dimanche 21 juin 2009

Les QB Universitaires Canadiens, oubliez ça?


En plus de bloguer, les Deux Fans commentent à l’occasion les blogues qui les intéressent. Ainsi 6 Verges et les Buts, Bebehabs (avec son blogue nouveau et amélioré) et quelques blogues anglo-canadiens doivent conjuguer avec nos commentaires éclairés(?) sur différents sujets.

Notre « vrai » journaliste favori, non-hockeyeur addict, Charles-André Marchand tiens une chronique (nous refusons à nommer ça un blogue) et son dernier sujet portait sur le fait que les quarts canadiens n’étaient pas assez bons pour jouer dans le CFL. Il blâme le fait, non pas sur les capacités, mais un niveau de compétition inférieur, qui les pénalise une fois rendu au niveau supérieur. Alors, voici sa chronique et la réponse des Deux Fans :

"Chaque année le débat refait surface et pourtant la réponse est tellement simple. Il n'y a pas de place pour les quarts arrière canadiens dans la LCF (encore moins dans la NFL) parce qu'ils n'ont pas le même niveau de formation que leurs rivaux américains. Ce n'est pas une question de talent, de connaissances ou d'intelligence...mais une question de formation. Je vais vous donner un exemple : Claude Mégo Lemay, l'excellent chef d'orchestre de Céline Dion est un musicien, auteur-compositeur hors pair. C'est un de nos meilleurs. Cela dit, sans rien vouloir lui enlever, il ne pourrait pas pour autant aspirer à imiter Kent Nagano et diriger la prestigieuse Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin et aller chercher la quasi-perfection de ces musiciens dans l'interprétation d'une symphonie aussi complexe que la #6 d'Anton Bruckner. À l'inverse, il ne fait pas de doute dans mon esprit que Nagano pourrait remplacer Lemay et obtenir des musiciens de Céline un excellent "Je je je d-d-d-danse dans ma tête". Est-ce assez clair?"

Et là un commentateur « Serge » en rajoute : "pour la situation des quarts je suis totalement d'accord avec vous. Je suis le football Canadien depuis quarante ans et j'ai vu les Luc Tousignant et Gerry D'Attilio à l'oeuvre et même si ce dernier a une carrière intéressante il ne ferait pas le poids aujourd'hui. Les universités américaines sont des usines à joueurs et ont un bassin énorme de jeunes. Nous avons de très bons athlètes à tous les postes parmi nos Canadiens et Québécois, mais la position de quart étant comme vous l'écrivez équivalente à un chef-d'orchestre, il n'est pas surprenant que les quarts américains leurs soient en tout point supérieurs surtout qu'ils sont formés avec comme premier objectif de jouer dans la NFL."

Gerry D’Attilio??? Come on, Sonny Wade , pourquoi pas Tracy Gravely et Jocelyne Bourassa??? Ça n’a aucun rapport avec le jeu moderne ça….

Et, suite à l’appui de "Serge", CA Marchand en rajoute encore :

"Mon cher Serge j'ajouterai que non seulement les universités américaines sont de véritables usines, pour emprunter votre expression, à créer des quarts arrières, mais le travail débute chez eux beaucoup plus tôt. Malgré tout le respect que je voue aux programmes de nos écoles secondaires, et j'inclus là-dedans mon alma-mater, le Collège Notre-Dame et ses Cactus, ça n'a rien à voir avec le calibre de jeu des High-School américains. Juste dans la région de Pittsburgh, il y a plus de programmes relevés de High-School que dans celle de Montréal où, outre mes chers Cactus, on peut dénombrer de brillants programmes de football scolaire comme ceux de Lower Canada College, Loyola, Jean-Eudes et autres. Et je viens de vous parler de la crème de la crème. J'invite les sceptiques à louer "Friday Night Lights". Les équipes de football de notre niveau "juvénile" secondaire attirent dans des milliers de villes américaines des foules plus imposantes que nos Alouettes. Leurs joueurs, de 16 ou 17 ans, subissent plus de pression dans leurs petits bleds qu'un joueur de la LNH n'en aura jamais à Phoenix. Le poste de quart-arrière est, selon moi, le plus exigeant de tous les sports professionnels. Un as-lanceur a cinq matches de congés entre chaque départ. Un gardien de but saute son tour plus souvent qu'autrement quand il y a deux matches consécutifs et la saison de hockey est dix fois plus longue qu'une saison de football. Plus sidérant encore j'ajouterai que la plupart des joueurs de football au niveau professionnel (NFL ou CFL) ont déjà été quart arrière à un moment ou un autre de leur vie (et on commencera l'exercice à l'âge de 6 ou 7 ans). Bref, elle est là la différence."

Et il conclut :
"Que puis-je dire de plus pour vous convaincre?"

Notons que les autres commentaires vont dans le même sens… Jusqu’à ce que les Deux Fans interviennent :

Bonjour ma bande de "colonisés"... On le dit avec le plus de respect possible...
Ce que les tenants d'un QB Canadien demandent généralement, c'est d'inclure les quarts dans le ratio de "non-import" - comme toutes les autres positions le sont d'ailleurs!
Ça n'enlève rien à la ligue, aux équipes, aux joueurs, mais peut-être ça pourrait favoriser l'émergence d'un troisième violon qui pourrait éventuellement progresser au point d'être un vrai QB dans la CFL.

30 ans sans vraiment de QB Canadien dans une ligue entièrement Canadienne et vous trouvez que ça fait du sens?

Mathieu Bertrand du R & O, 6'4", 240 livres, mobile, avec un bras qu’on n’avait jamais vu au Canada avait brulé le football universitaire. Il n'a jamais eu la chance de lancer un ballon dans la CFL... On l'a rapidement transformé en centre-arrière, comme tout bon Canadien de plus de 240 livres qui peut courir. Dommage qu’il eut été occupé à lire le livre de jeu, il aurait pu aussi être long snapper!

Toujours sur le même sujet, bien qu'étant nous-mêmes Montréalais, on aimerait vous parler un peu de la pression du QB des Rouge & Or. Imaginez que Mathieu à sa dernière année a débuté des matches devant 20 000 personnes (autant qu'aux Als), mais seulement 8 000 d'assises!! 12 000 debout pour un match de foot pendant 3 heures dans le frisquet automne québécois. Alors si vous croyez que le jeune n'avait pas de pression... Et dites-moi, croyez-vous possible de voir 12 000 personnes debout pour un match de foot à Montréal? Nous non.

Et suivant votre raisonnement de Friday Night Lights (on a bien aimé la série par ailleurs) pourquoi les Amerloques (de South Alabama) sont venus cette année chercher Myles Gibbon à Vanier? Il n'a pourtant pas connu vos vendredis soirs théâtraux d'Odessa, Texas...

Et pour Serge : les quarts des Universités Canadiennes EUX sont formés pour jouer dans la CFL (3 essais, terrain plus grand, etc...), donc mieux adaptés aux règles spécifiques du football canadien…

Et vous, qu’en pensez-vous?

20 commentaires:

Als4ever a dit…

J'ai déjà exprimé mon désaccord sur le fait d'exclure les quarts du ratio de joueurs Canadiens. Ceci a deux effets indésirables:
-Les clubs de la LCF n'ont pas d'avantage à essayer de former un quart Canadien.
-Ça décourage les jeunes quarts (universitaire ou niveau inférieur) qui demandent à changer de position afin d'avoir une chance de jouer dans la LCF (Liam Mahoney, Doug Goldsby,...)

Friday Night Lights était une excellente série et un excellent film, mais l'action se déroulait au Texas, endroit où le football des high school est le plus populaire dans tout le pays. Ce n'est pas partout pareil, et pourtant les quarts dans la NFL ne viennent pas tous du Texas...

Même chose pour l'université. Bien sur que joueur à Michigan devant plus de 100 000 spectateurs est très impressionnant... Mais des programmes de football dans les college américains, il y en a aussi de toutes les grandeurs et il y a plusieurs niveaux de compétitions.

Tyler Thigpen a surpris plusieurs personnes avec les Chiefs l'an passé dans la NFL. Pourtant, il a joué son foot universitaire à Coastal Carolina qui a un stade avec moins de place assises que le Peps! (Mais je crois qu'ils ont au moins des lumières eux ;-) Il a donc réussit sans coaching staff extraordinaire et sans beaucoup de pression.

Steve McNair a connu une grande carrière dans la NFL malgré qu'il ait joué à Alcorn Stade devant 22000 personnes.

Kurt Warner a gagné le Superbowl. Il a gradué de Northern Iowa qui possède un Stade de 16324 places...

Joe Flacco, premier choix des Ravens l'an passé: Delaware, Stade de 22000 places...

Matt Cassels a brillé avec les Pats l'an passé même s'il n'a jamais débuté une partie dans la NCAA! La pression, on repassera...

Des exemples comme ça, il y en a plein. Pas besoin nécessairement de jouer à Notre Dame ou Ohio State devant des milliers de spectateurs pour réussir. Pas besoin n'ont plus d'avoir les meilleurs entraineurs disponibles.

C'est vrai qu'un quart du CIS ne peut pas devenir partant dans la LCF du jour au lendemain. Il faut que l'équipe mette du temps pour le développer. Mais comme aucun incitatif ou récompense n'est donnés, personne ne prend le temps de le faire. Les camps d'entrainements sont courts, il n'y a que 2 parties présaisons. Dans le cas des Alouettes, ils avaient 5 jeunes quarts à évaluer pour tenter de trouver le successeur de Calvillo, en plus de préparer 2 vétérans pour la saison. Pas de temps à consacrer à un "projet" qui ne raporte pas grand chose au bout de la ligne...

Anonyme a dit…

Deuxfans et Als4ever, je ne peux qu'être d'accord avec vos arguments en faveur des quarts canadiens. Personnellement, je suis un peu tanné de ce discours facile des apparatchiks de la CFL (et j'inclus là-dedans les journalistes suiveux) du style "les Américains sont des surhommes et les Canadiens sont des unijambistes".

L'argument comme quoi la grosseur du stade universitaire fait les bons quarts est selon moi de la bouillie pour les chats, comme si c'était les foules devant lesquelles on joue qui font de nous un meilleur joueur...

Bien sûr qu'en moyenne les facilités, les entraineurs et le bassin de joueurs sont meilleurs aux États-Unis (des vrais arguments au moins), mais je ne peux pas croire que sur les 24 quarts de la CFL, il n'y ait pas ne serait-ce qu'un quart canadien qui serait de calibre. L'exemple de Mathieu Bertrand est bon et il y en a plein d'autres dans l'histoire de SIC qui n'ont pas vraiment eu leur chance au niveau professionnel (pensons récemment à Matt Connell, Teale Orban et Josh Sacobie).

D'autre part, vous qui êtes des gars de marketing, pensez seulement à l'impact qu'aurait un quart canadien (ou mieux québécois !) sur l'image publique d'une équipe comme les Alouettes. Tous les jeunes voudraient avoir son chandail !!

Mais oui, il faut investir dans la formation d'un quart qui est plus compliquée (sans rien leur enlever) que celle d'un joueur de ligne offensive et sans incitatif, la CFL y va au plus simple : prendre un quart américain sans appartenance au Canada et sans expérience en football canadien mais qui a joué dans une université américaine réputée. Ce qui nous ramène à l'inclusion des quarts dans le ratio des "non-importés"...

Sylven

Deux fans a dit…

Wow - merci pour vos commentaires de qualité, @Als4ever, bon maintenant quand on va écouter le foot de la NFL, on va avoir un parti pris pour les QB des "petites" universités, un autre critère... ;)

@Sylven, j'aime bien l'aspect marketing... on dit que le sport professionnel est de l'entertainment, alors pourquoi ne pas donner aux gens ce qu'ils désirent. Imagines-tu l'entrevue d'après match avec un QB Québecois? Les droits de TV grimperaient en flêche!

On ajouterait à ta liste Michael Faulds de Western qui nous a impressionné à la Boule Est-Ouest.

L'autre point que les commentateurs (on n'en reviens pas encore combien ils sont "suiveux") ne semblent pas saisir, c'est l'amélioration toujours constante du foot universitaire. De plus, avec les recrues Québecoises n'allant pratiquement plus en NCAA, ça augmente globalement tout le calibre de la LFUQ...

Les médias en général ne semblent pas saisir la montée en popularité du football au QC. Évidemment, ils sont tellement concentrés sur le hockey, et le gros joueur de centre du CH...

Finalement, Je viens de voir dans la chronique de CA qu'un "Robert" émets un commentaire qui va dans notre sens. Celui-ci mets le place le blâme du côté du personnel d'entraineurs... y'a de l'espoir... ;)

Lauren a dit…

I absolutely think that the import rule should be altered to require one Canadian QB. The current CFL rules give no incentive for CFL coaches to look outside their comfort zone of American colleges for talent and hamper the development of Canadian quarterbacks in several ways. With no pro future for Canadian QBs, Canadian athletes choose other positions. If there was a requirement for a Canadian QB, then there would be incentive for improving training and development of quarterbacks here and in the States. I don't think it's too much to ask for a single roster position for a Canadian QB who could learn alongside the other pro football players.

Nick T. a dit…

Excellent débat... Je réponds presto et sans trop me documenter mais j'ai un peu l'impression que la simplicité des playbooks de la CIS nuit aux QBs canadiens.

Il y a peu d'offensives complexes dans la CIS et c'est peut-être une des raisons qui poussent la CFL à ne pas donner une chance aux QBs canadiens.

La CFL devrait créer un "roster spot" supplémentaire pour faire une place à un QB local, histoire de le déveloper.

P-A a dit…

Autant j'aimerais voir un QB canadien (et encore mieux s'il est québecois) dans la CFL, autant je crains que le fait d'ouvrir un spot pour un QB canadien tel que mentionné soit plus ou moins intéressant. Je m'explique. Si on regarde les Alouettes, il a déjà 2 gars qui sont QB qui ne font que faire acte de présence aux pratiques et aux matchs (à part quand le matchs est déjà hors de porté et qu'il reste 2 min ou pour des faufillades du quart). On peut s'entendre que s'il y a un QB canadien, il ne sera pas #2 sur la depth chart, il va être #3 ou #4, alors qu'elles seraient ses chances réelles de jouer? Passer 1 an sur l'équipe de pratique ça va, mais qui voudrait y passer 3-4 ans sans jamais voir le terrain? C'ets une chose de forcer les équipes à avoir un QB canadien, mais je crois que vous êtes tous conscient que de les faires reconnaîtres que ces gars-là seraient capables de jouer est une toute autre étape. Tant et aussi longtemps qu'il n'y aura aucun avantage à faire jouer un canadien ou qu'il ne seront pas forcés de le faire, il ne le feront pas. C'est plate, mais c'est ça.

Malheureusement je n'ai pas de réelle solution à offrir.

Anonyme a dit…

Quelques commentaires :

Il reste encore un an d'éligibilité à Faulds chez les Mustangs donc, en théorie, son chien n'est pas encore mort dans la CFL. On verra bien ce que l'avenir lui réserve...

Non seulement le football québécois mais tout le football universitaire canadien s'améliore d'année en année. On a d'ailleurs vu un nombre record de joueurs provenant de SIC être choisis au dernier repêchage de la CFL, c'est pas pour rien. Par le fait même, le livre de jeux épaissit tranquillement.

Quel gros centre du CH ?!? Ah ils n'en ont pas mais c'est quand même de ça que RDS parle le plus en plein mois de juin !! ;)

Les entraineurs ont le dos large dans le sport professionnel, mais l'exemple doit venir d'en haut selon moi. C'est donc aux dirigeants de la ligue de changer le règlement, ensuite les dg vont repêcher plus de quarts canadiens, et ensuite les entraineurs vont pouvoir les développer pour qu'ils jouent dans la CFL !!

P-A, il y a deux solutions pour favoriser l'émergence de quarts canadiens et elles sont simples : soit on arrête de les exclure du ratio de 50% de non-importés, soit on oblige carrément un quart canadien par équipe comme le suggèrent Leuren et Nick. En passant, il n'y a que trois postes de QB par équipe, donc advenant une blessure au quart partant, le quart canadien substitut pourrait voir de l'action en 2e demi d'un match pas serré. C'est beau rêver... Et il y a déjà des joueurs universitaires qui attendent deux ou trois ans pour jouer, entre autres à Laval, donc je suis sûr que plein de quarts canadiens seraient à faire ce sacrifice avec un salaire en boni !!

Sylven

P.S. Your blog is getting national with Anglos now posting on it!! Good thing is he shares our opinion on Canadian QBs.

Deux fans a dit…

@Sylven, Faulds est exactement dans la même situation d'ancienneté que Groulx, cependant il a joué à une occasion de plus dans la Boule Est-Ouest.... Mais si tu crois que RDS jase de hockey en juin, syntonise à l'occasion Corus Sport(?)sur le web - là tu vas être impressionné!! À l'intérieur de 30 minutes, en n'importe quel temps, tu vas avoir droit au gros centre, au joueur symbole des francos, à un commentaire anti Koivu, et une remarque sur Carey Price (son poids, son âge, sa consommation ou autre...)

@Nickety, d'accord pour le playbook, mais imagines-tu, Matt Cassel n'a jamais pris un snap dans la NCAA... Je préfère l'expérience d'un Bertrand... (sans oser même imaginer que Bertrand pourrait rivaliser avec Cassell, mais juste pour démystifier l'argument de CA)

@Lauren Welcome sir, you know that when the CFL asked (during the winter) what could they do to improve the game? We (all the bloggers, commentators, media, forums users) should have made a blitz to remove the non-eligibility of non-import QB in the total of non-imports. (Funny looking sentence, we know :) )

J'aimerais que quelqu'un nous explique un truc: Qui dans un meeting de la CFL défend l'idée que les QB ne peuvent être inclus dans les Non-Imports???? Qui a intérêt à ca?
Existe t'il une association secrète des Quarts-Arrière Américain pas assez bon pour faire la NFL (qui serait évidemment affiliée aux Franc-Maçon et à l'Opus Dei) qui bloquerait toute tentative en ce sens???

Als4ever a dit…

@ P-A Oui c'est vrai que les quarts réservistes n'ont pas vu beaucoup d'action avec les Als dans l'ère Calvillo. Mais c'est loin d'être le cas à travers la ligue. L'an passé, 6 des 9 clubs ont deux au moins 2 QB qui ont tenté plus de 100 passes.

Saskatchewan et Hamilton ont chacun eu 4 quarts avec du temps de jeu appréciable. À Hamilton, on a même découvert un jeune quart (Quinton Porter) qui a littérallement torché les Alouettes à son deuxième départ.

Le but d'avoir un Canadien comme troisième quart, c'est de lui donner le temps d'apprendre le livre de jeu et de le rendre plus à l'aise avec le niveau professionel en lui donnant du temps de pratique et du temps de jeu en pré-saison. Après 2-3 ans, il pourrait être promu 2e quart s'il progresse, sinon libéré pour donner la chance à un autre.

Je sais très bien que la marche est haute entre le niveau Universitaire Canadien et la LCF, mais ce n'est pas mission impossible.

Anonyme a dit…

Deuxfans, c'était à ma connaissance la première fois cette année que la CFL prenait les suggestions du public pour changer des règlements et tout le monde a été un peu surpris de voir qu'ils en avaient retenues quatre. Je ne sais par contre pas si l'inclusion des QB dans le ratio des non-importés a été abondamment suggérée. Maintenant qu'on sait que cela a un certain impact, il faudrait définitivement se donner le mot et pousser en ce sens à la prochaine occasion !!

Ceux qui pronent le statu quo sont, à ce que j'en sais, les dirigeants de la ligue. Je ne crois pas qu'ils soient secrètement supportés par les francs maçons et l'Opus Dei (!) mais ils ont le gros bout du bâton !! L'argument qu'ils ressassent toujours est que, pour donner un bon spectacle, ça prend les meilleurs joueurs, et les quarts américains sont les meilleurs. Sauf que les demis défensifs américains, les receveurs américains, les gardes américains et les plaqueurs américains sont aussi les meilleurs, et pourtant on a décidé de fixer un ratio de Canadiens à ces positions.

Il faut croire que le beau slogan patriotique de la CFL ("it's our league") ne s'applique pas aux QB...

Sylven

Anonyme a dit…

La façon dont la ligue canadienne traite les cas des quart-arrières, les excluant dans le calcul des joueurs américains, fait en sorte que les équipes n'ont aucun intérêt à développer un joueur canadien à ce poste.

Si on modifiait les règlements pour inclure les quarts dans le calcul, on ferait un pas dans la bonne direction.

Ce qui m'agace encore plus que le cas des quarts, c'est le sort réservé aux porteurs de ballon canadiens.

Là aussi il semble que cette position soit réservée aux joueurs américains.

Depuis des lunes, seul Jesse Lumsden a eu l'opportunité de devenir le porteurs de ballon régulier d'une équipe de la LCF.

Qu'on pense à Éric Lapointe qui, après une carrière étincelante à Mount Allison et une première saison prometteuse à Hamilton, a été confiné au rôle de réserviste à Montréal, ne transportant le ballon qu'à 280 occasions en 6 saisons.

Durant cette période, des joueurs américains se sont succédés à cette position alors qu'un joueur, aussi bon que la plupart de ces derniers, était encensé par les entraîneurs pour son travail sur les unités spéciales.

Lors du dernier repêchage, j'ai été estomaqué d'entendre Wally dire qu'il voyait Jamall Lee au poste de demi inséré, un gros receveur de passe en sorte.

Suis-je amer face au sort réservé aux joueurs issus du circuit universitaire canadien?

Non, je ne suis pas amer, je suis en ..... et je m'intéresse de moins en moins à la Ligue AMÉRICANO-Canadienne de Football

Jacques L.

Anonyme a dit…

Bon point Jacques concernant les porteurs de ballon où la situation est encore plus enrageante que les quarts car eux sont inclus dans le ratio des joueurs non-importés. En fait, ça ramène tout le débat sur les joueurs dits d'habileté (skill players) canadiens dans la CFL, soit les quarts, les porteurs et les receveurs.

Effectivement, cette priorité presque systématique aux Américains pour ces trois positions fait probablement perdre beaucoup d'amateurs à la CFL car on s'attache bien moins à un joueur du Texas ou de l'Alabama qu'un petit gars de chez nous !! Mais la ligue ne semble pas s'en rendre compte et ne fait donc pas grand-chose pour rémédier à la situation.

Ça explique peut-être en partie l'engouement pour le football universitaire au Québec où le réflexe identitaire est probablement plus prononcé que chez les Canadiens anglais.

Sylven

Deux fans a dit…

Bon point Sylven, d'ailleurs les Als ont "relâchés" vendredi T.J. Hill, leur leader en défensive dans les plaqués en 08 (84), auteur de 4 sacs, une interception, 2 plaqués pour des pertes... sans jamais aucune autre explication par Trestman que: "C'était une décision difficile, mais nous avons du la prendre" ????? QUOI??? rien d'autre? l'$, la forme, son attitude, une blessure, rien???

Et évidemment on interroge les joueurs Québecois des Als sur la situation, ceux-ci marchant sur des oeufs dans leurs commentaires...

On préfère grandement s'identifier à des joueurs universitaires avec lesquels il est plus facile de s'identifier et à quelque part de "s'attacher"....

Als4ever a dit…

J'aurais bien aimé que Lapointe ait plus de chances d'être partant après le départ de Mike Pringle. Mais à chaque fois qu'il avait finalement une opportunité, il se blessait. Dommage pour lui.

Mon plus beau souvenir avec les Alouettes, c'est quand j'avais fait le voyage à Toronto en 2005 pour la finale de l'est. Robert Edwards s'est blessé au 2e quart, et ensuite Lapointe s'est chargé des Argos: 112 verges et 3 touchés pour amener les Alouettes à la Coupe Grey...

Deux fans a dit…

On a relu quelque chose sur Lapointe cette semaine... En plus des chiffres incroyables qu'il a accumulé, il a remporté 2 HEC Creighton. Même Jamall Lee, et Jesse Lumsden n'ont jamais accompli cet exploit...

Mais le sport, c'est comme la vie... pas toujours juste.

Sébastien Lévesque nous fait beaucoup penser à lui... (on aime pas réellement écrire ça :) )

Anonyme a dit…

Wow, c'est tout un compliment pour Lévesque. En espérant qu'il gagne aussi le Hec Creighton à deux reprises dans les prochaines années !! Chose qui ne s'est pas vue souvent dans l'histoire de SIC.

Sylven

Anonyme a dit…

Vous y allez un peu fort les deux fans (la trotte du Lac brome vous a laissé dans état d'euphorie).

Comparer Éric Lapointe et Sébastien Lévesque est un peu, beaucoup, très prématuré.

Recrue de l'année de la ligue Atlantique en 1995, trois fois étoiles pan-canadienne, Hec Creighton en 1996 et 1998, 1619 au sol en 1996 (record pour l'Atlantique), 4666 verges en quatre saisons.

En 2005, il a été désigné par les fans, meilleur joueur du football universitaire canadien de tous les temps.

Notre ami Sébastien a beaucoup de croûte à manger avant même d'approcher le niveau d'Éric Lapointe.

Jacques L.

Deux fans a dit…

Minute minute on a dit: "Sébastien Lévesque nous fait beaucoup penser à lui... (on aime pas réellement écrire ça :) )

D'ailleurs, S.L. n'a jamais caché son admiration pour Éric Lapointe (pas celui de "N'importe quoi" là..)

De là à dire qu'il va avoir une carrière comparable? Ce serait surprenant, mais à moins de blessures, il va avoir toute une carrière universitaire, malgré qu'il ne lui reste que 3 ans à gambader....

Mais 2 Hec Creighton avec 4 conférences et 37 équipes?? Je ne crois pas que l'on va revoir ça de notre vivant... Ça prends une année extraordinaire pour le premier - et une autre avec des stats tellement édifiantes que ça devienne un incontournable, et qu'aucun autre joueur des 3 autres conférences n'amasse des stats comparables. (Sans compter un espèce de principe naturel d'alternance quelconque qui risque d'affecter les votants...)

Avec un joueur représentant la ville avec encore un foutu spectacle incontournable en 09, dont l'attaque risque d'être autant aérienne que terrestre en 09, ça risque d'être difficile... (et on parle autant de Groulx que de S.L. là)

Anonyme a dit…

Soustraire 10 au nombre de Deuxfans pour parvenir au bon total d'équipes universitaire au Canada !! ;) A noter qu'il y a quand même Tommy Dennison, le quart de Queen's, qui a remporté deux Hec Crighton après Lapointe en 2002 et 2003. Certains diront qu'il venait d'Ontario... Et que dire de Chris Flynn, le quart de St. Mary's, qui en a remporté trois de suite en 1988, 1989 et 1990. Mais je suis d'accord que cela deviendra de plus en plus rare avec la rectitude politique (i.e. faire plaisir à tout le monde !) dont doit faire preuve SIC dans l'attribution des trophées.

S'il reste en santé, Lévesque aura assurément une bonne saison 2009, mais rien de comparable aux stats incroyables de Lapointe dans son temps vu qu'il devra sûrement partager le travail avec Béland, Sénécal et Allard-Caméus (?), et surtout avec l'attaque aérienne du Rouge & Or. Je lui prédis environ 800 verges de gain au sol, juste derrière Fils comme deuxième meilleur porteur de la conférence !!

Sylven

Deux fans a dit…

Ouan, disons qu'on aurait pu faire un peu plus de recherches avant de poster le commentaire... :(