jeudi 3 septembre 2015

Match #1 - On démarre en trombe

#50 Cromito et #20 M. Zepeda, 2 acteurs qui auront un grand rôle à jouer.
Comme la plupart des matches au PEPS-Telus-DuProprio-RadioX entre ces deux équipes, l’issue de la rencontre pourrait être décidée par l’exécution.

On l'a vu à la Dunsmore, des ballons échappés à la remise, des assignations manquées, des passes qui auraient dues être attrapées, des blocs non soutenus, de touts petits détails qui font pencher la balance d’un côté ou de l’autre. En effet, les matches entre les deux antagonistes naturels sont caractérisés par un jeu d’échec où le plus patient finit par tirer son adversaire par la barbichette. On ne voit pas pourquoi ça changerait en 2015.

À ce jeu, les Carabins ont démontré beaucoup plus d’aplomb lors de leur match hors concours que leurs opposants représentants la ville du fier pétoncle géant.

En attaque :
Armé du #4 Cousin Gab, on est assuré d’un bon nombre de passes complétées contre une tertiaire qui semblait en arracher la semaine dernière. La ligne à l’attaque des Bleus devrait lui donner le temps nécessaire de déclencher des passes, malgré les nombreux blitz attendus des locaux.
Un point dont nous serons particulièrement attentifs sera le jeu au sol des Carbs, qui n’avait rien brisé de toute l’année dernière, et encore moins contre les Lavallois ne provenant pas de Laval. Est-ce que la venue du #2 Gabriel Parent pourra assaisonner la recette ?

En défensive :
Théoriquement, coach Éthier va vouloir tester le centre du front défensif (suite aux départs de M. Girard et By-Ray) au sol et ainsi faire d’une pierre deux coups pour faire avancer les chaînes sans trop tester son jeune quart à la confiance fragilisée.

Une des faiblesses des Carbs, sera la tertiaire où les recrues (selon toute probabilité) #36 Zacary Alexis et #15 F. Hamel devront défendre le territoire Bleu. Il sera intéressant de voir la réaction de ces jeunots sous cette pression, et avec de surcroît l’inhospitalier Peps en toile de fond.

Les Unités spéciales :
Le botteur de dégagement #82 F. Ménard-Brière n’a pas été un facteur contre les Gee Gee’s, pourrait-il faire un B. Bédé de lui-même et permettre aux siens d’obtenir un avantage positionnel face au jeu serré des deux défensives?
Notre #18 L-P Simoneau va devoir reprendre son rôle de clutch kicker lorsqu’il aura l’occasion de mettre des points au tableau.

Du côté de Laval, la très attendue recrue D. Lévesque en sera à son baptême officiel au domicile du Rouge et Or et il devra composer avec une foule qui s’est délectée du pied de C. Milo et de B. Bédé au cours des 10 dernières années… Comme dirait l’anglo attablé au pub Nelligan’s : It’s a tough act to follow...

Les enjeux :
En prenant pour acquis que les deux protagonistes remportent tous leurs matches contre les autres opposants de la conférence, une des particularités de cette rencontre est les enjeux qui y sont reliés.

En effet, la décisive défaite en lever de rideau l’an dernier, dans des circonstances identiques à cette année qui mena à une Dunsmore pour les Carabins enlève une bonne dose de logique :
-    Supputons que les Carabins perdent décisivement cette année encore, leur enlevant pratiquement toute chance de gagner au différentiel. Ils vont dire : "Ce n’est pas grave, nous avons débuté de la même façon en 2014 et nous avons tout de même gagné la Vanier."

-    Disons que les Carabins l’emportent de façon serrée : "Devront-ils vaincre le R et O 3 fois dans la saison pour sortir de la conférence Québec ?"

-    Le R et O l’emporte de façon serrée : "Les Carabins vont leur répondre, on a hâte de vous revoir au CEPSUM."

-    Les Carabins l’emportent de façon décisive (ce qui est maintenant envisageable suite au match hors-concours contre UBC la semaine dernière): Le bicolore doré va prétendre à son tour qu’il peut faire goûter aux Bleus leur propre médecine subie l’an dernier.

En conclusion, un match ne fait pas une saison, du moins, pas tant que nous n’en sommes pas à la Dunsmore.

Salmigonis
On se demande si le Rouge et Or ressortira son noir uniforme qui était signe d’invulnérabilité jusqu’au 15 novembre fatal…

À surveiller également, le début des Carabins à l’attaque. Va-t-on attaquer vigoureusement la tertiaire adverse qui était chancelante contre UBC ? Question de jouer sur le moral de l’adversaire tout en faisant taire (ou murmurer) la foule locale.

Et les pénalités de nos Bleus... On a vu contre Ottawa nos DB être régulièrement punis pour contact illégal, et nos sempiternels "Placage par derrière" lors de retours de bottés. Il ne faudrait pas que le différentiel des pénalités donne la longueur d'un terrain comme ce fut le cas au CEPSUM il y a deux semaine.

Ailleurs dans la ligue
Déjà vendredi soir, nous aurons une bonne idée des forces en présence dans la LFUQ avec l’affrontement entre le ConU nouvelle image et les Verdorés à Loyola. Difficile à prévoir le résultat de celle-là… On y va pour les troupiers de coach Lessard à cause de Jay Roch (et du manque de quart de l’autre côté).

Et au même moment au Percival se déroulera la aura la lutte pour ne pas finir comme poisson de fond entre les Guêtres et les Hommes en Rouge.