mercredi 13 juillet 2011

Guillaume Saliah - L'O-line à la triple nationalité...

Guillaume qu'à aperçoit dissimulé à l'extrême gauche de P. Carrière et d'A. Rayapin
Olivier Rival (qui commente ici à l'occasion)  du blogue Français ÉliteFoot a mis en ligne un billet portant sur notre joueur de ligne offensive, ex-Cactussois, et ex- Phénixois Guillaume Saliah qui représente actuellement la France au championnat mondial sénior en Autriche.

On reproduit intégralement son billet ici:

Guillaume Saliah, lineman offensif est un membre de l'équipe de France un peu à part. Franco-canadien, il n'a joué au football qu'au Québec où il a grandit. Il nous a semblé intéressant d'avoir son point de vue sur son expérience au sein de notre sélection nationale. Il a bien voulu répondre à nos questions.

- Cette Coupe du Monde est ta première expérience de football en dehors du Canada, Comment vis tu ça?
-Effectivement, c’est la première fois que j’ai la chance de jouer à l’extérieur du Canada. Je profite de chaque instant parce que je sais que bon nombre de mes amis footballeurs au Canada rêveraient d’être à ma place. C’est aussi ma première expérience avec l’équipe de France et je tisse des liens avec plusieurs excellents joueurs et des coéquipiers formidables.

-Comment as tu été contacté par le staff de l'EDF? Tu as hésité ou immédiatement été enthousiasmé ?
- En fait, je dois beaucoup à mon ancien entraîneur Marc Santerre qui m’a mis en contact avec Larry Legault depuis deux ans déjà. Je devais participer au Championnat d’Europe, mais malheureusement mon emploi d’été ne m’a pas permis de m’absenter durant la compétition. Malgré tout, je suis resté en contact avec Larry et dès qu’il m’a proposé de me joindre au groupe cette année je lui ai fait part de mon enthousiasme. J’ai eu 2 opérations en moins de 5 mois cette année ( NDB: la dernière blessure, subie au camp hivernal l'a empêché d'honorer son invitation au East-West Bowl) alors je suis très heureux d’être en pleine forme pour le tournoi et d’avoir la chance de participer.

- Comment s'est passé l'adaptation au sein de l'équipe? Est ce que ton regard a changé sur le football Français ou est ce que tu t'attendais à ça?
- Je pense avoir été bien accepté par le groupe. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre et franchement le niveau est très bon au sein de l’équipe de France. La cohésion et des petits problèmes de synchronisme nous causent des difficultés mais dans l’ensemble je pense que le programme est en plein essor et que d’ici peu la France pourra rivaliser avec les plus grandes nations au niveau du football. Il y a dans l’équipe des athlètes sensationnels et avec un engouement grandissant pour le sport en France l’avenir s’annonce prometteur.

- Qu'as tu ressenti lorsque que tu as affronté le Canada lors de ton premier match en bleu?
- J’ai pris ce match comme tout les autres auxquels j’ai participé dans ma vie. Je veux dominer l’adversaire et peu importe mon uniforme je me place et je joue pour mes coéquipiers. Lors des dernières semaines j’ai appris à connaître mes partenaires et je joue pour eux. C’est plutôt drôle de jouer contre des anciens coéquipiers, mais sur le terrain il n’y a plus d’amitié qui compte. Le Canada, le Japon, l’Autriche, peu importe l’adversaire je m’aligne de la même manière dans le but de gagner le match. De plus, en ayant trois nationalités (Canadienne, Française et Nigérienne) le concept d’appartenance nationale m’est plutôt abstrait. C’est pourquoi je joue pour mes coéquipiers, pour honorer mon uniforme et entre vous et moi le Bleu est la plus belle des couleurs. (NDLR: Guillaume est aussi un "bleu" des Carabins de Montréal)

- Jouer avec Alex Stropiano, ton coéquipier de ligne aux Carabins, ici j'imagine que ça aide?
- Effectivement, jouer avec Alexis m’aide beaucoup puisque notre communication sur le terrain est grandement facilitée et nous avons l’habitude de pratiquer ensemble.

- Avant ce match crucial contre l'Autriche quelle est l'ambiance au sein de l'équipe?
- L’ambiance est très bonne au sein de l’équipe. Je pense qu’on est tous amers de notre dernière performance contre les Japonais et qu’on va rebondir contre les Autrichiens. Nos deux premiers matchs nous ont permis de régler nos problèmes de cohésion et il reste seulement qu’à jouer notre match et d’imposer notre rythme aux Autrichiens qui sont dans la même position que nous en ayant perdu leurs deux premiers matchs.

- Il te reste deux ans à l'UDEM, est ce que tu penses continuer le football après tes études?
- Je n’ai pas pris de décisions définitives pour l’instant à cet égard. Je serais éligible au draft cette année alors je devrais me fixer d’ici peu. Je dois avouer que je me consacre principalement à mes études (HEC Montréal et Udem Droit) et que c’est ma priorité pour l’instant.

- Jouer, coacher en France ça pourrait t'intéresser à terme?
- Je reste ouvert aux propositions c’est certain. J’adore le football et si je peux le combiner à ma vie professionnelle ce serait génial. Je prendrais le temps d’étudier toutes les offres qu’on aura à me proposer.

- Tu as toujours de la famille en France ?
- Je n’ai aucune famille en France. Je suis simplement né en France alors que mon père était en stage aux Mines de Paris!

- Un message particulier ?
- Simplement remercier Marc Santerre pour son soutien et sa recommandation à Larry Legault. Je dois avouer qu’au contact de Larry j’apprends énormément et que j’espère qu’il continuera son encadrement du football français car il est une mine d’or d’information. Je profite de l’occasion pour remercier mes coachs et préparateurs physiques avec les Carabins qui m’ont permis d’être prêt pour le défi du championnat du Monde.
 NDB: Larry Legault est entraineur de l'EDF (Équipe de France).

Et on remercie infiniment Olivier pour son billet...