jeudi 1 novembre 2012

Demie-finale de la Dunsmore | Première étape

La défensive ne lâchera pas le morceau - Photo Domskibum
Samedi, journée nuageuse et frisquette, mais pas de pluie, un peu de vent et peut-être quelques rafales à 30 km/h. Rien qui ne devrait être trop dérangeant pour les deux équipes.

On entend que la 3e victoire contre la même équipe est toujours la plus difficile à obtenir, on peut dire beaucoup de choses sur le pourquoi, mais lors des deux matches des Carabins contre leurs homologues Estriens, nous n'avons jamais vu leur attaque se mettre en marche et inquiéter nos Bleus troupiers. Nous avons vu notre défensive mettre de la pression à 3, et sur d'autres jeux, blitzer à 6, les renardeaux tenter de courir, de faire des passes voilées, de mettre des FB en bout de ligne, des longues passes lobées, mais rien qui n'a ébranlé les bases du stratégique CD coach Thorpe. L'exécution et surtout le choix de jeu au moment opportun seront les outils principaux de coach Lessard.

Dans la catégorie: "Ne vous surprenez pas que..." de la même façon que le match du 25 septembre, Jay Roch avec ses longues balles qu'il laisse flotter risque d'attaquer à répétition notre demi de coin recrue #37 N. Gauthier. Ce sera à ce dernier de prouver à ses entraineurs qu'ils ont fait le bon choix en se fiant sur lui.

En offensive
Lors de la dernière rencontre au CEPSUM, notre quart, désormais étoilé, avait connu sa pire sortie de l'année, particulièrement en première demie, lançant par-dessus ou derrière ses receveurs. On ne croît pas que nous allons revoir cela samedi. La ligne offensive avait été aussi un peu tiédasse, ouvrant peu de brèches pour #8 Rotrand et laissant la pression se rendre à l'occasion sur notre #10 Roux Repentignois .

Un fait peu connu, c'est que ceux qui tentent de nier leurs origines Renardoises dominent la ligue pour les revirements. Connaissant leur spécialité contre nous pour amasser des interceptions sur des ballons déviés par nos receveurs, on devra prendre spécialement soin de cet aspect.


Unités spéciales qui seront clés

Désolé pour le cliché, mais s'il y a une caractéristique des matches Bleus vs Vert & Gris, ce sont les unités spéciales qui impriment le momentum à la rencontre. À ce chapitre, on ne voit pas une équipe dominer sa rivale. D'un côté, le pied du finissant W. Dion et les retours de Félix Bouthillier, et de l'autre côté, les unités de couverture et les jambes de #88 M. Davidson, #32 N. Dubeau et du #83 S. Nadeau-Piuze. Les Carabins étaient passés très près de bloquer une couple de bottés au dernier match, gardez un oeil là-dessus ainsi que les couillonnés jeux truqués.

Ailleurs dans la ligue
Comme à peu près tous les observateurs de la ligue, il n'y a tout simplement pas de scénario pour une victoire des Redmen. Historiquement, nous avons vu de nombreux matches des Hommes en Rouge où ceux-ci avaient peu de chance de l'emporter, et pourtant ceux-ci luttaient pour garder le match serré au moins pendant la première demie. À leur visite au CEPSUM il y a deux semaines, on n'a rien vu de tel. On aurait dit qu'ils avaient abandonné dès le premier jeu. À tel point qu'on a entendu plusieurs rapports d'instructeurs engueulant vertement les joueurs à qui mieux mieux, à différents points dans la rencontre.

Étant donné que l'offensive des représentants de la ville, dont le maire aspire à conduire une Zamboni, a marqué 423 points en 2 parties contre les Original Red, il est utopique d'imaginer la défensive des visiteurs être capable de stopper les troupiers du new and improved coach Éthier.

N'oubliez pas que plusieurs cégépiens finissants ont le crayon entre les mains et songent à s'engager avec une équipe ou une autre. Même pour les équipes qui se font battre, la façon de le faire peut grandement influer le choix de ceux-ci.