mardi 1 octobre 2013

Match #5 - Ramassis de Notes | l'offensive? Quelle offensive?

Une image vaut mille mots - Celle de Domskibum
Encore un peu déconfiturés par la triste démonstration de dimanche, voici donc notre "Ramassis de Notes" :

- Toutes les équipes ont un petit jeu automatique de synchronisme qui leur donne un gain (ou un premier jeu) certain et qu'elles pratiquent religieusement. L'an dernier, c'était la passe à J-C Morin-Phaneuf qui faisait un tracé crochet et qui donnait 10-12 v.

Cette année, c'est la passe de 30v. tout près des lignes de côté aux pieds du receveur, qui elle donne un gain de 3 verges... lorsqu'elle fonctionne.

 - Samedi on regardait J. Heather évoluer et sa façon de faire un play action / read option en mettant le ballon DANS les bras de Matt Burke était tout simplement poétique. Quant à nous, les quarts tendent vaguement le ballon à 2 pieds du porteur de ballon. Évidemment, ça ne ralentit nullement le front adverse, ça ne fait que ralentir le déroulement du jeu.

- Difficile non plus de ne pas comparer #4 G. Cousineau avec Jay Roch placé comme on l'est face au terrain. Sur un jeu en particulier, on a vu la tête à Jay Roch scanner le terrain jusqu'à trouver son 5e receveur et tenter de lui envoyer le ballon en peut-être 2-3 secondes.Du côté de Gabriel, à quelques reprises, on a vu des joueurs complètement libres battre des bras pour attirer son attention. Sur un des derniers jeux du match, avec une défensive Sherbrookoise prevent, on l'a vu trouver #6 A. Ndao seul sur le bord de la ligne pour un gain facile d'une quinzaine de verges. La seule fois du match où il a balayé le terrain entier.

- On ne sait trop ce qui s'est passé avec la protection, mais nous avons eu des problèmes majeurs à ce niveau pendant tout le match. Peut-être étais-ce le remplacement de #18 A. Dupuis par une recrue #89 M. Gervais, mais les Verts se rendaient beaucoup trop fréquemment dans le champ arrière.

- Parlant de protection, la blessure à #55 S. Légaré ne semblait pas avoir trop ébranlé la ligne offensive, mais il semble que celle à #67 D. Foucault était de trop. La ligne est incapable de générer un momentum quelconque pour la course.


- Pour vous prouver comment ça s'est mal passé offensivement, en 2e demie notre 1er premier jeu a été réussi alors qu'il restait moins de 5 minutes à faire AU MATCH!!!

- Possiblement qu'une des raisons est l'excellent travail de préparation du CD J-V Posy-Audette, qui variait habilement les blitz et les couvertures, laissant constamment l'offensive sur les talons. À plusieurs reprises, on était à 2e et long et c'est évident qu'on ne savait pas quoi faire dans ces occasions. Il nous semblait qu'il savait à l'avance le jeu que les Bleus allaient exécuter.


Coach Maciocia a fait quelques remarques laconiques après la partie, mais celle-ci au représentant de la convergence nous a surpris:
 «Nous n’avons pas joué comme nous en sommes capables. Et notre défensive n’en a pas suffisamment fait, puisque nous avons perdu»

C'est un peu comme si un père avait deux fils, l'un médecin de famille et l'autre B. S. cocaïnomane. Il choisit de critiquer le premier en lui reprochant de ne pas avoir fait sa spécialité en médecine.

Photo: Domskibum
- Parlant de médecin, bien content de voir le retour du nôtre, #57 A. Rousseau-Saine, plus mince que jamais. Il
est apparu sur le terrain à la fin du 2e quart et n'en est jamais ressorti. Comme un sage a déjà dit : "On n'a jamais trop de gros bonhommes".

Et oubliez les histoires que c'est coach Maciocia qui a été le chercher, c'est Alexis qui est revenu. On lui a demandé une entrevue après le match, mais il ne se sentait pas d'attaque à parler aux médias. Disons que ses 2 dernières rencontres ont impliqué des renards et se sont conclues avec le même résultat amer.


- Notons que la défensive des Carabins est celle qui a accordé le moins de points de la LFUQ, et qu'une partie importante des points accordés l'ont été à la suite d'erreurs directes de l'attaque ou de revirements de l'attaque / US profondément dans leur zone.

- Pas un mot à dire sur la défensive qui a spécialement cogné très fort tout au cours de la rencontre. On aurait aimé un peu plus de sacs et/ou de blitz pour mélanger Jay Roch, mais bon...

- En cherchant la bébitte, on pourrait reprocher à la défensive d'avoir laissé passer pendant 3 quarts la course au sol entre le garde et le bloqueur du porteur de ballon Renardois. On a dû faire des ajustements parce qu'on bloquait complètement ce jeu au 4e quart.

- Avant d'aller subir nos électrochocs afin d'oublier ce match, on s'est souvenu que les Verts n'avaient même pas de botteur...

P.S.:  Kudo au partisan du Renard qui a passé toute la partie avec son chapeau de poil à oreilles vert sur le crâne, sous une température de plus de 20 degrés Celsius et un soleil de plomb.