vendredi 11 novembre 2011

Finale de Dunsmore - Long hair don't care

Jasette sur le gazon - photo Dom Bernier
Alors nous voilà dans la partie finale du goulot de l’entonnoir Québécois, la finale de la Dunsmore opposant les arch-rivals Carabins et Rouge & Or...

La semaine dernière, la veille du match contre les Renards, on avait fait une belle analyse expliquant que la clé pour les Carabins résidait dans le fait de débuter le match très fort et que nos receveurs se devaient de ne pas échapper de ballons pour permettre aux nôtres de connaître du succès... Ouan... On a fait le contraire, et on a gagné!

Alors, on va y aller plus à l'émotion cette semaine...

Les similarités

Malgré ce qu’on peut en penser, ces 2 équipes se ressemblent énormément. Des défensives très solides, et des attaques qui ont besoin de s’appuyer sur le jeu au sol pour pouvoir prendre un certain envol. Mais, pour la première fois depuis belle lurette, des équipes qui ont une répartition des jeux air-sol similaires.

La défensive de la ville en amour de son maire est possiblement plus solide de celle qui hait le sien, mais cette dernière est une machine à causer des revirements.

L’ennemi

Suite aux différentes analyses faites par les obeservateurs et même par coach Maciocia depuis quelques jours, tous reconnaissent un avantage indéniable au Rouge & Or qui affichera samedi son alignement “parfait” (sans blessé) avec une profondeur intéressante à tous les postes. Des joueurs partants majoritairement de 4e et 5e année, ayant tous 2 ou 3 bagues de la Coupe Vanier à leurs doigts.

Cette équipe, dans le moule habituel du Rouge & Or, n’a aucune faiblesse apparente. Cette équipe qui a pu compenser la perte de son botteur étoile par un autre sorti d’on ne sait d’où, qui a été choisi le joueur de la semaine (US) SIC la dernière semaine.

Une défensive tellement chiche, particulièrement à domicile, que chaque touché de l’équipe adverse crée une onde de choc à travers la ville entière est ressentie jusqu’en Beauce où certains loustics ont affirmé que cela affectait la qualité du sirop d'érable...

Et que dire de l’impressionnante série de 50(!?!) victoires consécutives à domicile...

Des confrontations classiques

Peu importe le résultat, ça va être une occasion pour les amateurs de revoir des affrontements classiques que nous ne reverrons plus:

Les ennemis depuis leurs beaux jours dans le AA, #50 J. Beaulieu-Richard vs S. Lévesque.

#57 Doc Rousseau-Saine vs A. Gascon-Nadon.

J. Feoli-Gudino vs #24 A. Pruneau

Les 2 FX Garneau (que eux nous allons revoir) #7 D. Ménard vs Karl Lavoie

Et #89 J. Pierre-Étienne vs la O-Line rouge au complet, avec une attention spéciale envers P. Lavertu...

Sans compter des joueurs comme F. Plessius qui, comme il l’a affirmé hier, va vouloir prouver qu’il est le meilleur secondeur sur le terrain...

Ce qui reste? La performance des quarts-arrières et des deux meilleurs porteurs de ballon de la LFUQ depuis les 3 dernières années qui s’affronteront une dernière fois pour établir le roi de la LFUQ au sol... Leurs performances qui dépendront directement des lignes offensives et des stratégies des coordonnateurs à l'attaque.


La botte secrète - Long Hair Don’t Care

Coach Maciocia a dit à La Presse hier : «Je ne sais pas si c'est de la maturité ou de l'inconscience, mais c'est assez bizarre de voir une telle confiance dans une équipe si jeune.»

Le" long hair don’t care" fait allusion aux joueurs des Carabins qui n’hésitent pas à jouer avec les cheveux qui dépassent de leurs casques (quitte à se les faire tirer pendant le jeu), mais d’abord et avant tout à une attitude qui caractérise l’équipe entière depuis le début de l’année.

Plus ils se font tirer des roches, enfarger par des obstacles présentés par le CCES, la RSEQ, endurer Misteur Berry, plus ils semblent s’en sacrer... Se réfugiant dans la confiance aux plans de matches de leurs entraineurs et de l’entraide entre coéquipiers, ils ont confiance qu’ils peuvent pratiquement renverser n’importe quelle situation, particulièrement avec les revirements sur demande qu’ils peuvent causer. Long Hair Don’t Care.

Ce dont on s'attend?

Du jeu extrêmement serré, une bataille de positionnement continuelle, et une partie qui se terminera à bas pointage... où au final les botteurs feront la différence... Rappelons que la fameuse victoire des Carabins de 2004 à Labeaumeland s'était conclue au pointage de 14-13...