jeudi 9 novembre 2017

Coupe Dunsmore - La Revanche.

Nous y sommes enfin. Le Gros Match! La bataille de la 20. Le choc des Titans! David contre Goliath. La Coupe Vanier avant la Vanier…

Comme prévu, pour une 5e année de suite, ce sont les 2 powerhouses du RSEQ, les Carabins et le Rouge et Or, qui s’affronteront pour avoir le droit de soulever la coupe de Plywood. Lors des 4 derniers affrontements en grande finale québécoise, ces 2 équipes se sont partagé les grands honneurs. C’est donc la partie de samedi qui déterminera le gagnant de cette série 3 de 5! J’ai décidé que c’était un 3 de 5. Ma prérogative.

Si comme on dit, le passé est garant de l’avenir, pour cet Xieme affrontements entre les deux ennemis jurés du football québécois, il faudra s’attendre à ce que le gagnant soit déterminé sur le dernier jeu de match. Encore cette fois-ci, la victoire risque fort de se jouer sur un jeu d’un #StiBotteur.

Les duels défensifs sont devenus la norme entre ces deux équipes et généralement peu de points sont inscrits au tableau indicateur. Même quand ce n’est pas le cas, comme lors du dernier affrontement, ce sont les défensives qui l’illustrent. On l’a sûrement déjà oublié, mais lors de la défaire de 22-0 des Carabins, la D avait réussi à limiter l’attaque aérienne du R et O à un maigre 150 verges de gain. De son côté, l’attaque des Carabins avait probablement joué son plus mauvais match de l’ère Maciocia : 6 interceptions, alloué 5 sacs du QA, un faible 221 verges de gain aérien. S. Caron avait connu sa pire sortie depuis son retour avec les Carabins ne réussissant que 11 de ses 23 passes.

Dire que la saison avait si bien commencé. Lors de l’Open Season, au CEPSUM, entre les 2 équipes, Sam avait été magistral avec des gains de 377 verges. Malheureusement, depuis cette partie, l’attaque des Carabins peine à faire avancer le ballon. L’équipe plafonne. Les victoires s’accumulent exclusivement à cause de la performance de la défensive. Depuis la 3e partie de la saison, rien ne va plus avec notre QA #1. Il est nerveux, n’arrive plus à faire plus d’une lecture, il traîne une blessure au bras qu’il l’empêche de lancer à plus de 20 verges devant lui et a peur de se faire frapper.

C’est tout le contraire pour le Rouge et Or. Après un début de saison en dents de scie, l’équipe n’a cessé de progresser dans les 3 phases du jeu. Sans être parfaite, l’attaque de coach Éthier a tranquillement repris son erre d’aller. Sans réinventer la roue, les jeux du CO des Rouges permettent de limiter au minimum les risques d’erreurs et permettent à son quart #1 d’accumuler des statistiques qui lui ont permis de remporter le MVP 2017. Mais rien n’est encore parfait au pays du Bonhomme Carnaval. La OL tout étoile de l’équipe peine à ouvrir les brèches pour le jeu au sol; qui est pourtant l’ADN du Rouge et Or.

Rendus aussi tard dans la saison, nous connaissons l’identité des deux équipes. Ces deux équipes sont bâties pour s’affronter. Elles sont des frères jumeaux élevés dans deux familles différentes. Que pourront trouver les Coachs qu’ils ne savent pas encore et qui pourraient faire la différence? Rien! Pour gagner, il ne suffira d’exécuter et ne pas faire d’erreur.

Lors des deux dernières parties, les Carabins ont mis l’emphase la reconstruction du jeu au sol, avec un succès relatif. Avec la convalescence de G. Parent qui s’étire, W. Altéma et R. Malki ont pris les choses en main et ont réussi à faire bouger les chaîneurs. Mais plus importants encore, ils ont amélioré leur qualité de bloqueur en protection. Qualité essentielle pour un porteur au football canadien, cette phase de jeu avait grandement failli lors du dernier affrontement entre les deux équipes. Avec une DL comme celle de Laval, le succès du jeu aérien passera par une bonne implication du PB et du centre-arrière. Pour aider les PB, j’ai toujours espoir de voir le centre-arrière #1 des Carabins, M. Joubert faire son retour au jeu samedi. Son absence s’était fait sentir à Qc. Sam semble avoir retrouvé son swag des belles années. Espérons seulement qu’il aura retrouvé sa chimie avec LM Normandin et R. Cibasu, car contre la tertiaire de faucons de Laval, les mains sûres de ces deux vétérans seront indispensables.

Je vais ressortir tous mes clichés pour l’occasion, car la réalité c’est que pour gagner samedi, les Carabins devront jouer un match sans erreurs; revenir à des jeux de base pour prendre son rythme; établir un jeu au sol dès le début de la partie; étirer la défensive; mais surtout, la clé pour repartir avec la Dunsmore sera de jouer dans la tête d’H. Richard. De le presser sans arrêt et le forcer à courir. Dès qu’il aura engueulé sa ligne offensive à  2 ou reprises suite à un sac Manac, vous pourrez vous dire que c’est dans le sac.


Ma prédiction : On va se geler le cul solide au pays de l’hiver, mais on va quitter le cœur léger. Carabins par 6.

Encore une fois les Montagnards se joignent aux parents des Carabins qui organisent le Tailgate Molson des Carabins au PEPS de l’UL. Dès l’aurore, Annette Boissonneault, Maman de notre BCBG national, sera au poste pour vous accueillir. Venez prendre un Molson Canadian avec nous. Le tailgate se situe à l’extrême est du stationnement, en face du stade. 


MdM