samedi 1 novembre 2008

Décisive défaite des Carabins

Lors d’un après-midi venteux et froid à Québec, les Carabins de l’Université de Montréal se sont inclinés face au Rouge & Or de Québec par la marque de 32-7 devant une foule hostile de plus de 10 500 personnes. Malgré le pointage, ce fut une guerre de tranchées où aucune équipe ne cédait un pouce à l’autre.

Affrontant la défensive ayant alloué le moins de points au pays, les Carabins ont néanmoins réussi à marquer les premiers au tout début du second quart à la suite d’une course d’une verge de leur porteur de ballon Hantz Boursiquot. Le Rouge et Or s’est à son tour affiché au tableau grâce au touché accompli par une passe de Groulx à Maxime Béland.. Par la suite, sur un placement de Christopher Milo, ils prenaient l’avance 10-7 pour ne plus jamais la perdre. Cette séquence fut suivie d’une autre qui a culminé par un touché sur une course de 33 verges de Simon Lévesque

Les Carabins ont créé deux revirements au deuxième quart, mais le vent contraire, jumelé à leur caractéristique avalanche de mauvaises punitions ont sortis les Carabins du match et laisser la chance à Lévesque, le porteur de ballon du Rouge & Or, de donner le rythme à l’équipe de la vieille capitale. Le pointage à la mi-temps : 20-7 pour le Rouge & Or.

Jusque vers la fin du 4e quart, la défensive hermétique de l’équipe locale continuait de dominer l’attaque des Carabins, faisant taire leurs canons habituels, soit Hantz Boursiquot , les rapides receveurs de passe, et restreignant Brouillette autant dans ses courses au sol que dans ses passes. La défensive des rouges n’a pas manqué un seul plaqué du match, étouffant constamment toute tentative des Carabins.

L’offensive des locaux, profitant d’un positionnement de ballon favorable provoqué par les bottés de Christopher Milo, réussit à accumuler les points grâce aux courses imparables de Lévesque, qui terminera le match avec des gains de 134 verges. Malgré le pointage, comme l’a souligné l’entraîneur Marc Santerre des Carabins, la défensive des Bleus a été solide et, à l’exception des courses de Lévesque et de quelques belles réceptions de Victor Tremblay, elle a tenu en respect les Groulx, Allard-Caméus, et Feoli-Gudiño. Elle fut néanmoins incapable de rejoindre et de « presser » Groulx derrière la ligne de mêlée pour le déstabiliser suffisamment.
Nous avions noté dans une chronique précédente que les Carabins ne pouvaient gagner qu’en respectant 3 conditions, soit de mener dans les revirements, de ne pas se laisser intimider par la foule hostile, et d’éviter leurs habituelles punitions inutiles de rudesses, immunités et de retenues. C’est cette dernière qui coula les Bleus.

Le Rouge et Or passe donc en finale de la division Québec du circuit Universitaire canadien et affrontera les Stingers de Concordia, vainqueur du Vert et Or de Sherbrooke, qui a "peaké" trop tôt cette année et à fini par couler à pic. Les Carabins, cette année encore, doivent se souhaiter le classique « meilleure chance l’an prochain ». Ce fut notre dernière chance de voir évoluer les excellents Hantz Boursiquot, Michael Sousha et Jerry-Raph Jules (qui a été le meneur en défensive du match du côté des Bleus avec 6 plaqués individuels) qui terminent tous leur éligibilité au football universitaire.

Merci aux Bleus pour cette saison qui fut, pour le moins qu’on puisse dire, fertile en émotion.