lundi 18 mars 2013

Jasage du camp de hivernal/printanier

Il faisait bon de revoir M. Glaude en uniforme - Photo:Domskibum
Voici le compte-rendu de notre visite au camp hivernal-printanier en incluant une longue conversation avec coach Maciocia.

Pourquoi s'être auto promu coordonnateur défensif ?
La question peut sembler simple, mais dans toutes les entrevues qu'il a donné, nous n'avons jamais entendu cette question. Alors nous lui avons posé:

"Dans mon équipe d'entraineurs offensifs, j'avais des candidats qui pouvaient poursuivre mon système et qui savaient où on désirait aller, en premier lieu Marco Iadeluca.

Cependant en défensive, bien qu'on a d'excellents entraineurs, ils étaient tous trop "récents dans l'organisation" pour prendre en charge l'autre côté du ballon. De là découle ma décision de prendre la défensive en main."

Et un peu de nouveau nouveau défi là-dedans?

Il souria d'approbation et dit: "De toute façon, lorsque je prépare l'attaque, j'étudie toujours la défensive. Je peux même apporter un regard différent parce que je sais comment pense un CO."

Il faut comprendre que pour coach Maciocia, autant en offensive qu'en défensive, tout passe par son système. Il est convaincu que si on exécute ses systèmes à la lettre, l'équipe ne peut faire autrement que gagner. Donc, ses décisions passent toujours par ce filtre.

De façon générale, les joueurs défensifs apprécient avoir coach Maciocia de leur côté. Sans rien enlever à coach Thorpe, les joueurs ont mentionné que D. Maciocia explique clairement le pourquoi de chacun de leur déplacement et positionnement, facilitant ainsi leur compréhension du jeu.

Le tour du jardin
Lorsque nous avons discuté des différentes positions chez les Carabins. Coach Maciocia n'a pu s'empêcher de dire: "Oui, mais tu as vu notre d-line?" Habituellement l'expérimenté coach est très modéré dans ses commentaires voyant du positif et de l'espoir partout, mais ayant généralement tendance à tempérer ses commentaires. On voit que la d-line telle qu'elle se présentera au camp d'entrainement est une source d'orgueil pour lui et l'équipe.

Discutant de ses bloqueurs à l'attaque, on le sentait moins confiant. On sait qu'on a tenté des expériences avec D. Foucault, mais on devine qu'il a hâte de voir ce que L. Constant va pouvoir apporter à l'équipe.

Tout en jasant, nous lui avons rappelé que le Carabin qui avait vu le plus de terrain l'an dernier n'était pas présent au camp (il n'a pu nous confirmer qu'il avait définitivement accroché ses crampons), Vincent Pelletier-Bouchard (FB/TE et de toutes les US, qui aurait été à sa 5e année), laissant ainsi un gros trou à être comblé dans un rôle crucial dans l'offensive Maciocienne. Il nous a parlé de joueurs comme A. Dupuis (qui se remet bien de son ACL) N. Narbonne et G. Quiroga, mais également mentionné le nom du recruté Lanaudois Mickaël (encore une autre façon de l'écrire!!) Gervais, de qui on avait entendu parler de sa polyvalence, mais sans jamais le voir assigné à une position définie. Coach Maciocia le trouve un peu mince de 10-15 livres pour débuter la saison, mais a bien aimé de ce qu'il a vu de lui au camp.

Un invité au NIC
Le garde S. Légaré a été invité au NIC de Duane Ford qui se tiendra à Toronto dès vendredi.

Les botteurs (sans commentaire)
Tous les botteurs présents dans l'alignement l'an dernier, soit, C. Bauer, J-D Chavalier, D. Deschamps, S. Robitaille étaient présents au camp et s'entrainaient du mieux qu'ils le pouvaient. Le terrain de St-Jean-Vianney est un terrain de soccer intérieur avec le toit un peu plus bas que celui du stade Hébert de St-Léonard, limitant beaucoup l'envergure des bottés. On attend toujours Félix Ménard-Brière au camp d'entrainement du mois d'août.

Le cas J. Beaulieu-Richard

Coach Maciocia tenait à remettre les pendules à l'heure. Nous avions trouvé particulier que lorsque coach Thorpe fut nommé CD avec les Alouettes, celui-ci n'ait pas saisi l'occasion de signer Jonathan qui était, croyions-nous, agent libre.

Coach Maciocia nous a expliqué que Jonathan était sur la liste de protection (invisible) des Ti-Cats et que coach Thorpe ne pouvait rien faire tant qu'il demeurerait sur cette liste. Auparavant, les Alouettes l'avaient  placé sur leur propre liste de protection (qui contient 36 joueurs, habituellement des Américains), mais il semble qu'ils l'aient libéré momentanément, les TiCats ne ratant pas pareille occasion pour mettre la main sur le dominant secondeur trifluvien.

La bonne nouvelle, c'est qu'advenant que ça ne fonctionne pas avec l'équipe orpheline de stade du sud de l'Ontario, Jonathan est certain d'avoir un admirateur près de la maison.