vendredi 5 septembre 2014

Match #1 - Celui avec "pas d'pression"...

By-ray devra prendre les bouchées doubles - Photo Domskibum
L'année débute en force avec l'affrontement entre les Carabins de l'UdM et le Rouge et Or de L'Université Laval samedi à 19:00. Webdiffusé sur le site de Radio-Canada.

Le match avec pas d'pression
Les Carabins se présentent au plus gros stade de football universitaire au pays (mais pas assez pour y accueillir une équipe CFL) en n'ayant rien à perdre. En effet, ils affronteront l'équipe classée première au classement SIC, une équipe n'ayant pas perdu sur son terrain depuis une décennie et grande favorite pour remporter une 3e Vanier consécutive.

Les Carabins quant à eux, ont perdu plusieurs joueurs étoiles aux circuits supérieurs et d'autres ne se sont pas présentés pour 2014. Ils seront remplacés par des recrues ou des joueurs qui ne sont pas encore établis. Ce n'est vraiment pas la même équipe qui s'est présentée au stade Chocolat Favoris - Laviolette -Simons en novembre dernier.

Ultimement, une défaite par différentiel de moins de 7 points serait une victoire morale pour les Bleus.

L'attaque
Bien que ces deux équipes se soient affrontées dans le cadre du dernier affrontement de la RSEQ, l'attaque des Montréalais est différemment inspirée par son quart qui a effectivement connu une renaissance lors de cet affrontement.

À surveiller : notre #88 M. Davidson qui est actuellement dans une forme splendide ainsi que notre explosif couteau suisse #1 ST Erlington, blessé à la Dunsmore qui voudra montrer à la foule hostile de 14k personnes ce qu'il peut accomplir en pleine possession de ses moyens.

Pour obtenir du succès, l'attaque devra constamment laisser les joueurs de ligne défensive en Noir douter, hésiter entre un jeu au sol ou une passe. Par des feintes de remises, par des passes voilées, des jeux inattendus, mais restreindre le "all out rush" afin de faire avancer le ballon.

Cependant, comme on l'a vu par le passé à l'ombre des montagnes des Laurentides, faire avancer le ballon est une chose, marquer des points en est une autre. L'efficacité dans la red zone contre la plus chiche défensive SIC sera cruciale.

Dans les facteurs négatifs : Plusieurs joueurs importants n'ont jamais eu à évoluer dans un tel environnement, très dérangeant pour l'attaque, dont probablement 3 membres de la ligne offensive ainsi que deux receveurs, #3 R. Cibasu et #9 T. Godber.

La défensive
Ajoutez deux demi-offensifs ainsi qu'un pivot recrue à un coordonnateur offensif conservateur du côté de l'adversaire et vous obtiendrez une bataille qui risque plus que jamais de se dérouler dans les tranchées. On sait que deux de nos trois plaqueurs défensifs n'avaient pu compléter le match hors concours contre Guelph: #95 O. Daoust-Pichette et #52 M. Girard. Quel sera l'état de la ligne défensive s'ils ne peuvent se présenter? Vous noterez que la semaine dernière, nous avons interviewé #43 M. Dupuis dans le cadre de nos entrevues un peu pour cette raison.

Au niveau stratégique, l'efficacité au premier essai sera cruciale pour les troupiers de coach Constantin. Advenant que les Bleus les limitent à des gains de 2-3 verges à ces occasions, la défensive menée par l'incontournable "Rocher de Vanier" #41 By-Ray pourrait s'amuser lors des deuxièmes jeux...

Les unités spéciales
Beaucoup de changement pour les 2 organisations dans cet important département, mais à voir jusqu'à quel point les Noirs et Noirs nous ont dominés l'an dernier, simplement minimiser les erreurs serait un bel accomplissement pour les Bleus. On ne serait pas surpris qu'un ou deux jeux dans cet aspect de la rencontre finissent par faire la différence à la fin.

Mais on doit s'attendre à ce que les locaux nous dominent dans le positionnement sur le terrain et nous forcent à concéder 2-3 touchés de sûreté...

Les impondérables
Coach Maciocia a parlé de discipline comme l'une des clés de succès des siens. Contre Guelph, on a vu que cet aspect du jeu n'était pas sous contrôle. Il ne faudrait pas concéder une longueur de terrain en pénalités.

Bonne partie à tous!