vendredi 27 octobre 2017

On efface et on recommence?

Qu’est-ce que l’on fait quand l’on tombe de selle comme c’est arrivé samedi? On remonte au plus vite! Et quelle meilleure façon de remonter en selle qu’un match face aux Redmen?! Situation parfaite pour se refaire une confiance et rétablir le synchronisme en attaque. Parce qu’on ne se mentira pas, l’attaque des Carabins à réellement besoin de retrouver ses marques.

Ça fait déjà quelques parties que l’on parle du manque de constance de l’attaque, du manque de synchronisme entre S. Caron et son groupe de receveurs. Mais samedi dernier on a atteint de nouveaux sommets, pour ne pas dire le fond, de mauvaise exécution. Pour citer coach Maciocia après la partie :

la seule bonne nouvelle à tirer de cette partie c’est que vous [les joueurs] ne pouvez pas jouer plus mal…

Avant d’être remplacé par D. « le prochain Messie » Morand, Sam était 11 en 23, venait de subir 4 sacs et avait été intercepté 4 fois. C’est ce que l’on pourrait appeler une mauvaise journée au bureau. Sans juger si c’était ses passes qui manquaient de précision ou les tracés des receveurs qui laissaient à désirer mais l’attaque n’arrivait pas à faire avancer le ballon et trop souvent les lectures choisies n’étaient pas les bonnes.

Mais ça serait de jouer à l’autruche que de prétendre que les problèmes de l’attaque des Carabins ne datent que de samedi. Déjà à la 3e partie de la saison, contre Sherbrooke au CEPSUM, on avait noté un manque de synchronisation entre le quart et ses receveurs.

Au Percival, lors de la première partie contre McGill, l’attaque des Carabins n’a pas réussi un seul point. Si ce n’avait été de la performance de la défensive, pas certain que les Bleus se seraient sauvés avec la victoire. Lors de cette partie, l’attaque de Carabins n’avait gagné que 159 verges par la voie des airs, moins encore que contre Laval. Pire encore, c’était plus de la moitié moins que le nombre de verges que McGill avait réussi à lancer contre la défense des Carabins. L’inconstant quart adverse F. Paquette- Perrault avait alors lancé le ballon pour un total de 347 verges. L’excellent J. Soucy avait été le meilleur receveur sur le terrain avec une performance de 101 verges en 9 attrapés. Par contre, lors de cette partie LM Normandin et Paquet Rocket n’étaient pas en uniforme.

La partie contre le Rouge et Or a permis de faire ressortir que l’un des principaux problèmes de l’attaque des Carabins était la performance de la ligne à l’attaque. Aussi bonne soit-elle pour protéger le quart-arrière, son incapacité à ouvrir les couloirs de course rend l’attaque des Carabins complètement unidimensionnelle. Le sachant, les défensives adverses ajustent leur formation en ajoutant un demi défensif additionnel qui force le QA des Carabins à trop souvent opter pour sa 2E si ce n’est pas sa 3e option de jeu.

À la fin de la saison dernière, plusieurs partisans s’inquiétaient des lourdes pertes des Carabins au sein de la ligne défensive, il faut maintenant se rendre à l’évidence que le joueur qui manque le plus cette année c’est N. Narbonne-Bourque…

Samedi, les Carabins devront profiter de leur dernière partie de la saison régulière au CEPSUM pour retrouver cette cohésion et cette unité qui faisait d’eux une équipe aussi redoutable qu’au début de la saison. Ils devront profiter du fait qu’ils affrontent une équipe théoriquement plus faible pour revoir la base de leur attaque.

Selon nos espions, à moins d’avis contraire ou d’aggravement de sa blessure au coude, Sam devrait être aux commandes de l’attaque. Par contre, il ne faudrait pas s’attendre à revoir Paquet Rocket avant le début des séries. Dans le cas du porteur de ballon #1 un de l’équipe, G. Parent, son état de santé était évalué au jour le jour.

Prédiction : Les Carabins par 4 touchés.

Samedi plusieurs joueurs en seront à leur dernier tour de piste en saison régulière, avec les Carabins. Notre #Stidebotteur F. Ménard-Brière, le joueur de ligne étoile J. « BCBG » Boissonneault, le capitaine de la défensive A. Cromer-Émond, le secondeur G. J. Jean, les porteurs de ballon Jr. Bien-Aimé et W. Altema, le joueurs de ligne offensive JC Labrecque, les demis défensifs Jr. Noisy, Z. Alexis, V. Jacques et A. Lambert ainsi que le quart-arrière MVP 2016 S. Caron. Dans ce lot, je me vois obliger d’ajouter le nom de R. Cibasu qui verra sûrement son nom appelé parmi les 20 premiers, lors du prochain repêchage de la LCF.

                Merci Messieurs! En mon nom et en celui de tous les partisans des Bleus. Merci pour les 5 dernières années.

MdM