf qu'il y a une différence entre des étudiants saoûls de 21 ans qui n'agissent qu'en leur nom, même si déjà ce n'est pas élégant, et un entraineur-chef à jeûn de 46 ans (?) qui agit au nom de toute une équipe, voire d'une université au complet, et dont les déclarations et/ou les frasques de ses joueurs apparaitront en gros titres dans les journaux du lendemain matin.

Je l'ai dit, les Carabins ont changé depuis l'époque de Dussault, et j'en suis bien heureux autant pour la propreté du spectacle qu'on voit sur le terrain que pour l'image que projette la LFUQ. Je ne considère toutefois pas que l'organisation a encore ateint la même classe que celle du Rouge & Or, qui est reconnue à la grandeur du pays par tous ceux qui connaissent le football universitaire.

Pat a dit…

Sylven,

Il est vrai que je ne suis pas retourné au PEPS depuis cette époque. J'ose espérer que la sécurité (qui représente l'organisation non?) est plus efficace et fait sa job correctement.

PS: Je connais très bien le football universitaire, le vrai (celui qui n'est pas encore privatisé et où les professioneles sont inexistants dans l'alignement!).

Jacques L. a dit…

Sylven, dois-je comprendre que ceux qui ne partagent pas ton opinion sur la grande classe du Rouge et Or ne sont pas de vrai connaisseur de football?

Fais attention, à te mettre continuellement les pieds dans la bouche (ou sur ton clavier) tu va finir par te casser les dents (ou le clavier).

Pas plus tard que l'an dernier, à Laval, des partisans du Rouge et Or ont déchiré une pancarte que des partisans des Carabins avaient amené et cherchait visiblement le bagarre.

Enlève tes lunettes roses Sylven, des soûlons, des bâveux, des bums on en retrouve dans tous les stades.

Et des partisans chaleureux et agréables, ceux-là, sont en très grande majorité dans tous les stades.

Sylven a dit…

Pat, tu me sembles un autre jaloux du succès du programme de football de l'Université Laval qui pense que Tanguay pompe des millions dans le Rouge & Or chaque année par pure mégalomanie...

Un peu d'éducation ici (encore) : Le fameux "modèle Laval" n'est rien de plus qu'une corporation sans but lucratif mise sur pied en 1995, oui par de méchants hommes d'affaires capitalistes, pour démarrer le programme de football sans qu'il en coûte cher à l'université. Crois-le ou non, ils étaient assez idiots pour ne pas être très chauds à l'idée dans le temps... Ils sont aussi ceux qui ont ouvert le chemin aux deux autres programmes de football universitaire francophones.

C'est cette corporation sans but lucratif qui administre et promeut le club. Depuis, avec les succès de foule qu'il connait, il est plus qu'auto-suffisant car il génère des revenus qui sont redistribués dans les autres sports du Rouge & Or.

Il s'adonne aussi que l'Université Laval est installée dans la plus grosse ville canadienne qui n'a pas d'équipe sportive des ligues majeures (LCF ou LNH), ce qui donne des assistances records étant donné le bassin de population important (environ 750 000 personnes) et le bon marketing fait par l'organisation.

Quoi, devrait-on limiter les assistances permises pour pénaliser Laval ?!? Une autre solution serait peut-être de déménager l'université en région, style en Gaspésie ou sur la Côte-Nord... ;)

Donc, si je comprends bien, Western Ontario qui a rapatrié Dashawn Thomas et McGill qui a rapatrié Andrew Hamilton des pros, ce n'est pas du "vrai" football universitaire non plus ? Désolé, mais il existe des règlements de SIC et Laval les respecte tous. Si ces règles ne sont pas appropriées, je n'ai rien contre le fait qu'elles soient changées. En attendant, toutes les équipes sont sur le même pied d'égalité et peuvent elles aussi faire appel à ces joueurs et compte sur moi, elles le feraient toutes si elles en avaient l'occasion !!

Maintenant, en ce qui concerne Daniel Schober, puisque c'est visiblement à lui que tu refères, il ne sera probablement même pas partant cette année, donc je doute qu'il fasse un gros changement dans le classement final du Rouge & Or. De toute façon, un joueur sur 80, on s'entend-tu que ça reste très marginal comme impact ?

Jacques, depuis quand les partisans font-ils partie d'une organisation sportive ?!? D'ailleurs, je ne sais pas trop où tu prends mes propos mais je n'ai jamais comparé les partisans entre eux... Quand je parle de la classe de l'organisation du Rouge & Or, je parle de celle de ses entraineurs, de ses joueurs et de sa direction, que tous reconnaissent dans le monde du football universitaire canadien. Et si vous ne la reconnaissez pas aussi, c'est ce que vous êtes vraiment aveuglés par votre partisanerie. Moi j'ai au moins l'honnêteté intellectuelle de reconnaitre que celle des Carabins s'est beaucoup améliorée depuis quelques années.

Jacques L. a dit…

Je m'excuse Sylven d'être aveuglé par ma partisanerie et je m'excuse pour Pat ce jaloux du succès de l'organisation la plus respectable du sport universitaire.

Je m'excuse aussi d'avoir mis en doute tes propos tout à fait non partisan sur Jacques Dussault.

Il est évident que tu es mieux informé que nous sur ce qui se passe dans l'organisation des Carabins, même si j'ai discuté du départ de Dussault avec un des assistant-instructeur de l'époque (un bonhomme que je connais depuis 40 ans)et une des personnes du située très près du haut de la hìérarchie du Cepsum.

Je m'excuse encore une fois, d'autant plus que la partisanerie, tu ne connais pas.

Pat a dit…

Sylven,

Merci de faire mon éducation sur le football universitaire.

Il est vrai que je ne suivais pas le football universitaire avant l'entrée en scène du Rouge et Or, que mon alma mater n'a pas supporté une équipe pendant plus de 100 ans (souvent avec succès) et n'a pas 'produit' l'un des piliers du renouveau du football au Quebec (Larry Smith). Il est aussi vrai que mes craintes de voir le football universitaire se professionaliser ne sont fondées sur rien.

Merci de m'éduquer sur le fonctionnement d'un organisme à but non-lucratif. Je ne connaissais rien de tout ça! Merci de me rappeler que la RMR de Québec compte 750 000 habitants, soit la même population que Hamilton et Winnipeg et 550 000 de plus que Régina (toutes des villes représentées dans la CFL). Merci aussi de me rappeler l' enthousiasme des gens de Québec pour le sport, un enthousiasme si grand qu'ils sont capables de supporter une équipe de football semi-professionelle - euh... je veux dire... universitaire de haut calibre reconnue à travers le pays... - mais pas une équipe de la CFL.

Écoute, pour être franc, j'ai beau être sarcastique dans mes propos, je n'ai jamais su sur quel pied danser en ce qui concerne l'organisation du R&O. D'un côté je me réjoui de ses succès et par ricochet du succès de la conférence face au reste du pays. Je me réjoui aussi du fait que l'université Laval et ses étudiants n'ont pas à verser un sous pour supporter l'équipe, à moins que ceux-ci assistent aux rencontres. Toutefois, mes dents grincent à chaque fois que je vois des joueurs 'recrues' de 22 ans évoluer avec le club (me semble qu'ils sont là pour les études...). Je n'aime surtout vraiment pas que les médias interview le 'propriétaire du R&O' (RDS - la semaine dernière) et non le directeur des sports de l'UL.

Tu vois où je veux en venir???

Je comprends bien que plusieurs autres clubs font des entourloupettes pour améliorer leur club. Mais c'est justement ça qui m'inquiète, que le nivellement par le haut au niveau football ne finisse pas un nivellement par le bas au niveau académique (que ce soit l'an prochain ou dans 20 ans).

Mais pour en revenir à Dussault et l'organisation des Carabins. ils ont ni plus ni moins de classe que leurs équivalents de Québec. Les fans du R&O qui ont de la classe le reconnaissent. Et toi Sylven, tu te classerais dans quelle catégorie?

PS: Ce serait bien de voir une équipe québécoise égaliser Western sur le trône du football universitaire canadien. Bonne chance donc (et c'est sincère)!

Sans rancune ;)

PPS: mes prédictions pour la fin de semaine:

Laval par 3 touchés
Montréal par 4 touchés
Bishop's par 2 touchés ou moins (en tout cas, je veux y croire)