lundi 24 août 2015

Ramassis de notes - Match pré-saison: Les Gee Gee's

L-M Normandin, sur le point de se faire encorner par un taureau. - Photo J Hajaar
Bon, on ne sait pas si c'était les Pabst offertes par Maître du Monde au tailgate ou des effluves télépathiques de Messmer, mais dès la première série offensive des Bleus, on a vu une passe du #4 au #88 qui s'était dégagé de son couvreur d'environ 2 mètres... On avait l'impression de revivre les 2 dernières années...  Les deux mêmes acteurs seront complices de 2 autres passes de cet acabit un peu plus tard en première demie...

Après s'être frotté les yeux, on a souhaité la bienvenue au nouveau #88 L-M Normandin. (entrevue à venir).

#3 Régis "Bazooka" Cibasu

Il est Mario Lemieux. Genre un midget qui joue contre des bantams... Il donne l'impression de ne pas forcer, de ne pas aller rapidement, même ses feintes se font à une autre vitesse... Pourtant, dimanche  il était - et de loin - le meilleur joueur sur le terrain. Que ce soit en retour de botté ou en réception de passes, on avait l'impression qu'il aurait pu amasser 300 verges de gains contre les Gee Gees.

Le catch de l'année ? 

Avant même que l'année commence ?
On espère que quelqu'un sorte un vidéo de l'attrapé à bout de bras de #11 G. Paquet, parce que c'était vraiment un catch de niveau supérieur. Malheureusement, suite au plaqué, le jeune transféré Paquet, qui avait très bien fait jusqu'alors, quitta immédiatement le terrain et semblait frustré. On ne l'a pas revu par la suite, on craint une blessure...

Les porteurs de ballon

Ce n'est pas compliqué, ils ont tous bien fait.

On a vu deux fois #21 Will Altema depuis le début de la saison et on aurait tendance à lui donner le titre du joueur le plus amélioré. Dans le billet précédent, un commentateur l'a comparé à P. Lochard et on aurait tendance à opiner du bonnet.

EN DÉFENSIVE

Le trio de Fabyray

#36 Zachary Alexis est le meilleur demi de coin recrue depuis un certain Momo dénommé A. Pruneau. Le gars est grand, fort et rapide. Il n'a rien donné à nos adversaires hippiques. Nous qui étions particulièrement inquiets à cette position, sommes maintenant grandement rassurés. Notre "wow" du match de dimanche.

Le #9 J- S Belisle en un mot: "Baller". Le dernier qu'on avait affublé d'un tel honneur est F. Faubert-Lussier à sa sortie du collégial. Le gars pourrait jouer n'importe où sur le terrain et il brillerait. Dans la panoplie de retourneurs essayés par coach Maciocia, il fut notre meilleur retourneur lors de la rencontre (en exceptant R. Cibasu, mais lui, comme on vous l'a expliqué précédemment, est hors catégorie parce qu'il est un midget) . En 2e demie dans un jeu particulier, J-S aligné comme un demi-défensif regarde la formation offensive et le quart adverse, il ne prête aucune attention au receveur qu'il est censé couvrir et se dirige immédiatement au centre de la ligne pour aller aider au plaqué du porteur de ballon. Le gars a dû oublier qu'il était une recrue, il n'est pas censé faire ce genre de jeu que même plusieurs vétérans ne "voient" pas. En français, on pourrait appeler ça un "high football IQ".

Et le dernier, mais non le moindre, le maraudeur # 15 F. Hamel. Il ressemble à A. Coady à sa première année à s'y méprendre. On voit rapidement que c'est un joueur intelligent qui veut (et qui va) s'améliorer. Le seul petit hic dans son cas, est qu'on sent qu'il veut être punitif comme maraudeur, mais avec son gabarit, il a davantage intérêt à être efficace s'il veut pouvoir disputer tous les matches des siens.

Ailleurs en défensive

On bien aimé la vitesse et le jeu de #42 N. Easterbrook, autant en défensive où il a évolué comme WILL (secondeur flottant) ou comme ailier défensif, qu'en unités spéciales où il se retrouvait toujours dans l'action.

Les pénalités 

Nous n'avons pas les statistiques exactes, mais nous avons pas mal dominé cette facette de la rencontre également. À vue de nez et sans exagération, nous avons dû écoper pour au moins 150 verges de pénalités contre peut-être un maigre 10 verges pour nos opposants

Beaucoup de contacts sur les receveurs et de retenue sur la ligne, mais encore et surtout l'incontournable "Plaqué par derrière" en retour de bottés. On a compté que depuis le retour des Carabins football, si on ne tient compte que de cette pénalité, nous avons accumulé la même distance en pénalité qu'entre la Terre et la lune.

De l'autre côté de la Gatineau

Du côté d'Ottawa... vraiment décevant. Pourtant après la partie, un joueur nous rappelait qu'Ottawa était la seule équipe (à l'exception des Carabins) à avoir vaincu les Marauders de McMasters l'an dernier.

On n'a pas retenu un seul numéro qui nous aurait fait jurer. Il y avait bien l'immense #57 sur la ligne offensive, mais ça s'arrête pas mal là.

La seule chose qui nous déstabilisait était leur offensive hurry-up, qui semblait toujours nous prendre de court. On ne sait pas trop si le banc était lent à acheminer les signaux ou encore les joueurs ne se plaçaient pas assez rapidement en position, mais lorsque le ballon levait, de toute évidence nous n'étions pas prêts.

En conclusion, beaucoup, beaucoup de recrues prometteuses. Une synchronisation impressionnante de l'attaque si tôt au camp d'entraînement et beaucoup de plaisir à venir en 2015.