lundi 17 octobre 2016

Ramassis de notes - Match #6 - Karma is a bitch


Toute une journée, tout un match, même si l’adversaire l'a emporté au compte de 22-19 aux dépens des Carabins de l'Université de Montréal lors d'un splendide samedi d'automne. D'ailleurs, de nombreux partisans étaient habillés de façon hivernale (gants, tuques casse de pouèles, anorak, etc...) et ont retiré quelques couches à la demie.

- Dans les matchs entre les Bleus et les Rouges, souvent c'est la petite nouveauté qui fait qu'une équipe l'emporte au final. Dans le premier match, la vitesse de #11 Pocket Rocket et la mobilité de #4 Sam Caron avaient déstabilisé les locaux. Cette fois, l'offensive en mode sans caucus ainsi que la rapidité et l'implication de J. Breton-Robert entraîneront  des dommage à la défensive Carabin qui feront une différence.

- Une caractéristique qui illustre un affrontement entre ces 2 équipes : Plusieurs joueurs se fient sur leurs rapidités pour réussir des jeux, mais pour une rare fois Dan une saison, leurs adversaires d'en face se déplacent aussi rapidement qu'eux. Ce qui explique également des risques d'interception sur des passes qui arrivent légèrement tardivement.

- De chaque côté, les deux lignes défensives causaient sans cesse des perturbations, empêchant les attaques de se développer.

- Quand on accorde à Sam Caron un minimum de temps, il possède dans son arsenal un intéressant petit pump fake qui déstabilise les demis défensifs adverses.

- M-A Varin a dû rêver aux moves de #3 R. Cibasu samedi soir.

- Y a-t-il quelqu'un qui va acheter des hands warmers à H. Richard ??? Même à 16 Celsius, il devait se réchauffer les mains en les portant à sa bouche!

- Le jeu du match: le fait que #49 F. Chagnon avec sa mini-mailloche n'ait pu saisir le ballon lancé en sa direction avec le terrain ouvert jusqu'en terre promise devant lui.

- Voir le #24 M-A Dequoy jouer avec une mailloche nous a directement ramené 5 ans en arrière, lorsqu'un autre #24 avait passé plus d'une demi-saison avec une telle excroissance ...

- Directement à cause de la foule montréalaise, il y a eu 4 mauvaises mises en jeu, procédures, plus de temps sur le cadran, de la part du Rouge et Or. Ce qui démontre l'importance de pouvoir tenir la Dunsmore en terrain "ami". Ce qui nous amène à:

Un des sept péchés capitaux, la gourmandise:

De la même façon qu'on avait vu à Qc city où coach Constantin avait tenté d'y aller pour la victoire alors qu'il ne restait que 8.7 secondes, coach Maciocia a décidé à son tour d'y aller d'une décision dans le même schème en choisissant la faufilade d'une verge au lieu d'un simple (dans le filet) qui aurait assuré la première Dunsmore près de sa maison, ce qui aurait constitué une première depuis 2004.

Il sera intéressant de voir si ces 2 instructeurs-chefs habitués aux paradigmes de la victoire par un bon différentiel tentent d'adapter leurs stratégies offensives en tentant de favoriser la défensive lors des 2 prochains matchs. La meilleur à ce jeu risque fort de se rendre au match de la Dunsmore en transport en commun.