jeudi 11 octobre 2012

Match #7 | Tout sera dans le départ

Le chiffre magique

Nous y sommes, le match tant attendu au CEPSUM. Cependant dans l'esprit du partisan moyen, on ne croyait pas que nous aurions un tel mur à franchir. 20 points à combler face au Rouge & Or n'est pas un exploit qui a été accompli souvent par le passé... Cependant, les Carabins l'ont fait, au CEPSUM en 2009.

Pourquoi le 20 points et pas la victoire? Parce que la victoire en deçà de 19 points serait l'équivalente d'une victoire morale... Mais rien de plus.
On se souvient qu'en 2009 et 2011 nous avions vaincu les bicolores dorés au CEPSUM pour ensuite s'écrouler en finale du Dunsmore au PEPS de Qc city. Et à voir la performance des Carabins dimanche dernier, nous n'avons pas réellement confiance que les Carabins puissent briser la séquence de victoire consécutive à domicile des parfaits troupiers du général Constantin. De là l'importance de disputer la Dunsmore à domicile.

Météo
Tel qu'on l'avait souligné dans notre billet précédent, la météo sera un élément clé pour nous permettre de mettre le ballon dans les airs et faire avancer les chaines. Heureusement, la température s'annonce fraîche ( 9 degrés), ciel variable, mais sans pluie et des vents de 20 km/h. Rien pour nuire à notre Roux, il faudra seulement enfiler nos combines afin de pouvoir l'encourager pendant 4 quarts.

Les joueurs clés
Du côté des portes-couleur de la cité de Champlain, le joueur qui est un poison possédé quand il affronte les Carabins est le DL #45 A. Gascon-Nadon. Il est censé être blessé, ou du moins pas en grande forme, mais il a dominé tous les joueurs pendant qu'il était sur le terrain dimanche dernier.
En contrepartie, du côté des Carabins, tel qu'on l'a vu dimanche, la o-line devient définitivement l'unité clé qui devra restreindre AGN et en même temps pouvoir donner un peu d'espace à #8 Rotrand Sené en bloquant efficacement leurs opposants et #3 F. Plesius au 2e niveau.

C-A Sinotte démontre de façon non équivoque les problèmes éprouvés par la ligne offensive dans sa démonstration vidéo de la semaine. On voit même un jeu à 36 secondes où seulement 3 d-lines Noirs parviennent à sacquer notre quart qui lui compte 6 joueurs en protection(!?!)... Ne laissez pas vos enfants regarder ça sans supervision, c'est dur pour le coeur des partisans Bleus. Quand les instructeurs des deux équipes disent qu'il faut être physique sur les lignes, référez-vous à ces images pour en comprendre le sens.
On trouvait que #7 D. Ménard et #40 J-S Blanc était souvent dans le kodak lors du dernier match, mais on n'a pas vu #52 M. Girard aussi souvent que dans plusieurs matches plus tôt cette année. Sa présence au centre de la ligne défensive se doit d'être dominante.

Les blessés
À l'exception de A. Boucher du R & O, qui s'est vraisemblablement fracturé la clavicule, il semble qu'on aura pas mal droit aux mêmes joueurs que la semaine dernière. On espère, avec peu d'espoir, que #55 S. Légaré se joigne à la ligne offensive.

D'un autre côté, on a vu plusieurs joueurs des bicolores dorés sortir du jeu avec différentes blessures mineures, notamment #11 G. Rioux, #63 P. Lavertu, J-A Bernier et l'incontournable #45 A. Gascon-Nadon. Ce qui nous laisse prétendre que plusieurs de nos opposants ne sont pas au sommet de leur forme.
 
Le départ
On jaserait hors-saison avec coach Maciocia et ce spécialiste de l'offensive ne paniquerait surement pas devant la possibilité d'inscrire une trentaine de points (il est certain que le R & O va marquer une dizaine de points) en 60 minutes de jeu. Donc, malgré l'handicap, le sablier rempli de sable lui donne le temps de courir ou de passer selon ses préférences du moment. L'important c'est qu'il grignote l'avance pour ne pas avoir plus d'un touché de différentiel à la demie afin de garder son unité offensive bidimensionnelle, surtout en ayant le meilleur RB de la conférence sous la main.

Lorsqu'on parle de départ, il faut être également pratique et comprendre que si le R & O est le premier à s'inscrire au pointage avec un touché, tout espoir de combler le différentiel deviendrait futile. Le match ne serait plus qu'un faire-valoir destiné à se bâtir une confiance dans le cadre d'une Dunsmore disputée sous l'oeil du Napoleonesque maire de Québec city.

Plus les Carabins peuvent contraindre le différentiel rapidement, plus la foule va s'enthousiasmer et risquer de provoquer des erreurs chez les visiteurs ainsi stressés et d'entrainer un éboulement d'erreurs, tel qu'on l'avait connu en 2009.

L'impondérable
Pour terminer avec un tel différentiel, le Carabins auront besoin de revirements, de gros jeux et peut-être un peu de chance, un botté bloqué, un long snapper qui en envoie une trop haute ou trop basse à son botteur. Une échappée d'un retourneur... un genre d'erreur qui coûte 7 points. Évidemment tout ça sans en concéder soi-même...

Une grosse commande attend les Gris et Bleus qui étrenneront leurs nouveaux uniformes. Seront-ils capables de relever le défi et regagner leur honneur qui a été sérieusement écorché dimanche dernier?

Ailleurs dans la ligue
Très intéressant samedi après-midi où les matches thématiques se poursuivent.

La Coupe du maire à Sherby, où on commence à parler d'une rivalité plus sérieuse d'année en année. Les Vert & Gris reviennent crinqués d'un blowout à Loyola, où ils ont réussi leur premier touché au sol de la saison et Jay "The Messiah" Roch a distribué ses ballons comme un père Noël le 25 décembre. On s'attend à une très belle foule dans la ville qui a vu son directeur sportif quitter pour l’ennemi en pleine saison. En résumé, depuis les 3 dernières semaines, les troupiers de coach Lessard ont disputé un match serré à Montréal, se sont fait blowouté à domicile (Laval) et ont lavés les ConUnistes la semaine dernière.

Les Mauves de leur côté affichent leur irrégularité coutumière, s'étant incliné devant McGill la semaine précédente. Si J. Heather a du temps pour décocher ses passes, on pourrait avoir un match serré, sinon avantage Université de Sherbrooke.

Dans le cadre du homecoming à McGill, dans la cadre de la 44e Shaughnessy Cup contre une équipe ConUniste avec un moral gazeux et un alignement fuyard, on croit bien que les Original Red qui ont inscrit 34 points en attaque la semaine dernière vont s'imposer devant leurs confrères étudiants. Les plus beaux signes étant la tenue de leur pivot J. Collin qui montrait des signes du prodige de 2009 ainsi que de L-A Guimont-Mota qui a affiché des courses de plus de 4v. Rappelons que McGill n'a pas vaincu son homologue anglophone montréalais depuis la Dunsmore de 2002!!!