lundi 26 juillet 2010

Bigger Stronger Faster

Hier soir, par hasard nous sommes tombé sur ce documentaire diffusé à la CBC. Produit par les mêmes gens qui ont fait les films Bowling for Columbine et Fahrenheit 9-11 (mais sans Michaël Moore), ce film de 90 minutes fait complètement le tour de la question des stéroïdes anabolisant, de façon scientifique, mais également de façon plus émotionnelle, en interviewant (ou par extrait) les gens qui ont fait les manchettes avec des histoires de stéroïdes, de Lyle Alzado à Ben Johnson en passant par Arnold Schwarzenegger (qui, ironiquement était à la tête un comité légiférant sur les stéroïdes anabolisant!!!).

Préparez-vous à voir une autre facette des stéroïdes que celle à laquelle vous êtes habitués. Et ce qui caractérise ces derniers est l'hypocrisie de tout ceux qui gravitent autour des industries sportives et manipulent les règlementations et même les résultats pour leurs bénéfices personnels.

Sous cette lumière, le récent "scandale" de l'Université Waterloo n'est qu'un chapitre supplémentaire sur lequel des opportunistes ont su profiter pour gains personnels.

On profite du fait que France Beaudoin est en vacance de sa quotidienne estivale pour vous détacher de "Bons Baisers de France" et vous présenter ce sujet plus substantiel.

Le documentaire sera présenté en reprise samedi 31 juillet à 19:00, toujours à CBC . Vous pouvez également le visionner directement sur le Net.

10 commentaires:

Profoot a dit…

C’est un sujet délicat, je dois malheureusement constater que plus mon fils montent les niveaux pour atteindre les rangs professionnelles et plus je constate que plusieurs gravi ces échelons parce qu’ils sont sur le jus.

Je suis contant que ces joueurs atteignent ces niveaux et par le fait même sa me dérange et même sa m’écœure et c’est ce que je n’aime pas du Football. De plus ces joueurs sont souvent ceux qui n’étaient pas les plus talentueux au niveau Col AAA et Universitaire. Ils ce retrouvent dans la CFL et même NFL aux détriments de ceux qui avaient beaucoup plus de talent.

Quand un joueur moyen devient plus gros, plus fort et plus rapide que tout le monde et cela dans un cours laps de temps… Malheureusement… Est-ce un incontournable pour arriver à ces niveaux ? J’espère que non.

SVP dite moi que je suis dans le champ.

Deux fans a dit…

Quelques points:

- Il faut dire que les nouveaux règlements de la CFL vont modérer l'essor des stéroïdes chez les meilleurs prospects (dépistage à la Boule Est-Ouest notamment)...

- On serait curieux de savoir le % de stéroidés, de speedés et de bêtabloqués (chez les botteurs) dans la NFL - à vue de nez? surement plus de 60%...

- Les stéroides ne sont pas les gros méchants qu'on entends depuis des 10 zaines d'années. On n'en meurt pas, et les effets indésirables (chez les hommes) sont pour la plupart temporaires...

- Dommage qu'on ait pas parlé dans le documentaire de Florence Griffith-Joyner et d'autres athlètes de pointes qui sont morts autour de la quarantaine...

@Profoot - Le problème sont souvent les athlètes qui sont sur le "bord", s'ils en prennent ils vont passer, mais un coup passé, ils veulent faire l'alignement partant, puis devenir star etc... les condamnant à un cercle vicieux de pharmacologie!

Est-ce que ton fils prends de la créatine (supplément tout à fait légal en passant)?

Sylven a dit…

Je ne suis pas un spécialiste en la matière, loin de là, mais ce qui m'agace dans la saga du dopage est le double discours de ceux qui n'en prennent pas (ou ne se font pas prendre !) versus ceux qui se font prendre : d'un côté on se met la tête dans le sable en niant presque le problème (Geneviève Jeanson, ça vous rappelle quelque chose ?...) et de l'autre côté on tente d'excuser notre geste de tricherie par le fait que tout le monde en prend donc nous aussi si on veut compétitionner sur la même base (is it still cheating if everyone's doing it?).

Ça me parait un peu hypocrite comme attitude dans les deux cas et, comme plusieurs choses dans la vie, la vérité se situe sûrement en quelque part entre les deux... Mais j'avoue n'avoir aucune idée de où exactement. Deuxfans a probablement raison que c'est surtout les athlètes 'borderline', à qui il manque juste un petit quelque chose pour faire partie des meilleurs.

Deux fans a dit…

L'hypocrisie ultime est bien représentée par Arnold!

Le gars doit sa carrière de culturiste aux stéroïdes, puis sa carrière d'acteur(!!!???) aux mêmes produits qui l'ont amené à un niveau de célébrité qui lui a permis d'être gouverneur de la Californie...

...et il était le porte parole de Bush de la lutte anti drogue sportive!

Remi a dit…

...Tu me voles encore un de mes sujets.

Deux fans a dit…

@Remi - Nahhh, on n'a fait que mettre la table... il reste tellement de trucs à parler:

- Le gars de Limoilou qui s'est fait pincer la main dans le sac

- Les rumeurs

- Le testage

- L'équipe de Waterloo

- Le joueur de l'Est qui s'est fait pincer au dernier East-West Bowl

T'en as pour en faire l'équivalent de ehhhhhh un magazine, tiens!

Duch a dit…

Document certes intéressant qui amène quelques pistes de réflexions!

Une de celle-ci me vient en tête et m'apparaît comme une presque certitude : notre désir ardent en tant que spectateur est de voir des atlhètes plus performants briser des records que l'on croyait imbattable!

Je prends l'exemple de la natation qui vient de sortir d'une "sombre période" avec les super-combinaison ultra-rapide (qui étaient pratiquement vu comme du dopage technologique avant leur retrait en janvier 2010). Avec ces combinaisons, pratiquement tous les records du livre ont été battus, piétiner, violer et laisser pour mort! Maitenant que ces maillots sont disparus et que les meilleurs performances mondiale (ou nationale ou provinciale) sont redevenus "normales"... eh bien il y a une grosse perte d'intérêt!

Bref, c'est dommage mais je crois que nous avons développé cette fâcheuse habitude de toujours en vouloir plus...

Deux fans a dit…

@Duch - Bon exemple avec la natation, qui va dans la foulée du retour du baseball avec la course aux circuits de S. Sosa et M. McGwire... C'en était tellement populaire que même aux nouvelles, à tous les soirs, ils en faisaient un compte-rendu. Mme Deux Fans en était rendue à les connaître!

Notre pensée s'oriente de plus en plus comme Pierre Foglia... laissez-les aller... ça n'en sera que plus juste pour tous.

Sylven a dit…

Et scrappez la santé de toute une cohorte d'athlètes ?!? Quelle image cela donnerait-il aux jeunes qui pratiquent toutes sortes de sports ?!? Et à partir de quel âge on leur dit, "bar ouvert, dopez-vous les amis, pas de problème" : université, cégep ou secondaire ?!? Quel message cela envoie-t-il à ces mêmes jeunes quand ils ne performent pas dans une autre sphère d'activités que la drogue est là pour les dépanner, que ce soit dans leurs études, leur vie sociale ou même sexuelle ?!? Un petit speed, une petite ligne de coke et un viagra, c'est aussi ok ?!? Je suis peut-être vieux jeu, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée.

Jacques L. a dit…

D'accord avec Sylven, légaliser la chose entraînerait une escalade.

On sait que dans toutes les équipes sportives certains trichent pour se donner un avantage sur la compétition, c'est à dire leurs coéquipiers.

La majorité des sportifs rejettent cette solution, par choix ou par peur de se faire prendre.


La légalisation obligerait tous ceux qui veulent participer à un sport, au niveau de l'élite, à se doper pour suivre la parade.

Pas vraiment une bonne idée.