mardi 24 septembre 2013

Match #4 - Ramassis de Notes - On a perdu une bataille

A. Pruneau a connu un gros match - Photo Domskibum
En s'assoyant à La Maisonnée en compagnie de plusieurs partisans Bleus et avant même de commander notre première bière, un tweet nous informe que Misteur Berry agira en tant qu'arbitre en chef...

Est-ce seulement nous ou c'est donc une décision stupide de mettre un Carbs hater en charge dans un match d'une telle importance?

Et effectivement, les erreurs d'arbitrage occuperont une place prépondérante par la suite dans le déroulement de la rencontre. On sait bien que Misteur Berry n'est pas responsable de toutes les décisions prises sur le terrain, mais pourquoi est-il d'office à chacune de nos défaites?

- La pugnacité des receveurs des bicolores dorés qui fait qu'après l'attrapé, ils finissent toujours par gagner 4-5 verges de plus en faisant un pas ou deux avant d'être immobilisés, puis tombent vers l'avant pour engranger deux verges supplémentaires.

- L'unité de couverture des unités spéciales.du Rouge & Or fondait sans cesse sur #88 M. Davidson tels des nazguls sur une proie sans défense. Rappelons que M. Davidson est le 2e meilleur retourneur de tous les temps des Bleus (derrière Y. Bériault) et dimanche, il apparaissait toujours esseulé, démuni et finissait enseveli sous une montagne de chandails noirs.

Ou était-ce celle des Carabins qui ne bloquait pas suffisamment, qui entrainera un botté bloqué. Définitivement qu'on a du travail à faire de ce côté. Spiro a gagné cette bataille.

- Faudrait qu'on nous explique pourquoi A. Thibault ne voit pas plus de terrain. Sa vitesse et son talent percent l'écran. Profitez-en maintenant, parce que vous ne l'aurez plus l'an prochain.

- Mea Culpa : Brendan Tennant donne à Laval un beau six-pack.

- Le brio de #82 F. Ménard-Brière qui a su tenir tête au magistral B. Bédé à sa première visite au Peps.

- On parle beaucoup de #7 D. Ménard et de #40 J-S Blanc, mais bravo à #52 M. Girard qui a haussé son jeu aux moments importants. L'apport de #95 O. Daoust-Pichette n'aurait pas nui à la ligne défensive.

- 406 v. de gagner en offensive et aucun point. La semaine précédente  276v. et toujours aucun point. Pas certain si c'est le playcalling, la stratégie ou le quart-arrière, mais une chose est évidente, la défense ne pourra gagner une Dunsmore à elle seule. Et il reste encore quelques matches sans Rotrand... Ironiquement, les Carabins dominent encore la LFUQ au niveau des points marqués.

- On ne se souvient pas d'avoir vu les Bleus d'avoir tenter autant de longues passes incomplètes dans un match. Possible que ces longues passes aient empêché l'offensive d'obtenir un certain rythme.

- On ne comprend pas trop qu'il n'y ait pas un coach qui ait prévenu  #4 Gab Cousineau avant qu'il ne débute sa série à la ligne de deux (surtout à Laval avec le bruit de la foule) et qu'on lui commande un jeu de passe, qu'en cas de trouble, l'important est de sécuriser son ballon et d'accorder 2 points. On aurait tout de même été à un seul placement de créer l'égalité. C'est certain que Gabriel va devoir apprendre à mieux protéger le ballon, particulièrement lorsqu'il est "in the grasp" de l'ennemi.

- Le problème avec nos 2 quarts, c'est qu'il n'y en a qu'un seul à la fois qui fait ces apprentissages. On ne pourra vivre éternellement avec des quarts en formation...

- À chaque saison en entreprenant les séries éliminatoires, coach Constatin répète à qui veut l'entendre que vaincre 3 fois la même équipe dans la même année est une tâche très difficile à accomplir. Alors, imaginez cette tâche face à une équipe comme le Rouge & Or. Donc, aujourd'hui l'obstacle est moins considérable, deux victoires, dont la première par plus de 7 points, ça se fait bien...

Auparavant cependant, on a un plat froid à manger. Du Renard, bis.