dimanche 5 juillet 2009

Réflexions sur la finale du JCW


Le tout premier jeu des Canadiens, une course au sol se terminant par une perte devant des américains asségiant aggressivement la ligne. Au deuxième jeu, Jérémie Doyon-Rock lance une passe interceptée par nul autre que Storm Klein lui-même. À la ligne de 15, le QB américain lance une passe de touché dans le fond des buts à son premier jeu... 6-0, les amerloques. Ce qui laisse présager un long après-midi pour les jeunes canadiens...

Par la suite, les troupiers de "Constantine" (tel que prononcé par le commentateur), surtout la défensive, tiennent le fort raisonnablement faisant en sorte que le pointage se termine 18-3 à la demie. Ce qui compte tenu de la réputation et du jeu des américains, était très bien. Au 3e quart, 2 plaqués manqués coup-sur-coup de Thomas Girard, des Élans de FX-Garneau se conclurent par des touchés des red-white & blue, enlevant l'intérêt à la partie. Le compte final 41-3.

Le demi américain, David Wilson de Virginia Tech, a été particulièrement impressionnant du côté américain, étant pratiquement inarrêtable. Il a été d'ailleurs nommé le MVP du Championnat. Retenez ce nom, car à moins d'une blessure, on le reverra surement dans la NFL.

Pour le résumé de la partie, très USA (en anglais). Celui de Rue Frontenac est plus "Canadien". Pour tenter de comprendre l'atmosphère à Canton, où ils étaient plus de 15 000 spectateurs le dimanche du jour de l'Indépendance Américaine. De vrais mordus de football ces Cantonnais Ohiotes...

Ce qui nous intéresse plus particulièrement, les joueurs:

Nos deux quarts de 17 ans manquaient visiblement d'expérience et de "métier" pour être dans un tel match, Brandon Bridge a fait un peu mieux que Jérémie Doyon-Rock, mais sommes toutes, ça semblait être des bantams contre des midgets. On se demande encore comment se fait-il qu'il n'y ait pas de quarts de 18-19 ans meilleurs qu'eux au Canada.

Nos demis à l'attaque: Ils essayaient et tentaient du mieux qu'ils le pouvaient d'avancer, mais autant Bourassa que Boutin avaient beaucoup de difficulté à avancer. Steven Lumbala de St-Francis HS, semblait plus à son aise et à fait les meilleurs gains, bien que modestes, du côté canadien.

Bien qu'infructueux plus souvent qu'autrement, on a aimé le jeu du receveur des Cheetahs de Vanier, Julian Bailey. Nous n'avons pas entendu prononcer le nom de Félix Faubert-Lussier une seule fois (il faut dire qu'effectivement le commentateur massacrait horriblement tout ce qui ne "sonnait" pas américain.) Information additionnelle, bien que son nom figurait dans l'alignement, Félix s'étant blessé lors du camp d'évaluation d'Équipe Canada junior, il n'a donc pas été retenu dans l'équipe. Ce qui explique que nous n'avons pas entendu son nom!.

En défensive, là où les canadiens nous ont le plus impressionnés, notons les performances de Mehdi Abdesmad, 6' 6", 240 du Vieux qui semblait parfaitement dans son élément. Les rumeurs veulent qu'il soit sous la loupe de plusieurs collèges américains. Ce serait surprenant de le voir évoluer dans la LFUQ. Le joueur de Cumberland Ron Omara n'avait pas de difficultés à suivre le rythme, il a d'ailleurs obtenu un sac. Nous avons aussi été fortement impressionné par le DB Jean-Phillippe Bolduc de Lennoxville qui a fait quelques plaqués en "open field" contre des adveraires qui semblaient très habiles.

Le secondeur Byron Perez-Archambault a affirmé, en parlant pour l'équipe canadienne entière, qu'ils n'avaient jamais vu une telle équipe. Il a lui aussi, fait belle impression également avec 8 plaqués et 2 sacs.

De façon globale, les américains étaient, plus fort et leurs joueurs plus gros et aussi rapides... mais ce qui nous a impressionné le plus, ce sont les "lower body" des amerloques, particulièrement des RB, et LB... Ceux-ci avaient véritablement des jambons en lieu et place de cuisses, faisant en sorte que pour les arrêter, il fallait se mettre à 2 ou a 3 ou alors réussir un plaqué parfait pour les arrêter. Du côté canadien, et leurs petites cuisses standard, les américains stoppaient facilement le jeu au sol canadien, où l'on voyait les RB s'appuyer en vain sur leur vitesse pour tenter de les contourner.

N'empêche qu'il semble que les jeunes aient vécu une expérience mémorable dans le berceau du football américain, et une deuxième place est tout de même notable.

Il est à noter que l'équipe d'instructeurs américain était constituée uniquement de coach de "high school", tandis que la nôtre était d'entraineurs universitaires, menés par par Glen Constantin du R & O. Aux États-Unis, les recruteurs ne pouvaient même pas assister aux matches, les mois de juin & juillet étant considérés comme "hors dépistage"....

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Il est essentiel de voir une équipe plus "canadienne" pour les prochaines éditions de ce tournoi. Présentement, l'équipe est composé à grande majorité de Québécois. Tant mieux pour ces jeunes, ça leur donne une nouvelle expérience et de la visibilité pour les collèges américains.

Cependant,une vraie équipe "all-canadian" serait plus compétitive que ce que l'on a vu aujourd'hui. Un des derniers billets de ce site mentionnait la provenance des joueurs canadiens qui sont dans la CFL. On voyait qu'il y avait beaucoups de joueurs qui provenait de l'Ontario et de l'Ouest ce qui prouve qu'il y a beaucoups de talent à l'extérieur du Québec. Ces joueurs amélioraient aisément le calibre de l'équipe canadienne junior.

Dans les dernières éditions, l'équipe "All-American" était composé de joueurs locaux et non nationaux. Cela permettait à une équipe qu'on pourrait surnommer "all-québec" de compétionner avec les américains. Mais avec des joueurs américains provenant des quatre coins des USA (en plus que presque que chaque joueur américain était déjà commit à une équipe de division 1A), cela devient pratiquement impossible pour une équipe "all-québec" d'être compétitif.

Il avait été déjà mentionné qu'il y avait des problèmes de financement pour amener au camps d'évaluation tous les joueurs intéressants provenant des quatre coins du Canada. Il faudra régler ce problème pour la prochaine édition puisqu'une équipe "all-canadian" est la seule façon de rivaliser avec une équipe "all-american". Sinon, on risque de voir la répétition du scénario d'aujourd'hui année après année.

JC

Anonyme a dit…

Il y a plusieurs freins à la composition d'une véritable équipe canadienne.

Les joueurs de l'équipe canadienne ont eu a déboursé 1500$ pour en faire partie, sans compter les frais pour participer au camp de sélection de leur région. À ces frais, il faut ajouter les pertes financières liées aux trois semaines où l'on doit s'absenter de son emploi d'été.

De plus, l'équipe étant sous la houlette de Football Canada, les joueurs en évoluant en Colombie-Britannique ne peuvent participer à l'événement, cette province ne faisant pas partie de l'organisme canadien.

Et pour en rajouter, en Ontario, le majorité des joueurs font parties de ligues de football d'été, en plus des ligues de high schools à l'automne, et ne sont donc pas disponibles pour ce tournoi.

Donc, plusieurs obstacles se lèvent sur la voie d'une participation pancanadienne à cette équipe.

Jacques L.

Anonyme a dit…

Les cas de l'Ontario et de la Colombie-Britannique doivent être réglés, ça n'a pas de bon sens. Jamais une telle situation ne serait acceptée au hockey. Il faut que la Colombie-Britannique intègre l'association nationale et que l'Ontario libère ses joueurs pendant le championnat international. Un meilleur financement doit aussi être mis en place pour pas que les joueurs aient à piger dans leurs poches. Tout cela est probablement plus facile à dire qu'à faire, mais ça reste une évidence si on ne veut pas se faire massacrer chaque été contre les États-Unis.

Petite question : pourquoi ce championnat, s'il est vraiment international, se joue toujours aux États-Unis ? Une édition sur nos terrains avec nos règlements pourrait peut-être modérer les excès de chauvinisme des Américains (qui disaient suite à leur victoire que le football est leur sport, que le reste du monde continue à jouer au rugby et qu'ils sont une génération en avance sur le reste du monde).

Bon d'accord, l'attaque du Canada a été anémique et la défense a fait ce qu'elle pu en étant constamment sur le terrain en 2e demi, mais la palme du plus mauvais choix de jeu du match revient selon moi au quart substitut Brandon Bridge. Alors que le Canada obtenait sa meilleure position du match (~40 en territoire américain) pour démarrer une séquence à l'attaque, celui-ci joue le jeu d'option et au lieu d'exploiter la petite brèche devant lui et gagner 3-4 verges par la course, il revient sur ses pas profondément dans le territoire canadien et se fait plaquer 18 verges derrière la ligne de mêlée !! Il a ainsi bousillé la meilleure chance du Canada de marquer un touché dans ce match, en se retrouvant avec 2 et 28 au lieu de 2 et 6. Bon Dieu, tu joues contre les Américains, laisse faire la finasserie et prends ce qu'ils te donnent !! Je n'en revenais pas.

Sylven

Anonyme a dit…

La Canada est le seul endroit au monde où on ne joue pas selon les règles du football américain.

L'anacronisme, c'est le Canada;à nous de s'ajuster.

En ce qui concerne le lieu de la compétition, il s'agit du premier championnat international sanctionné par la fédération internationale. Les précédents étaient organisés dans le cadre du Super Bowl et n'avait aucune reconnaissance internationale.

Et effectivement, maintenant qu'il s'agit d'un événement sanctionné par un organisme international, en toute logique, il devrait se déplacer d'une compétion à l'autre.

Jacques L.

Deux fans a dit…

@ JC Bonjour & bienvenue, d'ailleurs de très bons commentaires de tous. Définitivement d’accord avec une équipe vraiment Pancanadienne. Pour de tels matches internationaux junior, il nous aurait fallu au moins un QB « d’expérience » ( né en 1990 disons).

Pour l’argent, chaque joueur devait payer 1 500$ (admissible à des crédits d’impôt, au Qc du moins) , cela a nui au recrutement hors Québec, tel que mentionné par Jacques L. De plus, les dirigeants de football Canada ont eu toutes les difficultés du monde à boucler le financement. Le football n’étant pas un sport international (selon les critères de sport Canada), il ne pouvait pas avoir droit au financement, que le soccer aurait eu droit, par exemple. Les dirigeants de football Canada ont 18 mois pour dénouer cette impasse politique. Mais si on commandite du Curling junior, on ne voit pas trop comment on ferait une exception pour un sport dont nous sommes les quasi-inventeurs! Et quant aux joueurs de BC, la meilleure façon de convaincre les dirigeants de BC d’adhérer à Football Canada c’est de faire en sorte que l’incentive pour les jeunes de jouer à un tel tournoi valent la peine pour eux de se battre de l’intérieur.

Le tournoi est appelé à revenir tous les 2 ans, donc logiquement les joueurs n’auraient qu’une occasion dans leur carrière de faire l’équipe. L’expérience et l’accueil reçu à Canton devraient mousser en faveur du prestige pour les jeunes de vouloir vivre cette expérience. Si on pense au tournoi mondial de hockey junior pendant les Fêtes, pas un jeune ontarien ne manquerait cette occasion pour jouer un match de son équipe régulière… (pour contrer l’argument de Jacques L.)

@Sylven Pour ton commentaire sur Brandon Bridge, tu as tellement raison!!! Simplement pour vous situer, Brandon tentant d’échapper à la pression américaine, courait directement vers SA zone des buts… Pas latéralement là, mais verticalement!!! Lorsqu’on insiste sur la maturité des QB, c’est un peu ça qu’on avait en tête.

Pour ton commentaire sur le terrain… N’oublie pas que les vraies lettres d’appellations du tournoi (IFAF -le wiki ) parlent de « International Federation of American Football ». Donc, oublie le football canadien. Si le tournoi se tenait au Canada, il faudrait le jouer selon les règles du foot américain. On rejoint Jacques ici avec l’anachronisme du foot canadien…
On viens de voir que le prochain tournoi, prévu pour 2011, va être tenu en Autriche. (wow, bel endroit!)

En y repensant, quand on voyait le RB Boutin tenter de tourner le coin sur une course et qu’il ne parvenait pas à distancer son couvreur et ses grosses cuisses, possiblement qu’il aurait réussi sur un grand terrain canadien où l’on prône davantage la vitesse que la force…

Les Américains chauvins?? Ben voyons, ça ne leur ressemble tellement pas.. ;)

En passant, si vous laissez un commentaire, dites-nous donc si vous préférez la nouvelle page de commentaire ou si vous étiez attaché au popup de l’ancienne?

Deux fans a dit…

Nous avons mis à jour l'article: La raison pour laquelle vous n'avez pas entendu parler de Félix Faubert-Lussier? Il n'a pas fait l'équipe, s'étant blessé durant le camp, il a donc été retranché.

Il est présentement en Saskatchewan à la Canada Cup avec Team Québec U19. Vous pouvez suivre les résultats ici:


Une information de première main provenant d'un proche de Félix, qu'on salue en passant...

Anonyme a dit…

Oui, mais à ma connaissance, le Canada est le seul autre endroit au monde où il se joue du football professionnel et ce, depuis plus longtemps qu'aux États-Unis. Les autres pays ont peu d'historique de football et n'ont que tout bonnement copié les règles américaines. Et si la compétition vient ici un jour, ça me surprendrait qu'on rapetisse les terrains !!

En tout cas, j'ai été impressionné par la défensive américaine, intraitable entre autres contre la course (comme le Rouge & Or !). Du côté canadien, j'ai bien aimé la prestation des Dubuisson, Bolduc, Perez-Archambault et Abdesmad. Un peu moins celle de Girard qui a échappé deux receveurs pour des touchés...

Abdesmad va peut-être y penser deux fois avant d'aller jouer dans la NCAA quand il va constater que ses années au Vieux-Montréal sont comptabilisées et lui font donc perdre trois ans d'éligibilité. Sinon, ce serait un bon prospect pour les Carabins en vue d'éventuellement remplacer Jesse !!

Sylven

Anonyme a dit…

Abdesmad semble jouer comme ailier defensif maintenant

Anonyme a dit…

Maintenant = depuis hier car Abdesmad était secondeur au championnat mondial !! ;) A 6'6" et 240 lb, il a définitivement le physique de l'emploi pour jouer ailier défensif.

C'est sûr qu'un quart "d'éxpérience" aurait fait une différence contre une grosse machine défensive comme les Américains qui mettaient beaucoup de pression. A seulement 17 ans, Bridge et Doyon-Roch n'en avaient pas vu beaucoup d'autres !! Je ne dis pas que le Canada aurait gagné, mais ils auraient au moins pu marquer un touché dans le match...

En passant, le terme "american football" est pour se différencier du football que le reste de la planète connait, ce qu'on appelle le soccer en Amérique du Nord !! Pourquoi le prochain tournoi se joue-t-il en Autriche alors que ce pays ne fait même partie des huit équipes invitées ?!?

Sylven

Deux fans a dit…

Abdesman n'a fait qu'une année de Cegep (à notre connaissance), donc il aurait un an pour finir dans un collège américain. C'est après la troisième année que les américains n'investiront plus (bourse) dans un Cégépien, car il ne lui resterait plus que 3 années d'éligibilité dans la NCAA.

Sylven, comme les autres sports "Fédérés", les représentants proviennent des champions de chacune des 4 fédérations, avec un passe-droit pour l'équipe hôtesse, pour totaliser 8 équipes. Les 4 fédérations sont l'Amérique, l'Europe, l'Asie et l'Océanie. On ne sait pas s'il pourra y avoir 3 équipes d'Amérique (en incluant le Mexique) en 2011. Et les règles de l'IFAF sont conformes aux règles de football collégiales américaines.

Donc si le tournoi avait lieu au Canada, surement qu'il faudrait "re-tirer" des lignes...