mercredi 21 août 2013

Entrevue au camp avec Danny Desriveaux

Comme on vous l'a mentionné dans le billet précédent, nous avons profité de notre passage au CEPSUM pour s'entretenir avec le nouvel entraineur des receveurs Danny Desriveaux.

Celui-ci nous a consacré quelques minutes pendant une pause des joueurs. Ça donc été très rapide.... une chance pour nous que l'autre Danny est verbo-moteur, nous avons donc eu le temps d'en savoir un peu plus sur lui et son rôle au sein de l'équipe.

Parle-nous un peu de toi et de tes interactions avec le football Universitaire:

À l'origine, j'avais été recruté par les Carabins, probablement à leur année inaugurale (à l'instar de l'autre Danny qui avait été sollicité comme CO). Cependant aux États-Unis on m'a offert un scholarship qui a fait en sorte que je n'ai pas hésité longtemps. J'ai fini par jouer au Connecticut et en Virginie.

Il faut dire qu'à l'époque le football universitaire n'était pas aussi développé qu'aujourd'hui.
Danny porte le chandail Montréal ;)
J'ai donc poursuivi mon parcours chez les professionnels avec les Alouettes, en terminant avec les Argonauts. Bien que je n'ai pas véritablement assisté à des matches, j'avais un certain contact avec le football universitaire en profitant du bain de glace au CEPSUM (N.D.B. comme plusieurs autres joueurs professionnels)

Que peux-tu apporter aux joueurs?

Mes Coupes Grey ainsi que ma connaissance de monde professionnel suscitent toujours l'intérêt des joueurs. Surement que les enseignements que je tente de leur transmettre sont pris au sérieux par mon parcours antérieur.

Souvent j'insiste sur la précision d'un geste, d'un détail qui peut faire toute la différence en leur relatant des occasions vécues où ces mêmes détails ont fait la différence.

Ton rôle comme instructeur face à M. Iadeluca ou D. Maciocia

Évidemment, je comprends mon rôle d'entraineur de position et je m'assure que leurs plans soient exécutés tels qu'il le souhaiteraient, mais si je peux les aider par mon expérience:  J'ai toujours été un étudiant de la game et j'ai sans cesse désiré en savoir toujours plus sur le football et ses subtilités. Si je vois une faiblesse ou une situation qui pourrait nous donner une opportunité, je n'hésiterai pas à en faire part à M. Iadeluca.

En terminant (la pause était terminée et tout le monde retournait sur le gazon chauffant), tes receveurs:

Le plus rapide ?
Hermès Zepeda

Celui qui court les tracés les plus précis?
Mikhaïl Davidson

Ton meilleur YACqueur?
Mikhaïl Davidson... on lui a fait remarqué un peu étonné: Ce n'est pas A. Ndao? "Oui, oui c'est vrai son petit move" (en imitant un mouvement de bassin) Allons-y ex-æquo entre ces deux-là...

Notre appréciation des receveurs selon ce que NOUS on a vu:

En ordre: M. Davidson, puis  A. Ndao
, et ensuite à égalité M. Fournier-Roux et F. Prévost (très surprenant Félix, il a ce don pour se séparer de son couvreur). Dans un autre registre et cognant à la porte: M-E Villeneuve, A. Vendrame, H. Zepeda, ainsi que le nouveau tenancier du #10 S. Nadeau-Piuze. Chez les recrues, les 2 plus probables de voir en uniforme pendant la saison sont les Alexandre Aristyl (de Valleyfield) et Ali Dubuisson (de Momo).  Bien que listé comme receveur, S. Thomas-Erlington s'entrainait davantage avec les porteurs de ballon. Un moment donné pendant un scrimmage il a reçu un ballon de l'autre côté de la ligne, et il a fait une belle portée suite à cette passe. On sentait qu'il était comme un poisson dans l'eau à cet endroit.
(Notez que P. Enchill était sur les lignes de côtés)

Dans les uns vs uns, nous avons noté qu'une des difficultés que le receveur "moyen"  éprouve, c'est qu'après avoir passé beaucoup d'énergie à se débarrasser de son couvreur en feintant et en courant à vive allure, il n'est pas assez rétabli/concentré pour concrétiser l'attrapé de la passe précise qui lui est destinée. On en conclut donc que coach Desriveaux a de l'ouvrage devant lui...