jeudi 30 octobre 2014

Match #8 - La visite attendue...

Ça risque d'être une bataille de gros bonhommes - Photo: Domskibum
Visite attendue de nos archi-rivaux de Québec samedi. On annonce nuageux, frisquet (7 degrés), 70% de pluie, mais pas trop venteux. Le football des éliminatoires est à nos portes.

En défensive

On sous-estime (si c'est possible) l'attaque du Rouge et Or depuis l'arrivée de H. Richard. Celle-ci a jusqu'à maintenant inscrit une moyenne de points par partie supérieure à toutes ses années antérieures. La défensive des Carabins devra donc être parfaite pour limiter les innombrables façons de marquer des points des visiteurs.

On sait qu'au premier affrontement, les Carabins avaient empli la boîte pour forcer le RetO à passer... Et bien celui-ci a effectivement passé... pour 371verges de gains par la voie aérienne!

On a vu pendant toute la saison que notre ligne défensive peut tenir le fort, mais pour appliquer efficacement de la pression, elle doit utiliser le blitz.

H. Richard quant à lui, a passé la saison derrière sa ligne offensive format géant sans jamais se faire achaler, étant victime de seulement 7 sacs. Les Bleus se doivent de le presser pour tenter de lui faire perdre son aplomb. Mais blitzer veut également dire être vulnérable au sol et sur les passes voilées... la pression tombera donc sur les épaules de coach Maciocia pour appeler le bon jeu au bon moment.

Évidemment, comme dans tout match contre Laval, chaque plaqué, chaque bloc, chaque jeu sera important. Les vétérans devront nous en donner beaucoup.

En offensive

Doit on souligner comment c'est difficile de faire avancer le ballon contre le RetO, particulièrement quand notre jeu au sol n'est pas le plus constant. On s'amène cependant avec un quart qui brille de mille feux et une brigade de receveurs qui saisit tout ce qui leur est lancé...

Le défi majeur sera de donner le temps à #4 Gab Cousineau de repérer ses receveurs et de tenter de cisailler la tertiaire adverse. Ils affronteront sans contredit le joueur de ligne par excellence de la LFUQ V. Desloges . Son opposant (G. Sylvestre?) aura la tâche de le contenir... Belle journée en perspective pour une recrue...

Lors de notre visite à Qc, on a vu que les amateurs d'Ashton avaient de la difficulté à contenir les #88 M. Davidson et #1 Swisskinfe Erlington. On peut maintenant ajouter #3 Bazooka Cibasu à ce groupe sélect. Ces trois-là doivent avoir des ballons en course et faire manquer des plaqués.

Les Unités spéciales

Avec B. Bédé de leur côté et un retourneur constant comme A. Dufour, on se doit de donner l'avantage au RetO.

De notre côté, A. Huard et G. Marinello blessés depuis le début de la saison n'ont jamais pu solutionner le problème des retourneurs qui nous hante depuis l'an dernier.

Du coté des botteurs, coach Maciocia semble avoir pardonné la contre-performance de #18 L-P Simoneau à ConU en lui confiant la responsabilité des bottés de placement à Bishop's.

Et puis, le différentiel de 28 points

Soyons francs, simplement marquer 28 points contre les troupiers du général Constantin est un exploit en soi. À l'exception de la perte de contrôle à Bishop's l'an dernier et de la Vanier de K. Quinlan en 2011, les Carabins sont les derniers à avoir inscrit 28 points (exactement) contre Laval en 2009. Quant à un différentiel de 28 points ...

Toutefois, étant de nature positive, on voit deux façons d'atteindre cet objectif:

- Une blessure (qu'on ne souhaite pas) tôt dans le match à H. Richard, exposant leur seul point faible:  le manque d'un second Q-A.

- Une mauvaise journée dans le corps du Rouge et Or qui accorderait des tonnes de revirements en notre faveur entraînant que l'écart se rétrécisse graduellement ajoutant ainsi une pression insoutenable sur Laval comme une inéluctable downward spiral...

Salmigondis

On va s'asseoir tôt dans la Sexxxion 6 pour voir la présentation des joueurs, mais surtout pour voir le "après". On sait qu'à Québec, les joueurs du R et O étaient massés à leur ligne de 45 et narguaient les Carabins. Ceux-ci, depuis plusieurs matches récents entre les 2 équipes, font leurs petites affaires sans répondre à la provocation. Cependant, depuis que l'on applique cette nouvelle recette toute à notre honneur, nous n'avons pas réussi à vaincre l'ennemi juré. À suivre...