mercredi 29 novembre 2017

État des forces et besoins à courts et moyens termes – 2e partie : la défensive





Je continue cette semaine l’analyse des forces en place et des besoins qui seront à combler à court et moyen terme en matière de recrutement pour les Carabins. Après avoir couvert l’offensive la semaine dernière, place à la défensive.

Encore cette fois-ci, je ne fais qu’analyser froidement les besoins à combler. Mes connaissances des prospects collégiaux ne me permettent pas d'identifier qui pourrait remplir ces souliers à court terme. Par contre, si les experts du domaine veulent donner leur avis, vos commentaires seront toujours appréciés. Pour rendre le tout plus visuel, je vous rappelle que les finissants 2018 sont surlignés en bleu dans les tableaux et que les partants potentiels sont en gras.

Depuis toujours la Défensive des Carabins est l’ADN même du programme football. Voyons ce qui en sera pour l’an prochain et les autres à venir :


Ligne défensive :


Si l’on jumelle la faible production de gros plaqueurs défensifs au niveau collégial des dernières années, au piètre niveau de recrutement des dernières années à cette position, l’on comprend mieux le vide important qu’a laissé la « graduation » des plaqueurs défensifs vedettes J. Luke et M. Dupuis au centre de la ligne défensive des Carabins en 2017. Par contre, c’est ce vide qui  a permis à K. Prévost d’émerger de sous les radars et de devenir l’une des très belles surprises défensives de 2017. Étant le seul plaqueur naturel de l’équipe, Karl a, plus souvent qu’à son tour, été entouré de 3 ou 4 ailiers défensifs pour mystifier les OL adverses plutôt que d’autres gros bonshommes. Si tout va bien, pour sa dernière année au sein des Carabins, Prévost devrait être secondé au centre par C. Mignault et F. Pelletier. Sans être le plus gros, Pelletier est l’un des joueurs les plus forts de l’équipe. J. Gagnon-Chénier, O. Paquet-Brisson et l'énigmatique F. Bergeron devraient également assurer l’étanchéité du centre de la ligne pour les 2-3 prochaines années. Reste que la profondeur est plus que mince au niveau des plaqueurs défensifs, une emphase importante devra être faite dès cette année au niveau recrutement.

 Au niveau des ailiers défensifs, le départ de BCBG ouvre encore plus la porte à l’émergence des Twin Towers, B. Marion et P. Lemieux-Cardinal. Jumelés à S. Rossi et B. Cayo « Coco », les Carabins auront un bon escadron de chasseur de QA pour les 2-3 prochaines années. Par contre ici encore, bien que la brigade soit jeune, la profondeur est mince. Un ou deux ailiers de plus ne feraient sûrement pas de tort.


Secondeurs :



À écouter les commentaires des partisans adverses, les Carabins auraient une profondeur abyssale au niveau des secondeurs. À lumière de ce tableau, on peut dire que l’on n’a pas la même définition d’abyssale d’un bout à l’autre de la 20. En 2018, aucun joueur de 5e, ni même de 4e année n’évoluera à cette position. Seul Brian H. pourra être considéré comme un vétéran. Selon toute vraisemblance, JP Lévesque devrait profiter de la retraite de Cromito pour se faufiler comme MLB partant. On devrait assister à une belle lutte entre Y. Audette, H. Hurtubise, G. Morel et la recrue W. Perrier pour les autres postes disponibles. Les secondeurs étant souvent de la bonne chair à US, les blessures et les p’tits bobos permanents viennent trop souvent réduire « l’espérance » d’utilisation de ce type de joueur. Sans être primordial à court terme, un bon recrutement annuel pour les 2-3 prochaines années ne serait pas à négliger.


Demis défensifs :


C’est à cette position que les recrutements des dernières années ont été les plus faibles. Outre les A. Zachary, R. Kramdi et MA Dequoy, les Carabins n’ont pas réussi à recruter de DB blue chips. Et pourtant, ce n’était pas ça qui manquait lors des deux dernières années. Ce qui fait que, si l’on exclut le #RECRUTEMENT2018, il n’aurait que 9 neufs joueurs sur l’alignement pour patrouiller la tertiaire. Ce n’est vraiment pas beaucoup. Ce l’est encore moins quand l’on considère que 2 de ces 9 joueurs en seront à leur dernier tour de piste avec les Bleus en 2018, même situation pour 3 autres en 2019. Heureusement, le #RECRUTEMENT2018 vient pallier le manque en nombre et en qualité pour les prochaines années. De ces 6 nouveaux joueurs, 4 devraient voir du ballon rapidement : le demi de coin R. Bernard, les étoilés  K. Malonga, P. Sargeni et surtout B. Lagacé. Cependant, comme je viens de le dire, avec le départ prévu du tiers de l’effectif d’ici deux ans, il ne faudra pas que le nouveau responsable de la position chôme trop lors des prochains recrutements. 


Unités spéciales:


Le départ de Félix Ménard-Brière risque de laisser tout un vide au sein des US. Heureusement, les Carabins possèdent encore le meilleur entraîneur en ce domaine au Québec, nous soulignons d’ailleurs son anniversaire aujourd’hui. Six joueurs se livreront une chaude lutte pour le poste de #StiBotteur en chef pour la saison 2018. Mon impression est que LP Simoneau et M. Arpin auront une longueur d’avance pour les postes de botteur de dégagement de et de précision. 

Je ne connais pas grand-chose aux botteurs, mais ce que je sais c’est qu’ils se jinx rapidement et qu’au football Canadien, celui qui a le meilleur botteur, gagne tout le temps. Donc, peu importe le nombre de botteurs déjà au sein de l’équipe, le but sera toujours de recruter le meilleur à sortir du collégial, question de nous sauver la peau des fesses…

Voilà, c’est ce qui complète la revue des forces en place en vue de la saison 2018 des Carabins. Bien évidemment, je ne peux prévoir lesquels parmi ces joueurs seront MIA au prochain camp du printemps. Reste que ça nous donne une belle vue d’ensemble des besoins à court et moyen terme de nos Bleus en défensive et sur les unités spéciales.

Des mises à jours seront fait suite au camps du printemps.


MdM