dimanche 3 mai 2009

Autopsie du repêchage de la CFL du point de vue de la LFUQ


Voici donc un résumé du repêchage de la CFL tenu hier le 2 mai et de son impact sur les équipes de ligue de football universitaire du Québec.

Montréal (2)
DL Nickolas Morin-Soucy (23e, Als), DE Jonathan Pierre-Étienne (37e, Lions).
Pour Nickolas, la question à débattre maintenant est : Va t’il faire parti de l’équipe des Alouettes en 2009? et le cas échéant, reporteras t’il l’uniforme bleuté? (On se souvient que lorsque Bériault avait été recruté par les Als et avait quitté le camp d’entrainement après seulement 2 jours, il n’était jamais retourné sur un terrain même s’il lui restait une année d’éligibilité. ) Jim Popp aurait déjà manifesté son intention de voir Morin-Soucy se concentrer sur les unités spéciales à court terme.

Jonathan Pierre-Étienne avait clairement indiqué qu’il ne reviendrait pas avec les Bleus, peu importe le résultat au repêchage. Son choix au 37e rang est quelque peu surprenant, compte tenu que la plupart des mocks drafts le plaçait dans les 2 premières rondes. Ça sera maintenant à lui de prouver l’erreur d'évaluation que les équipes autres que les Lions ont commises.

«Ma performance au camp d'évaluation me laissait croire que je serais repêché plus tôt, mais je me retrouve dans une belle ville de football et avec une belle équipe», a mentionné Jonathan Pierre-Étienne, tout en félicitant tous les joueurs du Québec repêchés.

Laval (2) — DL Étienne Légaré (2e, Argos), RB Guillaume Allard-Cameus (33e, Tiger-Cats). Dénouement imprévu chez nos amis évoluant dans un stade sans éclairage nocture (sic), Légaré était attendu et bien documenté, mais Allard-Cameus est vraiment sorti de nulle part. Probablement le fait qu’un demi peut souvent être utile sur les unités spéciales, mais à ce qu’on sache, il n’a pas le gabarit pour être centre-arrière dans la CFL, alors peut-être qu’OBilovitch le voit comme role player sur les équipes spéciales?

Bishop's (2)RB Jamall Lee (3e, Lions), LB James Yurichuk (4e, Lions).
C’est un succès sans précédent chez les Gaiters. BC désirait voir le natif de Port Coquitlam(BC) évoluer à la maison et ils s’en sont assurés en procédant à un échange pour obtenir le 3e choix au repêchage. Devant la question « piège » que le journaliste de TSN a demandé à Wally Buono quant à savoir à quel poste Jamall évoluerait, il a laissé la porte ouverte à pratiquement tout…
James Yurichuk au 4e rang est une belle surprise, les meilleurs classements le plaçaient en 2e ronde. Il semble que sa hargne et sa toughness aient beaucoup plu aux DG de la CFL, en plus évidemment des qualités athlétiques exceptionnelles affichées à la combine.
De plus les 2 coéquipiers pourront poursuivre leurs rêves ensembles.

Sherbrooke (1)RB Benoit Boulanger (39e, Als).
Alain C. nous avait prévenus que Sherby ne devait pas être laissé de côté. Benoit Bélanger a donc défendu l’orgueil des Verts. On avait prévu l’appétit de la CFL pour les centre-arrières. Il devient à son tour le premier Vert & Or à être recruté par les Alouettes. Il a déclaré par la suite :
« C'était le meilleur scénario possible pour moi. Mais je suis conscient que je n'ai encore rien accompli et que c'est une invitation à faire mes preuves au camp d'entraînement.» Il a aussi mentionné que s'il se retrouvait avec les Alouettes, c'était probablement à la suite des recommandations de son entraîneur André Bolduc, un ancien Alouette.

Concordia (0?)
Techniquement, ils n’ont aucun joueur repêché, mais Ryan Mousseau (47e des Alouettes) est en fait un joueur qui a évolué pendant 3 ans avec les Piqueurs, il a transféré pour les deux derniers matches de la saison régulière des Gee Gees.

À noter aussi le choix de Martin Bédard de UConn (TE) de Laval (la ville) au 14e rang par les Alouettes, qui a déclaré : «Être repêché par les Alouettes pour un gars du Québec, c'est un rêve qui se réalise, encore sous le choc. »

Les Alouettes comprennent bien l’importance des joueurs locaux dans leur alignement, ne serais-ce qu’au niveau marketing. Une autre équipe montréalaise préfère mettre l’emphase marketing, non pas sur les joueurs locaux REPÊCHÉS, mais sur ses anciens joueurs locaux RETRAITÉS.

Les surprises sont quasi plus intéressantes que les choix proprement dits :
Chez les Carabins, le retrait de Mathieu Brossard du repêchage, changeait la donne. Il était possible que Stéphane Turner ou Martin Gagné voit leur nom apparaître, mais c’eut été étonnant. On serait surpris que Martin Gagné reçoive une offre inattendue. Son meilleur espoir sera probablement de connaître une année 2009 à la hauteur de son talent, et prouver que sa blessure est maintenant derrière lui pour se faire offrir un contrat (à la Erik Galas) à la fin de la saison. Les dépisteurs connaissent surement déjà son numéro...

Ainsi le Rouge & Or, équipe invaincue en 08, gagnant de la Coupe Vanier, et tenancière d’à peu près tout ce qui se fait de record en 2008 n’a pas vu Turgeon et Gagné recevoir suffisamment d’intérêt des dépisteurs. Le repêchage ne changera rien à aux plans de Constantin, et laissera l’équipe pratiquement intacte (compte tenu qu’il était acquis que Légaré quittait) et qu’Allard-Cameus n’aurait joué qu’un rôle secondaire avec eux en 2009. Nous lançons l’hypothèse : Généralement, est-ce que leur anglais limité nuit aux joueurs plus « moyen » du Rouge & Or de se faire repêcher?

Kyles Jones des Gaiters, malgré de très bonnes performances à la combine n’a pas suscité suffisamment d’intérêt lui non plus. Au moins les Gaiters conserveront un des meilleurs secondeurs au Canada pour compenser la sélection de ses 2 vedettes qui, sans nul doute quitteront Lennoxvile.

Les renards verdâtres verront Christian Jacques et Francis Daneau de retour pour une dernière saison dans la ville où même l’asphalte est verte.

Personne n'a, non plus, mentionné le nom d'Anthony Lucka de McGill. Ses performances moyennes à la combine ne lui auront pas permis de se distinguer. Et on n'imagine pas les recruteurs se taper les films d'horreur de McGill pour évaluer ses qualités.

Le mot de la fin revient à Jonathan Pierre-Étienne : « Et au fond, peu importe à quel rang on est repêché, c'est au camp d'entraînement qu'il faut faire sa place.»

P.S.: On a recyclé la photo de Dom Bernier du billet précédent, on la trouvait trop de circonstance...

18 commentaires:

Deux fans a dit…

Un truc vraiment particulier sur le dernier repêché des Als (47e), Ryan Mousseau (tiré d'un forum):

Ryan announced at the end of the 2008 season that he was quitting football. He wanted to concentrate on academics and get his degree sooner rather than later.

He did not work out with the team during the winter. He did not attend any combines. He was not invited to the CFL evaluation camp, or the east-west bowl.

He was not even thinking about being drafted.

Then he was drafted!
On imagine que Jim Popp n'avait pas vraiment discuté avec lui avant le repêchage... Que vas t'il faire maintenant?

Als4ever a dit…

Parler aux candidats avant le repêchage, ça n'a jamais été le point fort de Jim Popp: en 1996, il a repêché James Eggink. Le seul problème avec lui, c'est qu'il est décédé du cancer 5 mois avant le repêchage....

Deux fans a dit…

C'est une histoire tellement ehhhhh macabre et bizarre et un peu drôle(??) à la fois...

On ne peut s'empêcher de penser qu'après le repêchage il devait vanter aux médias les qualités de son drafté, comme il l'a fait avec ses choix d'hier... brrrrr

Anonyme a dit…

Le repêchage de la CFL nous a encore cette année réservé son lot de surprises. Les trois principales étant selon moi : Morin-Soucy sélectionné avant Pierre-Étienne, Turgeon ignoré quand Allard-Caméus est choisi et Jacques ignoré quand Boulanger est choisi. Visiblement, il y a des recruteurs qui voient des choses que je ne vois pas et la gourmandise de la CFL pour les FB et les joueurs d'unités spéciales est vraiment insatiable...

Je me permets de commenter davantage le cas d'Allard-Caméus que je connais mieux : malgré ses qualités indéniables de leadership et de discipline de travail, celui-ci s'est fait déclasser comme porteur de ballon #1 par deux recrues l'an dernier et son gabarit est à la limite du FB (6' - 215 lb). Je serais surpris qu'il fasse le club mais même s'il part, sa perte ne sera pas coûteuse pour le Rouge et Or.

Par contre, je suis bien égoïstement content que Gagné soit certain de revenir à Laval pour une 5e année comme centre. On manque déjà assez de profondeur comme ça sur la ligne offensive.

Concernant le commentaire de Deuxfans que les joueurs du Rouge et Or seraient désavantagés à cause de la qualité de leur anglais, c'est un peu exagéré quand on sait qu'il y a 27 de leurs protégés qui ont été repêchés par la CFL en 13 ans d'existence du programme de football...

Bon commentaire cependant concernant l'effort indiscutable des Alouettes de mettre des Québécois sur le terain, contrairement à une autre équipe montréalaise qui préfère mettre des Européens sur la glace... Le problème est qu'ils remplissent leur building même si la qualité du spectacle laisse parfois à désirer ("no matter what" comme disent les Anglos), mais ça c'est une autre histoire !

Je ne connaissais pas l'anecdote sur Eggink. C'est quasiment incroyable de la part d'une organisation de sport professionnel !

Sylven

Als4ever a dit…

Pour ce qui est de l'anglais, je crois aussi que ça peu avoir une certaine influence sur le repêchage.

Je me rappelle Philip Gauthier qui avait été repêché par les Alouettes en 2e ronde en 2005. Il a éprouvé beaucoup de difficulté à cause de la langue, ce qui a freiné son développement et son adaptation chez les pros. Les entraineurs des Alouettes ont finalement démissionné à son sujet.

Une maitrise de l'anglais aurait pu lui rapporté une bien plus belle carrière dans la LCF. Et tout ça s'est déroulé dans la plus "francophone-friendly" des organisations de la LCF.

À Calgary ou à Edmonton par exemple, on lui aurait donné son 4% pas mal plus vite.

Pour une équipe de la LCF, à talent égal ou presque, je crois qu'ils vont toujours préférer un joueur qui maitrise bien l'anglais VS un unilingue francophone.

C'est sur que les gros prospects de Laval vont toujours être repêchés. Mais pour les joueurs moins dominants, ça pourait leur coûter une sélection ou faire en sorte qu'ils soient repêché un peu plus loin.

Anonyme a dit…

Moi, je crois que la connaissance de la langue anglaise n'a aucun rapport car mettez vous dans la peau d'un directeur gérant...Et vous n'allez pas repêcher un joueur à cause qu'il ne s'exprime pas bien dans la langue anglaise. Voyons donc, tu perd un bon prospect, je n'y crois pas du tout. Regardez au hockey, certains Russes ne parlent pas du tout l'anglais et ils ne l'apprennent pas avant quelques années et ils sont repêchés sans problème. Ce serait irresponsable de la part d'un directeur général..

C'est simplement que pour une raison X, ils ne croyaient pas au talent de certains jeunes. Ne cherchons pas de bibittes:) car ce n'est pas un problème de langue, vraiment pas. Je serais prêt à mettre ma paye en jeux:)


Alain C.

Deux fans a dit…

Wow débat intéressant tout ça...

@ Sylven, on ne voulait vraiment pas diminuer la valeur du programme des bicolores dorés, au contraire... On disait qu'une équipe dont la dernière défaite dans un match (en saison régulière, qui ne comptait pas), remonte à 2004, et qui est sans conteste la meilleur équipe au Canada, n'a pas le même succès proportionnellement au repêchage. Si l'équipe réussit si bien, les joueurs doivent y être pour quelque chose, non? Comment se fait il qu'ils ont le même nombres de draftés cette année que les Carabins par exemple...

Concernant l'analogie avec le Canadiens, ce ne sont pas seulement les Européens que l'on reproche, mais aussi les Canadiens anglais et les américains (Mc Donaugh, Chipchura, Price etc, au lieu des Perron, Vermette et autres...)

@ Alain C. : Quel est ton avis sur le repêchage en général?

On ne sait pas ton âge Alain, mais je me souviens qu'avant que les Européens s'implantent solidement dans la LNH, on entendait toujours dire - à talent égal on va chercher un joueur du canada Anglais plutôt qu'un québecois, justement du à la barrière de la langue. Les Québecois qui passaient étaient ceux qui pouvaient faire les 2 premiers trios, les autres étaient souvent laissés pour compte.

L'arrivée des Européens a changé la donne cependant.

Au football, contrairement au hockey, il y a beaucoup moins d'improvisation et l'emphase est mise sur l'exécution, l'importance de la communication en est multipliée.

Toujours pas de nouvelles de Tony T. ?? on l'attends celui-là... lolll

Anonyme a dit…

Deuxfans, bonne question que tu soulèves si la langue n'est pas un enjeu. D'ailleurs, j'ai tendance à être d'accord avec Alain, un dg n'a pas vraiment le choix de repêcher le meilleur talent disponible. Ultimement, c'est sa job qui est en jeu s'il se gourre trop souvent !

Oui le football demande un peu plus de communication que le hockey mais on parle tout de même d'étudiants universitaires québécois qui baragouinent tous plus ou moins l'anglais et non de russes parfois sans éducation qui atterrissent en Amérique du Nord pour la première fois, si on reprend l'exemple d'Alain.

Pour revenir à la question, je crois que le succès du Rouge et Or est dû à un ensemble de facteurs, outre les bons joueurs qui composent l'équipe, qui ne se reflètent pas dans un repêchage : coaching, encadrement, système de jeu, moyens financiers et... Benoit Groulx. Comme vous le savez, un bon quart-arrière est la clé du succès au football et Benoit aurait beau battre tous les records canadiens, il ne serait jamais repêché dans la CFL. Pensons juste à Matt Connell et Josh Sacobie...

Et honnêtement, je vois jouer Turgeon depuis 4 ans et je crois que certains dg ont dormi au gaz. Il était vraiment dominant. C'est moins évident pour Gagné qui manque un peu de poids mais en forçant, on aurait pu avoir 4 joueurs de Laval repêchés cette année.

Sylven

Deux fans a dit…

On viens de trouver ceci concernant Mousseau. Ce qui est intéressant là-dedans c'est qu'à l'instar de Allard-Cameus vs Turgeon et Gagné, à Québec, il semble que du côté d'Ottawa, ils ont négligés deux joueurs d'impacts: Mike Cornell (classé 14e) ainsi que Maxime Bédard de Granby (voir autre article) pour sélectionner Mousseau, qui avait abandonné le football...

La morale de l'histoire pour tout joueur de football voulant passer professionnel?? Apprenez à Long Snapper, il semble que ce soit la clé vers la LCF!! (On ironise, mais pas tant que ça...)

Anonyme a dit…

La meilleure combinaison possible pour faire la CFL est sans doute Fullback ET Long Snapper !!!

Sylven

Deux fans a dit…

... tu ne saurais si bien dire, check celle-là: Les Alouettes ont signé hier (pas encore annoncé officiellement) comme agent libre Jeremy Marchand (6'3 , 250 lbs) de StFX, Fullback et devinez quoi??? Long Snapper!!!

P.S.: Si tu as le courriel de Samuel Fournier, dit lui donc de prendre les longs snaps...lolll

Anonyme a dit…

Elle est vraiment bonne celle-là !!!

Sylven

Anonyme a dit…

Ça confirme le fait qu'au football à trois essais, les unités spéciales sont très importantes.

Samedi, les commentateurs disaient que les Alouettes n'avaient pas de besoins particuliers, qu'ils feraient un repêchage pour ajouter de la profondeur à certaines positions.

On a donc mis l'accent sur les unités spéciales: des joueurs qui peuvent effectuer les longues remises et Morin-Soucy, l'un des meilleurs sur les unités spéciales.

Une petite précision sur Jeremy Marchand; en plus d'être le centre-arrière des X-Men, il occupait régulièrement le poste d'ailier rapproché (80 passes au cours de ses quatre saisons à St-FX). Martin Bédard est lui aussi un ailier rapproché.

J'ai comme l'impression, que face aux défensives rapides mais de plus en plus légères de la LCF, on va envoyer de gros bonhommes avec de bonnes mains qui vont bulldozer les petits secondeurs qui leur font face.

Jacques L.

Anonyme a dit…

C'est certain que les unités spéciales prennent plus d'importance au football canadien qu'américain.

Marchand fait un gros slotback à 250 lb. Pas sûr qu'il a la rapidité requise pour un receveur à ce poids. C'est une chose de bulldozer les secondeurs mais il faut aussi être capable de s'en sauver !

Petite question pour les fans du Vert et Or (donc Alain !) : avec l'arrivée possible du quart étoile Étienne Cliche (Victoriaville) et la fin de saison pénible que Shoiry a connue l'an passé, son poste de #1 est-il menacé ?

Sylven

Deux fans a dit…

Y'a un bon côté à tout ces joueurs d'unités spéciales, surtout ceux qui n'ont plus "d'option" (ne peuvent plus retourner dans leur équipe universitaire). À talent égal (expression ouache, on le sait) , Jim Popp va probablement garder Bédard ou Marchand ou les 2, plutôt que Morin-Soucy à qui il reste une année d'Université...

Anonyme a dit…

Finalement, je n'ai pas la berlue et les Tigercats de Hamilton se sont réveillés en faisant signer un contrat d'agent libre au garde Vincent Turgeon de Laval.

Sylven

Anonyme a dit…

Dans la continuité du repêchage: les Alouettes auraient mis sous contrat Doug Goldsby, un demi défensif de UBC.

Ce que je ne comprends pas, c'est que ce monsieur est sur la liste des participants au match de samedi!

Jacques L.

Deux fans a dit…

Méchante bonne job de Popp, ce Goldsby était le meilleur joueur à la défensive du côté de l'Ouest (au East-West Bowl), il était partout... De plus, il a même retourné un ou deux bottés.

Après sa performance d'hier, toutes les équipes de la CFL l'auraient signé!!!