mercredi 28 décembre 2011

Récapitulation de l'année 2011

Ça prenait des bas roses pour symboliser 2011 - Photo Dom Bernier
La 10e saison des Carabins étant terminé depuis plusieurs semaines et comme tout donne l'occasion à des rétrospectives, nous vous proposons la notre sur celle de notre équipe favorite.

Avec le recul, on n’en revient toujours pas de la saison que les Carabins nous ont offert.

Le recrutement semblait très prometteur, et le nouveau coach Maciocia avait rempli les positions problématiques de belle façon et on avait bien hâte de voir tout ces nouveaux venus à l’œuvre au camp d’entrainement.

La première nouvelle concernait les receveurs de passes. De la même façon que Marc-O Brouillette avait quitté, contre toute attente, l’année précédente pour échouer professionnel, deux des receveurs aguerris des Carabins, Y. Pierre et le meilleur receveur de l’année précédente, D. Kouamé poursuivraient leurs carrières dans la LCF. On apprenait au même moment que le redoutable receveur Frank Bruno allait faire une croix sur sa saison 2011, condamnant les Carabins à disputer une saison complète avec des receveurs qui se voyaient catapulter partant prématurément.

Les MIA
Et puis, vint le début du camp d’entrainement, où on dû constater que plusieurs des recrues convoitées et certains vétérans ne seraient pas au poste, et ce, pour des raisons académiques, d’emploi, de blessures ou simplement de « Missing in Action ».

Ainsi donc, les M. Lévesque-Thibodeau (LD), S. Rahal (LD), A. Tapp (LD) A. Ward (RV), B. Pereira (LO), L. Sirois (LO), G. Quiroga (PB) ne revêtiront jamais l’uniforme bleu de l'année. À l’intérieur des 2-3 premiers matches de l‘année, les W. Désir (DD) et S. Taché (LO), O. Renière (PB) et C. Martinez (PB) sont d'autres que l'on ne reverra plus. La seule bonne nouvelle, c’est l’arrivée inattendue du bleu chip Byron Archambault (SC) et de l’ex-Cougas M. Dubuisson (DD) qui s’avéreront clé pour la défensive.

Le meilleur quart de scrimmage de l’histoire des Bleus
Nous annoncions dans le temps des Fêtes 2010, l’arrivée du quart transféré des États-Unis, Yan Cyr avec les Carabins. Il fut sans nul doute le meilleur quart de pratique que nous avons vu habiller en bleu. Il aboutira même avec le titre de quart partant lors du premier match. Le temps prouvera que ce sera le seul titre qu’il atteindra. Il a démontré être excellent à effectuer des passes à son premier receveur, mais en cas de blitz ou de receveur couvert, il paniquait et tentait de s’en sortir en courant. Malheureusement, il ne possédait pas les habilités à la course pour échapper à la pression de la défensive adverse complétant son séjour avec les Carabins avec un total de 9 sacs, avec relativement pe4u de temps de jeu.

L’habituellement flegmatique, A. Nadeau-Piuze avait déclaré "ne pas avoir apprécié de débuter la saison des siens sur le banc..."

Donc, c’est à partir de cet alignement de beaucoup diminué en nombre et en qualité que coach Maciocia et ses assistants ont dû composer au cours de la saison… et ce évidemment, sans compter les blessures « normales » en cours de saison.

D’ailleurs en conférence de presse après la saison, coach Maciocia a avoué que plusieurs séances d’entrainement s’étaient déroulées sans pouvoir simuler les jeux, parce que trop de joueurs de lignes étaient manquants.

La ligne du centre
On dit souvent que les postes cruciaux au niveau stratégique sur un terrain sont postés sur la ligne du centre. Ainsi donc, les Carabins débutteront avec des recrues comme Demi de sureté (A. Coady), Secondeur au centre ( B. Archambault), un centre avec peu d’expérience (O. Quévillon ou O. Tessier) et A. Nadeau-Piuze (une chance), au poste de quart-arrière.

La saison proprement dite – à l’attaque
Nous nous attendions à une offensive imprévue, avec de la créativité et des schèmes inconnus dans la LFUQ… mais des problèmes au niveau de la protection, qui se sont amplifiés avec les blessures n’ont jamais pu permettre à l’offensive de s’établir, jusqu’au match #6 à l’Action de Grâce contre nos ennemis jurés, où la formation avec deux ailiers insérés sur la ligne allait permettre d’ouvrir de brèches pour Rotrand et de protéger suffisamment Alex Nadeau-Piuze.

Et que dire de la défensive
  Avec le 2/3 de l’alignement composé de recrues et de 2e années, c’est définitivement cette unité qui a constitué l’âme des Carabins 2011. Avec une insouciance et une confiance en soi ridicule, elle s’est avérée la deuxième meilleure unité de la LFUQ… et plusieurs des points accordés l’ont été en fin de match lorsque le match n’était plus à l’enjeu.

Historiquement, les formations défensives des Carabins étaient solides dans toutes les phases du jeu, mais elles évoluaient dans un souvent en symbiose avec l’émotivité et le momentum de l’attaque. Cette défensive-ci pouvant provoquer des revirements pratiquement sur demande, devenant un momentum builder instantanément. De plus, en aucun moment elle n'a semblé dominée par une attaque adverse.

Indiscutablement, les deux vedettes de cette défensive furent le secondeur J. Beaulieu-Richard et J. Pierre-Étienne qui connurent des saisons de rêves en établissant chacun des records d'équipe. Beaulieu-Richard, pour les plaqués (avec 68.5) et Pierre-Étienne pour les sacs (avec 10, même s'il n'a pas joué 3 matches) 

Les unités spéciales
Très bonnes en couverture à l‘exception d’un inexplicable retour d’I. Bamba, les placements ont été laborieux lorsque Z. Medeiros a tenu la barre au début de l’année, mais ce sont raisonnablement replacer sous le pied de PP Gélinas par la suite. Le même PP a relativement bien dégagé tout au long de l’année, sauf quelques brain farts qui vont couter cher à la fin de la saison.

Une mention spéciale à l'excellent N. Guimond, qui terminera l'année avec ses 4 bottés bloqués et le même nombre de ballons recouverts.

Les « scandales »
Impossible de survoler l’année sans passer par les incessants tremblements qui ont secoué les troupiers du nouvel entraineur-chef. De l’arrivée inattendue de B. Archambault, des suspensions dues à des drogues de performance de O. Renière et de l’autre toujours à être officialisé, mais sans nul doute,, l’histoire de la partie perdue par forfait au match #3 contre SMU explicable par la présence non sanctionnée de M. Dubuisson avec les Bleus en est le point culminant. pas nos voeux particuliers pour la nouvelle année un peu plus tard cette semaine...

Coach Maciocia avouera en conférence de presse que cette histoire, mais surtout sa durée (avec les 2 appels, ça a duré 5 semaines) avait nui à la concentration générale de son équipe.

Pour compléter le lot, le commissaire Tom Allen avisera J. Pierre-Étienne, le jeudi soir précédant le dernier match de la saison régulière contre Sherbrooke, qu'il sera suspendu pour l'important match qu'il était censé disputer le surlendemain. Jonathan avait commis un chop block illégal contre le quart de ConU Reid Quest le samedi précédent. Il sera le seul joueur de la LFUQ a jamais avoir été suspendu pour un chop block illégal.

Le dernier droit
On ne peut défier toute logique pendant une si longue période, et à la fin, les blessures d’une longue saison reprirent leur dues. En finale de Dunsmore, au PEPS, Alex Nadeau-Piuze avait l’épaule fracturée/séparée (c’est pour cela qu’il éprouvait tant de difficultés à saisir les ballons de son centre), le tout-étoile Rotrand Sené avait sensiblement la même blessure, et devait tout de même effectué ses portées n’ayant pas de substitut pour lui alléger la tâche. Le joueur de ligne A. Stropiano s’est brisé quelques côtes au début de la rencontre et il resta au poste tout le match. By-Ray faisait son petit move de haussement d’épaule après chaque jeu, W. St-Laurent qui jouait avec une mailloche pour protéger sa main fracturée… et ainsi de suite...

L’équipe était vraiment au bout du rouleau...

En conclusion 
Merci pour la belle saison inspirante que vous nous avez fait vivre et comptez sur nous pour applaudir ce même noyau qui nous reviendra en 2012… mais de grâce, débutez la saison avec un alignement de 75-80 joueurs!