jeudi 13 novembre 2014

Finale de Dusnmore - Et si c'était la bonne...


On arrive dans la ville à l'Accent d'Amérique avec une équipe qui en est à 8 victoires d'affilée (meilleure perfo depuis 2004), un quart qui a connu la meilleure saison de tous les pivots jamais habillés en Bleus et des leaders défensifs qui inspirent même ceux qui les dirigent...

On a twitté plusieurs articles tout au long de la semaine et sincèrement, ce n'est pas évident d'en ajouter, mais voici notre modeste contribution:

À l'attaque

Pour espérer gagner, l'attaque devrait produire 20 points pour les Carabins. À Laval, avec le froid, le vent et le bruit, ça ne sera pas facile, mais c'est ce que ça devrait prendre pour l'emporter.

Nous avons amplement les outils pour les faire ces 20 points, mais invariablement la pression s'applique sur notre quart #4 Gabriel Cousineau qui devra jongler avec la pression appliquée par V. Desloges, du mur de course impénétrable des Rouges habillés en noir, ainsi que de l'espèce de notion d’invulnérabilité enveloppant le PEPS - TYLENOL - ROLAIDS - IMMODIUM.

Il compte sur de très bons alliés pour l'assister, #8 M. Davidson, #3 R. Cibasu et leurs acolytes receveurs qui ont eu des mains sûres toute l'année. De plus, #1 Swissknife Erlington avec son explosivité tiendra la défensive adverse sur les talons et gagnera de précieuses verges.

En défensive

La défensive 2014 des Bleus n'est pas la plus dominante qu'on ait vue, mais c'est certainement une des plus résilientes. Elle a concédé un certain nombre de verges et de premiers jeux au fil des matches, mais au final, très peu de points. Ce sera essentiel qu'elle continue dans cette veine.

La clé sera de faire comme au dernier match, réussir à appliquer de la pression sans envoyer toute la cavalerie en blitz. En fait, comme toujours contre Laval, les faire penser et hésiter. La meilleure façon de déstabiliser un quart recrue, c'est de l'intercepter... Pour une fois au PEPS, il ne faudra pas rater ces ballons-là quand ils se présenteront.

Les Unités Spéciales

La bonne nouvelle, B. Bédé ne peut être meilleur que contre nous au premier match, alors à partir de là, on y gagne au change...

Il faudra prêter un œil à leur retourneur A. Dufour qui semble s'être amélioré toute l'année et est un digne successeur à G. Rioux.

De notre côté, #82 F. Ménard-Brière a botté 3 fois au Peps et il sait à quoi s'attendre. Notre botteur de précision #18 L-P Simoneau bottait au PEPS devant des foules de 1 500 personnes dans sa première années à FX Garneau. Espérons qu'on ne le placera pas dans une situation trop difficile, même s'il a déjà botté lors de rencontres internationales.

Les impondérables

Les revirements, les pénalités, comme toujours, mais un impondérable qu'on ajouterait dans une partie aussi serrée qu'on s'attend samedi est la stratégie des entraîneurs. Préférer accorder un touché de sûreté plutôt qu'un mauvais positionnement, choisir d'y aller pour un 3e essai avec moins d'une verge à faire plutôt que de botter, etc....

La performance de chacune des équipes dans la red zone pourrait faire bien être ce qui fait pencher la balance d'un côté ou d'un autre.

De la même façon, les Carabins devront aborder leurs 2 premières séries à l'attaque de manière prudente, question de ne pas faire comme Sherby la semaine dernière. Plus on est dans la partie longtemps, plus on a de chance de gagner....

Let's do this!