lundi 28 novembre 2011

Recrutement 2012 : Les besoins des Carabins

La saison 2011, année de transition marquant le début de l'ère Maciocia, a été surprenante pour les partisans des Carabins.

Compte tenu de la mutinerie, suivant le non-renouvellement du contrat de Marc Santerre, qui a sérieusement miné les efforts de recrutement, et du vide au centre de la ligne défensive créé par le départ des Gregory Alexandre, D. Kouamé et Y. Pierre ainsi que des blessures à Maxime Thibodeau-Lévesque, Alex Tapp et J-S Martel, la dernière saison aura été très satisfaisante pour les partisans des Carabins.

À la fin de la saison, les positions de ligne défensive, ligne offensive, receveur de passes et porteur de ballon (on a été obligé de transformer un receveur de passes, Mathieu Labelle en porteur lors des 2 dernières parties) étaient rendues littéralement au fond du sac. On présume que coach Maciocia fera tout en son possible pour ne plus revivre cette situation en 2012.

Parlant de la saison prochaine, l'équipe devrait profiter de l'insertion, durant la saison 2011, d'un nombre incroyable de recrues au sein de l'alignement, qui ont acquis une expérience inestimable en étant lancé dans la mêlée beaucoup plus rapidement que prévu.

Où se situent les Bleus au début de la période de recrutement ?

L’offensive

Les quarts : en 2011, Alexandre Nadeau-Piuze, qui s'est affirmé au poste de quart numéro un, a connu une bonne saison. Cependant, la prochaine campagne sera sa dernière avec les Carabins.

Aucun des autres quarts en place n'a eu la chance de démontrer ses talents en 2011. Donc, retour à la case départ. Un des défis du tandem Maciocia/Iadeluca sera d’identifier rapidement et de développer le dauphin à Nadeau-Piuze. Vive le match pré-saison !

Le recrutement de Gabriel Cousineau en 2011 et l'arrivée de Pierre-Luc Varhegyi, à notre avis le quart ayant le plus de potentiel sortant des rangs collégiaux cette année, nous permettent d'espérer. N’oublions pas le quart Nicolas Lafond qui en sera à sa 3e année d'admissibilité.

Les porteurs : En 2011, Rotrand Sené, deux joueurs qui en seront à leur 4e année en 2012, est la seule valeur sûre a avoir foulé le tapis du Cepsum.

Le jeu au sol, la force des Carabins depuis le retour de l'Université de Montréal au football, pourrait rapidement devenir son talon d'Achille.

Au fil des ans, Rotrand a subi plusieurs blessures et a besoin d’être ménagé, spécialement en début de saison. Nous ne croyons pas que Rotrand Sené pourra pas assumer seul le rôle de demi-offensif une autre saison. En partageant le travail, Sené serait probablement plus efficace. Il y a urgence à cette position.

Lueur d'espoir, contrairement à 2010, la cuvée collégiale de 2011 est plutôt intéressante, nous voyons au moins quatre ou cinq finissants du collégial, ayant le potentiel pour devenir des joueurs de premier plan au niveau universitaire. Le Cegep du Vieux-Montréal avec 3 excellents porteurs de ballon finissant devrait s’avérer une pépinière de premier plan à cet égard. Rappelons que le meilleur porteur dans la Div. 1, L-A Mota Guimont a déclaré vouloir évoluer à Laval comme premier choix (on sait ce que ça veut dire…).

Les receveurs : même si nous considérons que les Carabins ont un bon groupe de receveurs, la saison qui vient de se terminer nous a permis de découvrir les carences de celui-ci.

L'absence d'un marchand de vitesse et les mains pleines de pouces de certains ont coûté cher et amené un niveau de frustration très élevé chez les fans et sûrement chez les instructeurs des Carabins. Le recrutement d'Ali Ndao est un pas dans la bonne direction.

Donc sur le babillard des Carabins : recherchons receveurs de passes rapides, ayant de bonnes mains, capables d'évoluer rapidement au niveau universitaire. Et deux points bonis s’ils peuvent être grands et gros pour être rapidement efficace en blocage et en unités spéciales.

La ligne offensive : l'an passé nous écrivions : ''Le talon d’Achille des Carabins en 2010, décimée par les départs, et surtout par les blessures, la ligne offensive a tout de même accomplie un très bon boulot la saison dernière.'' Eh bien, on vous le ressert en changeant 2010 par 2011.

S'il décide de poursuivre pour une quatrième année, la saison à venir sera la dernière pour Alexis Rousseau-Saine, et l'avenir incertain de Simon Légaré, blessé au cou lors du match contre SMU, font que le recrutement de gros bonhommes, de gros bonhommes et de gros bonhommes, pour la saison 2012, devient une des clefs pour les Carabins. Il n’est pas non plus établi qu’A. Stropiano soit de retour.

À l'exception des deux sus mentionnés, seulement cinq joueurs ont acquis une bonne expérience sur la ligne offensive Guillaume Saliah, David Foucault, Alexis Stropiano, Olivier Quévillon et Alexandre Laganière ; du groupe, seul Saliah, quasi toujours blessé, et Quévillon étaient étiquetés partant, avant le début de la saison.

À cela s’ajoute une certaine malchance où plusieurs joueurs de ligne offensuve en développement ont choisis d’abandonner le football pour différentes raisons : Louis Sirois, Ced Tawill, Mathieu Cormier, Frédéric Boucher, laissant un trou béant dans la profondeur à cette position.

Le début de recrutement à cette position est cependant très encourageant. Avec le passage de C. Vaillancourt possiblement NCAA, pouvoir recruter un des joueurs de ligne de FX Garneau qui viendrait rejoindre son ex-coéquipier A. Laganière pourrait être la clé à court terme. Notons qu'à cette position également, le recrutement des prometteurs R. Sharoun, R. Giguère et particulièrement de Marc Glaude enlèvent un peu de pression.


La défensive

La ligne défensive : cette position représente la force des Carabins depuis des années. Au poste d'ailier, on peut parler d'abondance ; cependant, le départ de « l’ancre » Garlins Duclervil laisse un trou béant au centre de celle-ci.

Dans l'alignement actuel, seul Maxime Thibodeau-Lévesque, sur la touche toute la saison en raison d’une blessure au labrum, possède le gabarit naturel pour occuper cette position. La relève devra provenir de l'extérieur. Malheureusement, les plaqueurs défensifs naturels sont une denrée rare parmi les finissants du collégial cette année. On croit que Denis Touchette devra démontrer, encore en 2012, tous ses talents de stratège.

Le départ probable de J. Pierre-Étienne ainsi que la retraite probable de J-S Martel laissent ouvert beaucoup de temps de jeu à cette position qui avait été marquée par les blessures. Plusieurs bons joueurs actuels peuvent combler ces postes, mais il faut continuer à bâtir pour la profondeur.

La secondaire : le recrutement de 2011 a été particulièrement faste à cette position ; l'arrivée du trio By-Ray Archambault-Perez, W. St-Laurent et J. Passarelli a comblé les besoins à court terme des Carabins.

À long terme, la situation est différente, puisque quatre secondeurs, J. Beaulieu-Richard, N. Guimond, Will Fontaine et O. Fréchette-Lemire, qui jouent un rôle important dans l'alignement, des Carabins en seront à leur dernière saison. Sans compter qu’on sait que certains de ces joueurs peuvent être repêchés LCF ou choisir d’abandonner le football après 4 saisons.

Donc, encore cette année, le recrutement à cette position est important pour s'assurer que l'avenir au poste de secondeur ne repose pas uniquement sur les épaules du trio de 2011. Sans compter que des secondeurs en développement font d’excellents joueurs d’unités spéciales.

La tertiaire : avec la ligne offensive, la tertiaire est l'élément le plus dégarni chez les Carabins.

En 2011, suite à la blessure de Wendy Désir, qui fait partie lui aussi,, du lot de « souvent blessés, lors du premier match, la tertiaire des Carabins est devenue un incubateur ; les vertes recrues A. Coady, A. Chabot, D. Buissereth, J. Rwiyamilira et M. Dubuisson ont été lancés dans la mêlée avec l'appui des deuxièmes années A. Pruneau, J-M Lemieux et K. Bordas, les deux derniers se seront aussi absentés pour un total de sept matchs.

On se pose aussi la question à savoir si coach Touchette est à l’aise avec les recrues D. Buissereth et J. Rwiyamilira au poste de demi de coin. Ces deux joueurs ont connu des hauts et des bas pendant l’année. L’autre recrue à cette position, A. Chabot, a semblé avoir l’épaule fragile suite au premier affrontement à Québec.

À court terme, l'expérience acquise par ces joueurs pourrait constituer une force de l'équipe; mais, à long terme, on ne peut espérer avoir du succès avec huit ou neuf demis défensifs.

Les unités spéciales

On reconnaît tous l'importance des unités spéciales au football canadien. La saison 2011 marquait la fin de carrière pour l'excellent botteur Pierre-Paul Gélinas.

La relève, au poste de botteur, sera assurée par l'énigmatique Zachary Medeiros. On ne peut mettre en doute la puissance de Medeiros sur les bottés d'envoi, cependant en 2011, il n'a rien prouvé lors de ses tentatives de placements (0-4). De surcroit une autre question s’additionne : peut-il effectuer les bottés de dégagement?

Les Bleus se doivent avoir une police d'assurance à cette position , mais peu de candidats se profilent à l'horizon.

Dans les autres facettes : la couverture lors des bottés et la qualité des retours, on a vu une nette amélioration en 2011, particulièrement attribuables à la performance de la recrue M. Davidson, particulièrement lors des 3 premiers matches.

Cependant, il manque au moins deux retourneurs, dont un qui pourrait constituer une menace pour changer l'allure d'un match en quelques secondes.

En résumé : Les besoins urgents se font sentir à quatre positions : en offensive, la ligne et les porteurs de ballon, et en défensive, la tertiaire et les plaqueurs…. et si quelqu’un connait un botteur de dégagement ?

À un moindre degré des secondeurs et des joueurs de ligne défensive.

Quant aux autres positions, la carrière universitaire étant d'une durée limitée, on doit au moins recruter des joueurs ayant un bon potentiel que l'on développera et qui pourront prendre la relève dans quelques années.


Épilogue

Cette année, on constate que l’équipe collégiale qui serait le plus en mesure de remplir les besoins à court terme des occupants du CEPSUM est les Élans de FX Garneau.

Avec la popularité du football dans la région de Québec et avec le nombre grandissant de prospects prometteurs issus de plus en plus de cette région, les Carabins devraient peut-être, à l’instar du Rouge et Or avec Brad Collinson, s’adjoindre les services d’un recruteur à temps partiel affecté spécifiquement à recruter dans cet hostile territoire.

Ce texte a été préparé à 6 mains, où Jacques L. en a produit l'essentiel, et que nous avons complété par quelques commentaires choisis... On remercie chaudement ce coup de main de la part de Jacques L., lui qui en est à sa 3e édition de sa très appréciée analyse des besoins des Carabins.