vendredi 20 septembre 2013

Match #4 - Une partie de 60 minutes...

Photo James Hajar
Dimanche le Centre PEPS -Verizon - Ashton - Latulippe verra l'affrontement entre le Rouge & Or et les Carabins de l'Univestié de Montréal. Pour la première fois cette année, la météo risque d'être un facteur important pour le match. On attend 15-20mm de pluie avec une probabilité de 90%. Cette température confirme qu'on va voir du jeu au sol et le protection du ballon va être plus importante que jamais.

La similitude entre les deux équipes en est quasiment ironique cette année. Deux équipes avec un nombre anormal de blessés et des quarts-arrière chancelant en maintenant des défensives dominantes. La seule différence apparente, la force principale des Carabins est sa ligne défensive et celle du R & O est à l'inverse sa ligne offensive.

Du côté de Laval
Avantages:
- Boris Bédé, qui connait la foule, le stade et qui survole tous les botteurs CIS.
- Une ligne offensive qui fait saliver tous les recruteurs #CFL
- Une rotation de porteur de ballon qui permet d'utiliser du personnel frais et de grande qualité en tout temps.
- Une défensive éprouvée qui a plié sans céder.. Jusqu'à maintenant.
- L'effet local et ses 59 victoires consécutives.

Désavantages:
- Ligne défensive sérieusement amochée (mou du bide?)
- À l'exception de M. Masseau, pas le niveau de secondeurs habituels auquel Laval nous a habitués.
- Une offensive aérienne parmi les plus mauvaises au Canada (?!?)

Du côté de l'UdM
Avantages
- La ligne défensive, la ligne défensive, la ligne défensive.
- Une défensive sting avec des secondeurs intraitables (By-Ray en tête).
- Une attaque, sans être dominante, réussit à faire avancer le ballon régulièrement.

Désavantages
- On ne connait même pas le quart partant.
- Une ligne offensive dégarnie de 3 ses partants.
- 2 porteurs de ballon (qui sont) recrues et une ligne offensive mince. Il ne faut pas que ça tombe à ces endroits).
- Une tertiaire qui n'a pas été testée par la voie aérienne.

Les impondérables (là où ça va se jouer)
- L'indiscipline génétique des Carabins.
- Le paquet de recrues et de nouveaux partants en offensive et dans les US (notamment le botteur #82 F. Ménard-Brière) qui pourraient "figer comme des chevreuils" ou vouloir trop bien faire dans l'antre du général Constantin.
- Le positionnement sur le terrain: ça risque de botter beaucoup... et longtemps. Attention à #88 M. Davidson, en combinaison avec la jambe de. Ménard-Brière il pourrait compenser l'effet Bédé.
- Laval ne se bat JAMAIS soi-même avec des erreurs / revirements / pénalités, encore moins à domicile. Peut-être que leur karma de perfection est épuisé???

La particularité de ce match est que tous les points comptent, sans égard au résultat de la partie. Le différentiel de points des 2 matches entre ces équipes servira de borne pour établir le gagnant de la saison régulière. On vous rappelle que c'est le scénario qui s'est produit l'an dernier.

Un fait que nous ne pouvons passer sous silence, c'est que l'équipe qui va mettre fin à la séquence de matches sans défaite de Laval se doit d'être nous. C'est nous qui avons infligé la dernière défaite au PEPS en 2004, et c'est de droit que c'est à nous d'y mettre un terme. Une autre équipe, ça ne serait pas pareil....

Ailleurs dans la ligue

Ce soir, on va aller voir le Renard tenter de défendre son honneur à Percival face aux Hommes en Rouge. On pense que les Verts, le dos au précipice vont suffisamment mélanger la défensive locale pour inscrire leur première victoire. Gros test pour McGill aussi, parce que même en cas de défaite, la façon dont ils se comportent sera un bon indicateur du renouveau du programme football. On risque de voir beaucoup de points au tableau.

Samedi après-midi dans le temple de Barney, J. Heather va prouver ce qu'un quart habile de 5e année peut faire. En compagnie de ses receveurs bidimensionnels, il vont inscrire un différentiel supérieur à 21 points.